Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château Abel Laurent

Dossier IA33003126 réalisé en 2010

Fiche

Précision dénomination château viticole
Appellations château Abel Laurent
Parties constituantes non étudiées cuvage, chai, mur de clôture, portail
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Castelnau-de-Médoc
Adresse Commune : Margaux
Lieu-dit : Abel Laurent
Cadastre : 1826 B 190, 191 ; 2008 B 73

Le château porte le nom d'un de ses propriétaires au 19e siècle, Abel Laurent, administrateur et agent de change parisien. Auparavant, il portait le nom Séguinaud. Il a appartenu à diverses familles (Dyries, Dutilh, Cruse).

Un bâtiment est visible sur le cadastre de 1826 au lieu-dit Les Dames. La construction d'une maison est indiquée en 1865 puis une construction nouvelle en 1875.

Édouard Guillon indique que le château appartient en 1866 à M. Montagne, qui l'a restauré et remis à neuf. La description qu'il en donne alors correspond au bâtiment actuel : "c'est un corps de logis rectangulaire, élevé de deux étages, flanqué de deux pavillons et dominé par une tourelle capuchonnée, encastrée dans la façade". Il est illustré dans l'édition de 1874 de l'ouvrage de Cocks et Féret et appartient alors à Abel Laurent, également propriétaire d'autres vignobles à Soussans et sur l'Île Verte.

La date 1875 correspond peut-être à la construction des chais.

Dans l'édition de Féret et Cocks de 1908, le château appartient à M. Charles Laurent. Il dépend actuellement du domaine de Château Margaux : on y réalise notamment la vinification du vin blanc de Château Margaux.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle
Dates 1865, daté par travaux historiques

Accompagné d'une cour et entouré d'un vaste mur de clôture, le logis est composé d'une partie centrale à étage carré sur laquelle est greffée une tour d'escalier polygonale (façade occidentale) et qui est encadrée par deux pavillons à deux étages carrés. Le bâtiment est prolongé à ses deux extrémités par des éléments en rez-de-chaussée couverts en tuiles creuses. Le corps principal du logis et les deux pavillons sont couverts d'ardoise.

Au premier étage, les allèges des fenêtres sont ornées de tables décoratives avec des motifs de fleurs tandis que les linteaux sont décorés de rinceaux. Les niveaux supérieurs de la tour d'escalier et des pavillons sont dotés d'oculi entourés de tables décoratives ornées de rinceaux.

Sur la façade occidentale, la fenêtre centrale du premier étage est agrémentée d'un balconnet en pierre soutenu par des consoles galbées. Corniches, bandeaux et chaînes d'angle en pierre de taille animent la façade enduite. Au nord se trouve la cour des bâtiments de vinification.

Murs calcaire
enduit
pierre de taille
Toit tuile creuse, ardoise
Étages en rez-de-chaussée, 1 étage carré, 2 étages carrés
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
toit polygonal
États conservations bon état
Techniques sculpture
Représentations rinceau fleur

Estuaire

TRAVEE 5
FORBAIE linteau droit (porte) ; oculus (jour) ; chambranle mouluré (porte) ; chambranle mouluré (fenêtre) ; linteau droit (fenêtre)
POSTOPO coteau
VUE vue étendue
CLOT mur de clôture maçonné ; grille ; piliers de portail
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • DOCUMENTATION COMPLÉMENTAIRE

    - GUILLON, Édouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde, avec la description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crus. Bordeaux : [s.n.] 1868. Tome 3.

    p.275-276

    "Le château Séguinaud est un petit édifice moderne, construit sur une croupe assez belle, qui avoisine l´église de Margaux. C´est un corps de logis rectangulaire, élevé de deux étages, flanqué de deux pavillons et dominé par une tourelle capuchonnée, encastrée dans la façade ; l´ensemble du style ne manque ni d´élégance, ni de pureté. Devant le château est un jardin et un vaste cellier, le tout entouré d´un mur peint en rose".

Références documentaires

Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition).

    p. 121-122
  • COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1908 (8e édition).

    p. 86
  • FERET, Edouard. Supplément à la Statistique générale de la Gironde (partie vinicole) . Bordeaux, Paris, 1880.

    p. 36
  • GUILLON, Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde, avec la description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crus. Bordeaux, 1866. Tome 3.

    p. 275-276
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire