Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Bellegrave du Poujeau

Dossier IA33005430 réalisé en 2014

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Appellations Château Bellegrave du Poujeau
Parties constituantes non étudiées garage, remise, puits
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Sud Médoc Estuaire
Adresse Commune : Le Pian-Médoc
Lieu-dit : Le Poujeau
Adresse : 97 rue Jean Giraudoux
Cadastre : 1843 D8 1325 ; 2012 BA 63
Précisions


Une construction en alignement est visible sur les deux cadastres des années 1820 et 1843, environnée d'un vignoble au nord. La demeure actuelle, qui parait datable des années 1860, est mentionnée dans l'ouvrage d'Edouard Guillon sur Les châteaux viticoles de la Gironde en 1868 : "Il y a encore au Pian la maison de M. Graval [sic], située au Poujeau. C'est une belle habitation moderne couverte en ardoise, mais qui ne ressemble ni à une villa, ni à un château."

La famille Granval, issue de négoce bordelais, commanditaire de la reconstruction, a repris le domaine et en a fait une exploitation renommée, brièvement décrite dans les éditions du Cocks et Féret de 1881 et de 1886. En 1898, le domaine bénéficie d'une notice détaillée et la bâtisse est représentée. Une partie des chais ont probablement été construits à cette époque (ils servent aujourd'hui d'entrepôts).

Le domaine appartient en 1922 à un certain Louis Dillaire. Dévasté par les sévères gelées de 1956, le vignoble est reconstitué à la fin des années 1970 et retrouve les 10 ha de vignes qu'il comptait auparavant. La demeure a, depuis quelques années, perdu son attache viticole.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle

La demeure, en retrait de la route principale qui traverse le hameau du Poujeau, dispose, sur l'arrière, d'un parc avec de grands spécimens de chênes. Deux piliers circulaires à cannelures, vestiges de l'ancien portail, donnent accès à la cour. L'ensemble comprend un corps de logis avec étage et comble, ainsi que des dépendances basses accolées à l'ouest. La façade principale de cinq travées comporte un avant-corps peu saillant encadré de pilastres à bossages. La porte du rez-de-chaussée est couverte d'un arc en anse de panier interrompu par une agrafe à décor végétal. Deux bandeaux continus moulurés séparent les niveaux. À l'étage, chaque ouverture est à chambranle mouluré ; la plate-bande à agrafe est surmontée d'une corniche. La porte-fenêtre centrale ouvre sur un balcon à garde-corps en fonte. Le comble est éclairé par trois lucarnes percées d'un oculus. Les autres faces de la demeure sont moins soignées, dépourvues de décor et élevées avec des matériaux plus ordinaires.

Murs calcaire pierre de taille enduit
bossage
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, étage de comble
Couvrements
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, cage ouverte
Énergies
Techniques sculpture
fonderie
Représentations pilastre, agrafe, volute, rosette, rose, ornement architectural
Précision représentations

Des pilastres à bossage encadrent la façade et l'avant-corps. Les agrafes sculptées en volute des portes et fenêtres sont ornées d'un décor végétal. Les plates-bandes des fenêtres de l'étage sont ornées de cannelures.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • GUILLON Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde. Bordeaux : Coderc, Dégréteau et Poujol, 1866-1869, tomes 1 à 4.

    t. 2, p. 109
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1886 (5e édition).

    p. 123
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition).

    p. 128-129
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes Médoc-Estuaire - Grollimund Florian