Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Bernones

Dossier IA33001661 réalisé en 2008

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

  • Ferme
    Cussac-Fort-Médoc, la Métairie
  • Maison
    Cussac-Fort-Médoc, 66 avenue du Haut-Médoc
Précision dénomination château viticole
Appellations Château Bernones
Parties constituantes non étudiées parc, mur de clôture, chai, cuvage, ferme
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Castelnau-de-Médoc
Adresse Commune : Cussac-Fort-Médoc
Lieu-dit : Bernones
Cadastre : 1826 A1 480 à 492 ; 2010 ZM 65, 58, 66

D'après Édouard Guillon, la demeure aurait été construite en 1785 par M. Despase, propriétaire du domaine, sur les plans de l'architecte Victor Louis. Des bâtiments figurent à cet emplacement sur les cartes anciennes (à partir de 1691) et le lieu-dit est mentionné sur une carte de 1751. Le château est illustré dans l'ouvrage de Gustave de Galard en 1835. En 1850, l'ouvrage de Cocks mentionne le domaine appartenant à M. Boué et produisant 50 tonneaux. D'après les matrices cadastrales ce dernier fait construire une maison en 1852 sur la parcelle A491 (correspondant au bâtiment de la Métairie). Il revend la propriété en 1860 à M. J.-F. Caula qui opère également des aménagements : une cuisine de vendanges, une maison et un fournil sont construits en 1860 (parcelle A481). En 1866, Édouard Guillon mentionne d'ailleurs ces bâtiments de dépendance : "A côté du château sont les servitudes d'une grande exploitation vinicole ; logements des gens de service, parcs à bœufs, greniers à foin, chai, contenant 80 tonneaux en sole et cuviers, où sont des cuves de même dimension, portant chacune le nom d'un crû célèbre". Ce n'est que dans l'édition de 1908 de Cocks que le château est illustré. Le corps de logis principal a certainement été surélevé côté est dans un second temps, et de la même façon, deux ailes ont été ajoutées de part et d'autre. Au moment des crises de la viticulture du 3e quart du 20e siècle, le domaine s'est orienté vers l'élevage de vaches avant de reprendre une activité viticole. Aujourd'hui, les 20 hectares qui entourent le château produisent des raisins qui sont apportés à la cave coopérative de Cussac pour être vinifiés.

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle

La demeure est située à l'écart du bourg, à la limite entre vignes et palus, présentant deux façades, l'une donnant vers l'estuaire à l'est et l'autre à l'ouest. Elle se compose d'un rez-de-chaussée surélevé percé de sept ouvertures, les trois au centre formant un avant-corps. Côté oriental cet avant-corps est surmonté d'un étage carré couronné d'un fronton triangulaire percé d'un oculus et sculpté de guirlandes végétales. Les travées latérales sont, quant à elles, surmontées de balustrades. La porte principale, à laquelle on accède par un escalier en fer-à-cheval doté d'une rampe en ferronnerie, est surmontée d'un décor sculpté composé d'une table décorative avec motif de drapé disposé en chute et surmontant un médaillon avec l'initiale B. Deux corps de bâtiment de deux travées chacun ont été greffés dans un second temps de part et d'autre du corps principal. La façade ouest ne présente qu'un rez-de-chaussée surélevé, auquel on accède également par un escalier en fer-à-cheval. La porte est surmontée d'un écu encadré de deux figures de sirènes, probablement remployé. Le fronton triangulaire qui couronne l'avant-corps présente un oculus avec des motifs de guirlande végétale. A l'intérieur, l'ensemble du décor (lambris, stucs, cheminées) est conservé. Les bâtiments de dépendance, en mauvais état, abritaient au nord le cuvier et les chais, qui ont également servi d'étables à vaches. L'aile sud semblait abriter des logements d'ouvrier. Une parcelle close de murs correspondait au jardin : deux niches appareillées y sont aménagées. Un bâtiment en rez-de-chaussée a pu servir d'orangerie.

Murs calcaire
pierre de taille
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré, en rez-de-chaussée surélevé
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
croupe
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier en fer-à-cheval
Techniques ferronnerie
sculpture
Représentations guirlande chute monogramme balustre fronton draperie feuillage sirène armoiries
Précision représentations

Rampes des escaliers en ferronnerie.

Caula (propriétaire).

Statut de la propriété propriété privée
Protections inscrit MH, 2012/02/22
Précisions sur la protection

Inscription par arrêté du 22 février 2012 : le château en totalité, ainsi que son jardin, ses murs de clôture, ainsi que les niches, à l'exclusion des dépendances viticoles (cad. ZM 61 à 63, 65, 81, 86).

Annexes

  • GUILLON, Édouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde. Bordeaux : Coderc, Dégréteau et Poujol, 1866-1869, t. 3.

    p.226

    Il est situé sur le bord des croupes graveleuses qui dominent les palus de la Gironde, dans une heureuse situation, entre la route et le fleuve sur l'emplacement d'une maison noble dont il existe un dénombrement fait en 1657. Plus tard, le 21 mai 1674, François Bernard, avocat au Parlement, rendit hommage à Henry de Foix Baron de Castelnau pour les rentes du fief de Massillonet et pour sa maison noble appelée la Salle de Bernones.

    Le château de Bernones a été construit vers 1785 par M. Despase, propriétaire du domaine, sur les plans de l'architecte Louis, qui a laissé dans le Bordelais tant d'édifices dus à son génie. M. Despase, en mourant, laissa Bernones à sa fille, devenue l'épouse d'un écuyer habile, nommé M. Letellier. Les époux le gardèrent jusqu'en 1835 et le vendirent à M. Boué, qui le revendit, en 1860, à M. J.-F. Caula, de Bordeaux, son propriétaire actuel.

    Le château est encore ce que le fit l'agent de l'architecte ; "il est élevé de plusieurs étages, desservi par quatre escaliers, orné de deux perrons, contient des caves dans toute son étendue, renferme quatorze pièces, habilement distribuées et richement décorées. Au-dessus, s'élève un pavillon, d'où la vue s'étend sur la Gironde, la ville de Blaye, qui est en face, et les coteaux rocheux du Bourgeais".

    A côté du château sont les servitudes d'une grande exploitation vinicole ; logements des gens de service, parcs à bœufs, greniers à foin, chai, contenant 80 tonneaux en sole et cuviers, où sont des cuves de même dimension, portant chacune le nom d'un crû célèbre.

    Autour de toutes ces constructions sont des parterres, des pelouses, des arbres, des charmilles, des pièces d'eau, des fontaines jaillissantes, un jardin potager, clôturé de murs ; puis, une propriété, de forme allongée, s'étendant sur les graves et dans les pallus, depuis la route de Pauillac jusqu'à la Gironde, et couvrant une superficie de 57 hectares, dont une partie est en prairies et 24 en vignes rouges, qui fournissent, année ordinaire, de 50 à 60 tonneaux de vins classés parmi les Bons Bourgeois.

    Le domaine de Bernones est une des plus agréables résidences du canton de Castelnau.

    (Titres de M. Caula - visité en février 1868).

    COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1908 (8e édition).

    Château Bernones (cru bourgeois supérieur), M. E.-G. Brunkow, vice-consul d'Autriche-Hongrie, à Saint-Sébastien, propriétaire.

    Le château Bernones qui était un fief est une belle construction de l'architecte Louis avec de vastes dépendances (...). Il (le vignoble) a une étendue de 30 hectares complantés des meilleurs cépages.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Gironde, E 145, fol. 124 : Hommage de Arnaud de Sainte-Marie, seigneur de Lamarque pour la maison noble de Bernones, 18 janvier 1605.

Documents figurés
  • Carte de la situation des places qui desservent l'entrée de la Garonne et de leurs environs de Blaye. Dessin, encre, aquarelle, par Ferry, 1691 [Service historique de la Défense, Vincennes, 2 VH 363, pièce 8].

  • Plan du fort du Médoc et de ses environs. Dessin, encre, aquarelle, 1707 [Service historique de la Défense, Vincennes, 3 VH 363, pièce 15].

  • Carte des environs de Blaye et des deux cotes de la Gironde. Dessin, encre, aquarelle, 1716 [Service historique de la Défense, Vincennes, 1 VH 363, pièce 19].

  • Carte des environs de Blaye, isle vis-à-vis et du fort de Medoc. Dessin, encre, aquarelle, 1751 [Service historique de la Défense, Vincennes, 1 VH 393, pièce 31/1].

  • GALARD, Gustave de. Album vignicole ou vues des châteaux et propriétés produisant les vins des meilleurs crus du Médoc et autres lieux du département de la Gironde. Bordeaux : s.d. [1835].

    3e livraison, n°1
Bibliographie
  • COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1908 (8e édition).

    p. 122-123
  • GUILLON, Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde. Bordeaux : Coderc, Dégréteau et Poujol, 1866-1869, t. 3.

    p. 226
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire