Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Bonneau-Livran

Dossier IA33006660 réalisé en 2014

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • chai
    • cuvage
    • puits
    • remise
    • pigeonnier
    • grange
    • mur de clôture
    • portail

Dossiers de synthèse

Précision dénomination château viticole
Appellations Bonneau-Livran
Parties constituantes non étudiées chai, cuvage, puits, remise, pigeonnier, grange, mur de clôture, portail
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Lesparre
Adresse Commune : Saint-Seurin-de-Cadourne
Adresse : rue du 19 mars 1962
Cadastre : 1831 B1 885 ; 2014 A3 832

Sur le plan cadastral de 1831, le lieu-dit « A Livran » localisé à l’ouest du bourg n'est pas bâti. Les registres des augmentations/diminutions des matrices cadastrales indiquent que, sur la parcelle B885, correspondant à l’emplacement du domaine actuel, sont construites : une maison en 1862, une boutique en 1869 et une maison en 1881.

Dans l'édition de 1868 de l'ouvrage de Cocks et Féret, M. Duthil est indiqué à Livran comme produisant 12 à 15 tonneaux.

Le château Bonneau-Livran est mentionné pour la première fois dans l’édition de 1893 parmi les crus artisans et paysans. Le propriétaire, Albert Drouineau, produit 30 tonneaux. Dans l’édition de 1908, le château, détenu par M. Micalaudy, fait partie des crus bourgeois et produit 50 tonneaux. C'est à ce propriétaire que l'on doit en 1905 la construction d'un nouveau cuvier à étage, dit « médocain », et d'un chai. Le pigeonnier est certainement bâti à cette époque.

Le domaine appartient à la même famille jusqu’en 1995 où il est racheté par la Société Sogecondroz.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1905, porte la date

Les bâtiments sont composés d'un logis, de bâtiments viticoles et agricoles, de remises et d’un pigeonnier. Au sud, un mur de clôture ceint la propriété, construit en moellon et doté d’un portail à piliers maçonnés. Les vignes se déploient au sud-est et au nord, délimitées également par un mur de clôture avec portail métallique.

Le logis, en rez-de-chaussée surélevé, est bâti en pierre de taille pour la façade principale et en moellon enduit pour les façades latérales et postérieure. La façade principale, tournée au sud-est, est composée de cinq ouvertures au chambranle mouluré et couronnée d’une corniche à modillons. La porte centrale est précédée d’un escalier droit. Les appuis des baies sont saillants avec consoles. Le soubassement est percé d'ouvertures. La façade postérieure présente trois ouvertures principales accompagnées d'un jour éclairant un niveau du comble. La porte centrale est précédée d’un escalier à double volées.

A l’ouest de la maison se trouvent deux bâtiments de dépendance accolés et disposés parallèlement l’un à l’autre. Le cuvier, de plan rectangulaire et à étage, est construit en moellon, la pierre de taille étant utilisée pour les chaînages d'angle, les jambes harpées, les bandeaux et les encadrements des baies. Il est composé d’un rez-de-chaussée qui abrite les cuves inox et d'un étage qui permettait le chargement de la vendange, probablement à l'aide d'un treuil. Donnant sur la voie, le pignon sud, encadré de pilastres à bossage, est percé de deux portes superposées aux encadrements harpés, séparées par un bandeau. La porte haute est surmontée d’une table décorative ornée de rosettes. Ouvrant sur les vignes, le pignon nord est également percé de deux portes, avec linteau sur coussinets au rez-de-chaussée, et arc segmentaire à claveaux à l'étage. Le pignon est orné d'un motif de barrique avec les initiales FM (pour la famille Micalaudy) et de la date de 1905.

Accolé au cuvier, le second bâtiment est composé des chais abritant les barriques de vin, disposés en L : le mur gouttereau sud donnant sur la voie est percé d'une porte et d'une petite fenêtre ainsi que d'un jour quadrilobé muré.

Un pigeonnier est situé au nord des bâtiments. De plan octogonal, bâti en brique et pierre de taille, il est percé au sud d’une porte en arc brisé et au nord d’une baie de même forme. Il est couvert d’un toit-pagode en zinc équipé de clochettes et surmonté d’un épi de faîtage.

Une remise avec hangar agricole est située à l'ouest.

Murs calcaire pierre de taille
moellon enduit
Toit tuile creuse
Étages en rez-de-chaussée surélevé, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans croupe
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie
escalier de distribution extérieur : escalier symétrique, en maçonnerie
Typologies IC2, cuvier médocain

Estuaire

TRAVEE 5
FORBAIE plate-bande (porte) ; plate-bande (fenêtre) ; chambranle mouluré (porte) ; chambranle mouluré (fenêtre)
POSRUE perpendiculaire
POSPARC en retrait
POSTOPO coteau
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Augmentations et diminutions des matrices cadastrales pour les parcelles B 885 et 886

    B 885 :

    -maison, construction nouvelle, 1862

    -boutique, construction nouvelle, 1869

    -maison, construction nouvelle, 1881

    B 886 :

    -maison, construction nouvelle, 1856

    -maison, construction nouvelle, 1857

    -hangar, construction nouvelle, 1860

    -atelier, construction nouvelle, 1868

    -maison et atelier, constructions nouvelles, 1868

    -maison, construction nouvelle, 1870

    -maison, démolition puis construction nouvelle, 1873

    -maison, construction nouvelle, 1875

    -maison, augmentation de construction, 1876

    -maison et buanderie, constructions nouvelles, 1879

(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Riberolle Jennifer