Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chapelle Notre-Dame de Clairence

Dossier IA64002769 réalisé en 2018

Fiche

Appellations Chapelle Notre-Dame de Clairence
Dénominations oratoire, fontaine de dévotion
Aire d'étude et canton La Bastide-Clairence (commune)
Adresse Commune : La Bastide-Clairence

Sur cette source appelée "la houn de Clerance", connue pour ses bienfaits pour la peau et les yeux, est décidée en 1726-1727 la construction d'une fontaine en pierre de taille avec une croix et deux escaliers, simultanément à l'établissement d'un petit bassin avec escalier à la fontaine appelée "Dous Lézous", au même quartier de Mingette. Les travaux sont exécutés par Guilhem de La Salle, maçon à Urt, et le charpentier Pierre Padouvent (délibérations du corps de Ville des 10 mars 1726 et 10 septembre 1727).

La source réputée miraculeuse est dotée d'un petit "oratoire" mentionné au 19e siècle, entretenu par la famille Iribarne, propriétaire du terrain ; lieu de dévotion à la Vierge, une statue y est établie. En 1875 des indulgences sont accordées aux pèlerins se rendant sur le site et une procession annuelle est instituée, la famille Iribarne confiant à M. Labourt, curé de La Bastide-Clairence, le site comme lieu de pèlerinage à la Vierge Marie.

En 1882, la famille Darrieux fait construire un oratoire sur un terrain lui appartenant, situé à quelques mètres en face de celui de la famille Iribarne. Le curé Larrouy qui a succédé au curé Labourt à La Bastide, souhaite transférer le pèlerinage dédié à la Vierge Marie à la chapelle Darrieux, qu’il nomme "Chapelle Notre-Dame de Clairence". La famille Iribarne s'insurge contre ce qu'elle considère comme une usurpation de nom, et une querelle des chapelles se déclenche entre ces deux familles de notables bastidots. A l'occasion du mariage de la fille Iribarne en 1886, la famille décide à son tour de la construction d'une chapelle, sur une crypte aménagée par l'agrandissement de l'ancien oratoire. Cette construction a pour toile de fond la volonté d'ancrer un lieu de dévotion sur ce site, afin d'éviter une translation vers la chapelle Darrieux.

La chapelle appartenant à la famille Iribarne est bénie avec autorisation de l'évêque, à titre essentiellement privé. La chapelle Darrieux est, quant à elle, dédiée à saint Joseph en septembre 1895 par Mgr Jauffrey, évêque de Bayonne (elle sera détruite sur ordre de l'évêque en 1939).

En octobre 1938, les héritiers de la famille Iribarne, Joachim, Cyprien et Anne Iribarne-Dutournier, font donation de la chapelle ainsi que de son mobilier à l'association diocésaine de Bayonne (devant Me Paul Moulonguet, notaire à Bayonne), "à la condition d'usage exclusif de lieu de pèlerinage et dévotion".

Tombant en ruine, et à la demande de nombreux habitants voulant la sauver, la chapelle passe aux mains de la commune en 1999, qui l'acquiert pour le franc symbolique. Une nouvelle association dédiée à la sauvegarde du lieu entreprend alors sa restauration. Aujourd'hui, elle donne lieu à un dévotion populaire, de nombreux ex-voto y sont déposés par les visiteurs.

Période(s) Principale : 2e quart 18e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : limite 20e siècle 21e siècle
Dates 1727, daté par source
1886, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : La Salle Guilhem de,
Guilhem de La Salle

Maçon à Urt (64), dans la 1ère moitié du 18e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maçon, attribution par source

La chapelle est située à la sortie du village, en contrebas de la route de Pessarou. De style néogothique, ce modeste édifice est construit au-dessus d'une source.

Le rez-de-chaussée en soubassement est occupé par la fontaine, accessible par un escalier à l'angle sud-ouest, une baie fermée donne accès à l'écoulement de l'eau, elle est surmontée d'une niche contenant une statuette de la Vierge Marie. Au-dessus, une corniche matérialise un fronton en attique surmonté d'une croix. La toiture à longs pans est couverte d'ardoises.

Une crypte perpendiculaire à l'ensemble occupe la partie est, accessible du côté sud. elle est formée par une nef avec voûte en berceau brisé, se terminant par une partie surélevée abritant un autel.

Un escalier à l'angle nord-ouest donne accès à une terrasse surélevée, devant l'entrée de la chapelle. Ses murs sont marqués par un soubassement en pierre à bossage rustique, tandis que l'appareillage de la façade est en pierre lisse. Avec un ressaut en plate-bande entourant les ouvertures, les murs étaient probablement enduits. La porte en arc brisé et imposte ajourée est encadrée par deux contreforts-pilastres. Elle est surmontée d'une rosace trilobée puis d'un pinacle percé d'une baie en arc brisé. Deux amortissements de part et d'autre de la travée centrale viennent couronner les contreforts-pilastres latéraux.

L'organisation intérieure est composée d'une nef unique ajourée dans les murs gouttereaux par une baie en arc brisé, et d'une abside en cul-de-four accueillant une statue de la Vierge Marie et une autre de saint Joseph en pendant.

Murs calcaire pierre de taille
schiste moellon enduit
Toit ardoise
Couvrements voûte en berceau brisé
fausse voûte en berceau brisé
Couvertures toit à longs pans pignon découvert
États conservations restauré
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Extraits des délibérations du Corps de ville de La Bastide-Clairence concernant la fontaine. Années 1726-1727

    Extraits des délibérations du Corps de ville de La Bastide-Clairence

    -Délibération du 10 mars 1726 : Exposition aux enchères des travaux de construction de la fontaine de Clairence et cahier des charges.

    « L'an 1726 , le 10 du mois de mars, dans la maison commune de la Bastide Clerance [...] précédents proclamats faits au son du tambour par les cantons et carrefours de la ville par le sergent, la fontaine à faire en l'endroit appelé la Houn de Clerance, près la présente ville, a été exposé au rabais aux conditions et qualifications suivantes :

    Premièrement que le travail et construction du bâtiment d'icelle fontaine sera fait de la grandeur et dans l'ordre du plan que les Sieurs magistrats ont exhibé sur une feuille de papier commun, de bonne pierre de taille qui sera arrachée et travaillée par l'entrepreneur, lequel fournira d'ailleurs tous les matériaux nécessaires sur les lieux et en fera et parachèvera ledit travail le jour et fête de St J. Baptiste prochain, à la réserve seulement que la Communauté sera tenue de faire la charroi de la pierre de taille et sable et de fournir la chaux nécessaire pour ladite bâtisse sur les lieux, la Communauté payant la chaux, et de payer le prix du dit travail et construction, la moitié dès que la moitié du travail sera fait et l’autre moitié à la fin du travail, lequel devra être vu, examiné et agréé »

    L’adjudicataire des travaux sera Guilhem de La Salle, maçon d’Urt, pour la somme de 125 livres.

    Le 4 janvier 1727, Pierre Padouvent de la maison Beauregard, charpentier, sera payé « pour fourniture de boisage pour une porte avec couleur à la fontaine de Clerance ».

    -Délibération du 10 septembre 1727 : Exposition aux enchères de travaux de réparation de la fontaine de Clerance et la fontaine « dous lézous » et cahier des charges :

    « Les réparations à faire à la fontaine appelée de Clerance et au tenant d'icelle consistant en:

    1/ construire 3 brasses de muraille ou environ au devant de la fontaine afin de fermer le devant où est le jet d'eau afin d'empêcher que les porcs et autres bêtes ne puissent y aller abreuver, avec 2 petits escaliers, l'un au dehors de la muraille et l'autre au-dedans, attachés à icelle muraille afin que les personnes puissent entrer et sortir commodément.

    2/ qu'il y sera fait un aqueduc pour conduire l'eau de la fontaine, de la longueur de 87 pieds (de)puis la fontaine, tirant sur le quartier de Mirepoix qui est entre le couchant et le nord; à l'entrée duquel aqueduc qui prendra l'eau du bassin de la fontaine, sera de la profondeur au début de 2 pieds et demi et à la fin de 3 pieds et demi, le nivelant, de sorte que le penchant nécessaire s'y trouve pour que l'eau coule facilement. Lequel aqueduc sera aussi d'un pied de hauteur et de 10 pouces de largeur; savoir les 2 côtés et le dessous de bonne muraille de pierre à chaux et sable et tout le dessus de très bonnes lauses, le tout bien joint, proprement travaillé.

    3/ Plus 3 brasses de muraille à faire en la petite fontaine qui est au quartier de Mingette (*) appelée communément Dous Lézous (*), pour servir de bassin à la fontaine, avec un escalier au dehors pour pouvoir prendre de l'eau commodément. Le tout aussi de bonnes pierres à chaux et sable ».

    (*) Lous lézous = les lésions (dartres, etc)

    (*) Le quartier de Mingette ou Minguette est le quartier où se trouve la chapelle. La matrice cadastrale de 1882 porte « le pré Minguette (chapelle) » propriété de Charles Darrieux Juzon.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Matrice cadastrale de La Bastide-Clairence, propriétés foncières bâties et non-bâties, 1835-1912.

    Archives communales, La Bastide-Clairence : 1G3-4
Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien de La Bastide-Clairence, 1835.

    Archives communales, La Bastide-Clairence : 1G1
Bibliographie
  • LALANNE Guy (dir.). La Bastide Clairence. Ciboure : Jakintza, 2018.

    P. 115-116.
(c) Commune de La Bastide-Clairence ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Larralde Alexandra
Alexandra Larralde

Chargée de l'inventaire général du patrimoine culturel de La Bastide-Clairence.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.