Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Bages-Monpelou, ancienne école de garçons

Dossier IA33005730 inclus dans Ville réalisé en 2012

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • cour
    • jardin
    • portail

Á rapprocher de

Appellations Château Bages-Monpelou
Parties constituantes non étudiées cour, jardin, portail
Dénominations demeure, école
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Pauillac
Adresse Commune : Pauillac
Adresse : rue du Maréchal-Joffre
Cadastre : 2012 AS 337 ; 1825 D 44

Des bâtiments organisés autour d'une cour en U figurent sur le plan cadastral de 1825. Sur le plan de la ville de Pauillac dressé en 1835, les bâtiments sont désignés par le toponyme Canteranne.

Au début du 20e siècle, Pierre Camille Constant est le propriétaire de ces bâtiments. Il avait reçu ce bien de sa grand-mère, Marie Laména, veuve de M. Martial Constant, lors du partage intervenu entre lui et ses deux sœurs, le 14 décembre 1851. Ses initiales entrelacées ornent le fronton de la demeure.

Les augmentations et diminutions du cadastre indiquent que la veuve Constant fait construire une maison en 1862 (parcelle D44). D'autres constructions sont mentionnées entre 1860 et 1865 sur cette même parcelle. Dans l'édition de 1868 de l'ouvrage de Cocks et Féret, le domaine est mentionné sous le nom de Constant-Bages, appartenant à Camille Constant et produisant 80 à 100 tonneaux.

En 1871, l'architecte Ernest Minvielle propose un projet de restauration finalement non réalisé. En revanche, un plan également daté 1871 représente l’ossature du plancher du cuvier, situé de l'autre côté de la rue (aujourd'hui transformé en coopérative). Ces bâtiments sont représentés dans l'édition de 1874 de l'ouvrage de Cocks et Féret, sous le nom de cru Constant-Bages-Monpelou : Camille Constant a ajouté en 1862 "à son excellent cru 14 hectares de vignes situées à côté du vignoble de Château-Batailley (...)".

Selon les augmentations et diminutions du cadastre, deux démolitions de maisons ont lieu en 1879 suivies de deux reconstructions en 1880 sur la parcelle D44 pour le compte de Pierre Camille Constant.

En 1923, le projet d'établissement d'une école de garçons dans le château Bages-Monpelou est approuvé par le ministère de l'Instruction publique. Les classes y sont aménagées au rez-de-chaussée et des logements de fonction à l'étage. Ces travaux sont réalisés sous la conduite de l'architecte Albert Maurin.

Aujourd'hui, le bâtiment se trouve dans l'enceinte du collègue Pierre de Belleyme et est désaffecté.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle
Auteur(s) Auteur : Minvielle Ernest, architecte, attribution par source
Auteur : Maurin Albert,
Albert Maurin

Architecte à Bordeaux.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

La demeure est située dans la partie nord de la ville, le long de la route départementale n°2. Les bâtiments s'organisent autour d'une cour en U. Celle-ci est fermée côté rue d'un muret avec grille en fonte moulée.

La demeure se compose d'un corps de logis central à étage avec deux ailes en retour, également à étage. L'aile nord est prolongée par une annexe en rez-de-chaussée. La façade principale est organisée selon 5 travées avec un avant-corps souligné de chaînes d'angle à bossage. La porte et la fenêtre principales forment un ressaut traité en bossage. Le décor se concentre sur cette travée : au rez-de-chaussée, la porte en plein-cintre présente un encadrement mouluré avec agrafe ornée enrichie de guirlandes de chêne festonnées ; la fenêtre de l'étage est également dotée d'un encadrement mouluré et d'une agrafe ornée ; enfin, la travée est couronnée d'un fronton triangulaire souligné de modillons et orné d'un cuir découpé avec un médaillon portant les initiales CC entrelacées et des rinceaux végétaux. Un bandeau médian mouluré et orné denticules règne sur l'ensemble de la façade.

La façade postérieure est asymétrique. La lecture en est gênée par l'adjonction d'une partie en rez-de-chaussée. On retrouve toutefois une travée couronnée d'un fronton triangulaire à modillons et le même type de fenêtre principale avec agrafe ornée.

A l'intérieur, des éléments d'origine sont conservés malgré les multiples transformations : l'escalier tournant, des éléments de lambris et de stucs décoratifs.

Murs calcaire
pierre de taille
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré, en rez-de-chaussée
Couvertures toit à longs pans
croupe
Escaliers escalier intérieur : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie
États conservations état moyen, désaffecté
Techniques sculpture
Représentations cuir découpé, monogramme, rinceau, guirlande, ruban, feuillage, denticule, coquille
Statut de la propriété propriété du département

Annexes

  • Documentation complémentaire

    AD Gironde, 2 O 2618, Devis général et cahier des charges pour la transformation du château Bages Monpelou en école de garçons d'après les plans dressés par M. Albert Maurin, architecte à Bordeaux, 12/05/1922.

    Mention d'une orangerie transformée en classe I ; façade sur cour : transformation de la grande porte existante en une croisée, ouverture de deux croisées de part et d'autre de la porte ; façade sur le parc : surhaussement de la porte existante de 60 cm de haut, ouverture de deux croisées, porte à ouvrir pour communiquer de la classe I à la classe 2 ; construction d'un escalier sur la façade parc en béton de ciment et grave avec palier, banquette et mur d'échiffre ; 2e classe : fumoir et salle de billard actuels, démolition de la cheminée du fumoir ; 3e classe : salon et vestibule actuels ; 4e classe : salle à manger actuelle ; 5e classe : cuisine, laverie et dépendances de l'état actuel ; 6e classe : classe des petits, garage ; préau : buanderie actuelle ; mention de la galerie ; cage d'escalier de service ; 1er étage : logements des adjoints maires et logement du directeur au centre du château ; transformation de la vacherie actuelle en réfectoire et salle de jeu (démolition des 9 stalles, bas-flancs, mangeoires, râteliers, cloisons en bois, charpente conservée) ; démolition/réfection des parquets en chêne dans les classes.

    AD Gironde, 2 O 2610, Vente par M. et Mme Athanaé à la commune d'un corps d'immeubles situé à Pauillac, rue du Maréchal Joffre, anciennement dénommée rue de la Gare, 1er mars 1924.

    Composé de maison d'habitation, cour d'honneur, maisons de domestiques, écuries, remises, hangar, autres bâtiments, cour et jardins potager et d'agrément (53 ares, 59ca, section D 44p, 45p). Immeubles appartenant à Ferdinand Petit (décédé le 27 septembre 1921 au château du Pian à Bouliac) et Catherine Adèle Victorine Coussillan sa 1ère épouse (mariage du 2 avril 1879) et Mme Petit sa 2e épouse ; achat le 23 janvier 1897 à Mme Jeanne Laure Fabre, veuve de Pierre Camille Constant (décédé le 28 mars 1895); partage avec Mme Desse et Mme Iahnholtz les deux soeurs de Pierre Camille Constant, suivant partage passé devant Me Roux, le 14 décembre 1851 ; immeuble donné par leur grand-mère Marie Laména, veuve de Martial Constant. Ferdinand Petit a légué le tout à M. et Mme Athanaé ; acquisition de l'immeuble Athanaé, dit château Bages Monpelou par la commune pour 150.000 frcs pour être transformé en école de garçons.

    AD Gironde, 2 O 2618. Certificat de paiement pour solde à l'architecte Albert Maurin et à l'entrepreneur M. Barlau (Bordeaux, 145 bld Antoine Gauthier) pour transformation du château Bages Monpelou en école de garçons, 05 février 1925.

    AD Gironde, 2 O 2618. PV réception définitive des travaux exécutés pour les écoles de garçons, 02/04/1925.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Biens communaux de Pauillac (1832-1933).

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 2610
  • Édifices publics, monuments, écoles de Pauillac (1840-1900).

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 2618
  • Registre des délibérations du conseil municipal, 1916-1925.

    Archives municipales, Pauillac
Documents figurés
  • Fonds Minvielle. Plans d'édifices à Pauillac, 2e moitié 19e siècle.

    Archives municipales, Bordeaux : 150 S, rec. 231
Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1868 (2e édition).

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire