Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Brane-Cantenac

Dossier IA33003102 réalisé en 2010

Fiche

Á rapprocher de

Précision dénomination château viticole
Appellations château Brane-Cantenac
Parties constituantes non étudiées logement, écurie, étable, château d'eau, parc, chai, cuvage, vivier
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Castelnau-de-Médoc
Adresse Commune : Cantenac
Lieu-dit : Brane
Cadastre : 1826 C 237 ; 2009 AD 5 240 à 243

De l´ensemble des bâtiments qui composent le domaine, le corps de logis, en rez-de-chaussée surélevé sur cave, semble la partie la plus ancienne, de la 2e moitié du 18e siècle. Un document de 1775 indique "une très belle et jolie maison pour le maître ayant plusieurs chambres au rez-de-chaussée, un grenier au dessus". Propriété de M. Gorse à la fin de l'Ancien Régime, le domaine porte le nom Gorce sur le plan cadastral de 1826.

Les bâtiments se composent d´un corps de logis rectangulaire et de dépendances sur une cour en U, face à un parc délimité par des fossés et un vivier. Selon Edouard Guillon, le domaine est acquis par le baron de Brane vers 1834, qui effectue de nombreux remaniement dont probablement la surélévation de la partie centrale du logis dans le second quart du 19e siècle. En 1866, le baron de Brane vend son domaine à la famille Berger et à Gustave Roy, propriétaire du château d´Issan.

Les matrices cadastrales mentionnent la construction d´une maison dès l'acquisition, correspondant actuellement aux dépendances agricoles, composées de logements d´ouvriers, d´étable et hangar, situées de l´autre côté de la route.

Il dote ses deux domaines d´un cuvier conçu par l'architecte bordelais Ernest Minvielle. Au Château Brane-Cantenac, Minvielle s'appuie sur un chai existant et reprend le dessin du cuvier d´Issan et celui de l´avant-toit de Cantenac-Brown en 1877. L´ensemble de chai et cuvier est agrandi d´un autre chai, qui aurait été également construit par Minvielle en 1905.

Le domaine devient la propriété de la famille Lurton à partir de 1925. Le château d'eau dans la cour principale est construit sur les plans de l'architecte bordelais Alexandre Garros en 1926. Henri Lurton complète le domaine par un bâtiment abritant un nouveau chai et un cuvier, réalisé par l´architecte toulousain Vincent Defos du Rau, en 1999.

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1877, daté par source
1926, daté par source
1999, daté par source
Auteur(s) Auteur : Minvielle Ernest, attribution par source
Auteur : Garros Alexandre,
Alexandre Garros (1867 - 1953)

Dynastie des Garros : Louis-Michel Garros (1833-1911) installe son agence au 14 rue Lecoq à Bordeaux. Son fils Alexandre (1867-1953) diplômé de l’École des beaux-arts de Paris, élève de Gerhardt et de Redon, succède à son père. Ses deux fils, Louis (1895-1986) diplômé de l’École des beaux-arts de Paris, élève de Redon et Tournaire et Marcel, (1898-1956) collaborent avec lui avant de lui succéder. Michel, fils de Louis, né en 1923, diplômé en 1953 de l’École des beaux-arts de Paris, élève de Ferret à Bordeaux, succède à son oncle et à son père.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Defos du Rau Vincent, architecte, attribution par source
Personnalité : Roy Gustave, commanditaire, attribution par source

Le logis est un bâtiment en rez-de-chaussée surélevé sur cave voûtée dont la partie centrale saillante comporte un étage carré. L´organisation des baies est différente sur les deux façades : sur l´élévation principale, côté cour, le rez-de-chaussée compte 9 percements, alors qu'il n'en compte que 7 sur l'élévation postérieure. Sur chacune des façades, la porte d´entrée, en arc segmentaire à claveaux saillants, s´ouvre sur un perron. Les chaînes d´angle sont en bossage. Une corniche est régnante. L´étage carré est plus large sur l´élévation antérieure et s´ouvre avec 3 baies.

Au sud-est se trouvent les bâtiments de vinification et notamment le cuvier de type médocain, s´élevant sur deux niveaux. La façade pignon se compose d´une large travée centrale encadrée par des contreforts saillants et percée au rez-de-chaussée d'une porte en arc plein-cintre ; à l´étage, une autre porte permettant la réception de la vendange, autrefois à l´aide d´un treuil, présente une plate-bande à coussinets surmontée d´une table portant l´inscription : BRANE CANTENAC. Les deux travées extérieures sont percées de fenêtres en arc segmentaire en brique, géminées en rez-de-chaussée et simples à l'étage. L'avancée du toit, décorée de découpes en bois, est soutenue par des aisseliers. L´élévation latérale est rythmée par des contreforts délimitant 7 travées percées au rez-de-chaussée des petites baies d'aération et à l´étage de fenêtres en arc segmentaire ornées de brique.

Les chais sont disposés perpendiculairement au cuvier, au nord-est : on distingue le chai principal et les chais de seconde année. La façade du premier s'organise selon un avant-corps central coiffé d'une croupe, encadré de deux ailes en appentis. Chaîne d'angle, encadrements des baies sont en pierre de taille harpée. Les arcs segmentaires des fenêtres sont en brique. Une table décorative porte l'inscription BRANE CANTENAC. Le second présente une façade quasi-aveugle.

Au nord-ouest, la cour de service réunit des logements, aujourd'hui convertis en bureaux.

A l'écart, à l'ouest, les bâtiments de ferme s'organisent également autour d'une cour : l'étable-grange présente une travée centrale formant pignon, encadré de part et d'autre par une écurie et un hangar. Les niveaux de comble sont aérés par des claustra en brique. Trois unités d'habitation alignées étaient destinées aux ouvriers viticoles.

Murs calcaire
pierre de taille
moellon
Toit ardoise, tuile creuse
Étages rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
croupe
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie
Techniques sculpture
Représentations rinceau feuille vigne raisin
Précision représentations

Rinceaux de vigne sculptés sur les écoinçons du portail du cuvier Minvielle.

Estuaire

TRAVEE 9
FORBAIE linteau droit (fenêtre) ; arc segmentaire (porte)
POSTOPO plateau
VUE vue étendue
CLOT mur de clôture maçonné ; portail ; piliers de portail

Exemple de cuvier médocain modèle.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables cuvage

Annexes

  • Archives du château de Brane-Cantenac

    Archives privées, acte notarié du 19 juin 1775 :

    "Une très belle et jolie maison pour le maître ayant plusieurs chambres au rez-de-chaussée, un grenier au dessus, ayant la dite maison deux façades l´une au nord et l´autre vers le midi. Un vestibule au milieu pour entrer dans les appartements qui trouvent à chaque côté, une très belle cuisine et cave en dessous voûtées en pierre. Sur la gauche du corps de logis est une orangerie, un chai et cuvier avec les vaisseaux vinaires assortis ; sur la droite du dit corps de logis une chambre de dépance et autres bâtiments à l´usage et service du maître et à la suite vient les chambres pour les valets et paysans fournière, voilatière, grange, écurie, parc à bœufs et à cochons, chai à serrer du bois, du foin, un apant ; le tout bâti de pierre couvert de tuiles en creux formant le dit chai et cuvier une aile du côté gauche. Et les chambres pour les valets et autres bâtiments du côté droit, un autre au milieu desquelles est une grande cour renfermée du côté du chemin par un mur et une petite porte du côté du midi de la dite maison au milieu de la dite cour est un puits à suite desquels bâtiments est une ornière du côté du couchant attenante à la dite maison deux paires de bœufs dépendants de celle avec leur charrette et autres outils aratoires et au levant et nord du dit cours de logis est 5 pièces de vignes".

    Archives privées, Extraits du devis pour la construction d´un cuvier à Brane-Cantenac, par Ernest Minvielle, 1 mars 1877 :

    - Murs, angles et chaînes en pierres de Roque.

    - Charpente sous couverture en tuile dite de Marseille composée de 6 fermes avec tendeurs en fer et entraits moisés, support sur un assemblage formé de blachets, potelets et jambes de force, le tout en bois du nord refait à la scie sur les quatre faces et ayant les arêtes chanfreinées.

    - Plancher de l´étage composé de 7 poutres maîtresses transversales de deux poutres longrines reposant sur ces dernières, parallèlement aux façades latérales, de 6 rangées de solives entre les poutres longrines, d´un solivage à compartiment et d´assemblage avec remplissage volant au-dessus des cuves, entre les poutres longrines et les façades latérales ; de 2 poteaux sur chaque poutre maîtresse, portant chacune 2 jambettes assemblées ainsi que les poteaux dans un chapeau commun.

    Le tout en bois du nord de première qualité de planches de nerva. Les portions de plancher au-dessus des cuves devront être enlevées pour le service de ces derniers [...]. Les planchers au-dessus de chaque compartiment réunis au moyen de barres à queue, devront former 6 trappes détachées pouvant rapidement s´enlever.

    La trappe correspondant à l´ouverture de la cuve devra être ajourée et façonnée en caillebotis.

    Toutes les dispositions précédentes étant d´une importance considérable quant au bon fonctionnement du cuvier, l´entrepreneur devra rigoureusement se conformer pour leur exécution, aux ordres, détails, ou dispositions indiquées par l´architecte sous peine de démolition des ouvrages qui ne remplieraient pas strictement ces conditions".

    Archives privées : extraits de l´acte de vente du 30 octobre 1919 par les consorts Roy, Thurneyssen, Berger à la Société Civile Immobilière des Grands Crus de France :

    Château sur caves avec jardin attenant grand parc traversé dans toute son étendue par un cours d´eau séparé du château par le chemin de Cantenac à Margaux.

    Bâtiments d´exploitations, servitudes tels que : maison régisseur, maison de maître de chai, logements de prix-faiteurs et de charretiers, 2 cuviers, alors chais, grandes caves, atelier de tonnellerie, écuries, granges, terres, sur plusieurs parcelles, formant un corps d´exploitation d´environ 72 ha.

  • Compléments bibliographiques

    LORBAC Charles (de). Les richesses gastronomiques de la France. Les vins de Bordeaux. I partie. Crus Classés, illustré par Charles Lallemand. Paris : Hetzel, [vers 1868].

    p. 82

    La propriété de M. de Brane s'appelait primitivement Gorse-Gui. Plein de confiance dans son étoile, le savant viticulteur, une fois lancé dans la voie des améliorations qui devaient porter si haut la renommée de son crû, fut bientôt pris de la légitime ambition de lui donner son nom. L'occasion était favorable : le Producteur, de Bordeaux, allait publier la carte topographique de la commune de Cantenac ; M. le baron de Brane s'empressa d'écrire la lettre suivante au rédacteur de ce journal :

    "Monsieur, Des changements notables exécutés au domaine de Gorse-Gui depuis quatre ans et ceux qui restent à faire d'après un premier plan, dont on ne s'est jamais écarté, rendront cette propriété absolument nouvelle, sauf le fonds, qu'on ne peut changer. J'ai cru devoir donner mon nom à une création toute mienne. Si le nom de Gorse est justement apprécié à Bordeaux et à l'étranger, celui de Brane ne l'est pas moins. Quoi qu'il en soit, tort ou raison, faiblesse ou orgueil, j'ai foi en mon nom et je désire, avec votre aide débaptiser graduellement Gorse, pour le placer sous le patronage de Brane-Cantenac!"

    Hâtons-nous d'ajouter que non seulement le public et le commerce bordelais acceptèrent les prétentions si pleinement justifiées de M. le baron de Brane, mais que les grands succès obtenus par ce propriétaire lui valurent dans le pays le surnom de Napoléon-des-Vignes.

    Après avoir vendu, à M. le baron de Rothschild, Brane-Mouton, cet autre crû qu'il avait également créé, M. le baron de Brane consacra tous ses soins à sa propriété de Brane-Cantenac. Le choix des cépages, leur proportion admirablement gardée, ont attiré l'attention des fins connaisseurs et mérité leurs éloges. On cite, comme modèle l'organisation des chais et cuviers (...).

    FERET, Édouard. Personnalités et notables girondins, de l'Antiquité à la fin du XIXe siècle. Bordeaux : Féret, éd. de l'Entre-deux-mers, 2009, fac-similé de l'édition de 1889.

    Brane Jean-Maxime, baron de. (12 octobre 1796 / 29 février 1876, Bordeaux) : Viticulteur distingué. C´est à lui que l´on doit l´encépagement parfait du cru de Mouton à Pauillac, qui rivalise avec les premiers crus et celui de Gorce à Cantenac, qui est appelé aujourd'hui Brane-Cantenac. Esprit très fin, il fut le type du parfait gentilhomme.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives privées : Divers actes notariés concernant le domaine, 18e-20e siècles.

  • Archives départementales de la Gironde, 3 P 209 1/9 : Matrices cadastrales, 1854-1889.

  • Archives privées : dossier concernant la construction du cuvier par l'architecte Ernest Minvielle, 1877.

Documents figurés
  • Archives départementales de la Gironde, 3 P 091 : Plan cadastral, 1826.

  • Plans, coupe et élévation pour la construction d'un château d'eau, par l'architecte Alexandre Garros, 3 juin 1926 (Archives privées, Château Brane-Cantenac).

  • Plans, coupes et élévations pour la construction d'un cuvier, par l'architecte Ernest Minvielle, 1877 (Archives privées, château Brane-Cantenac).

  • Plan cadastral, Section C, dite de Robert. Encre couleur, papier, par [s.n.] (géomètre), 1826 [Archives départementales de la Gironde, 3 P 091].

Bibliographie
  • COCKS, Charles. Bordeaux, ses environs et ses vins, classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils éditeurs, 2e édition entièrement refondue par Edouard Féret, enrichie de 73 vues des principaux châteaux vinicoles de la Gironde, 1868.

  • COCKS, Charles. Bordeaux, ses environs et ses vins, classés par ordre de mérite. Bordeaux : Ed. Féret et Fils, 10e édition, 1929.

  • DANFLOU, Alfred. Les grands crus bordelais. Bordeaux : Librairie Goudin, 1867, t. 1 et 2.

  • FERET, Edouard. Personnalités et notables girondins, de l'Antiquité à la fin du XIXe siècle. Bordeaux : Féret, éd. de l'Entre-deux-mers, 2009, fac-similé de l'édition de 1889.

    p. 93
  • GUILLON, Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde, avec la description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crux. Tome 3, Bordeaux, 1868.

  • LAROZA, Olivier. Guide touristique, historique et archéologique de Bordeaux et de la Gironde. Pessac : Féret et fils, 1988.

  • LORBAC Charles (de). Les richesses gastronomiques de la France. Les vins de Bordeaux. I partie. Crus Classés, illustré par Charles Lallemand. Paris : Hetzel, [vers 1868].

  • Site Internet : www.architectes.org [consulté le 12/12/2010] : portfolios des projets et réalisations de l'architecte Vincent Defos Du Rau.

Périodiques
  • DEGAS, LURTON, Henri, SEYNAT, Jean-Pierre. Cantenac. Les Cahiers Médulliens, 1997, décembre, n°28.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Bordes Caroline