Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chapelle de Bouleix ou de Beaulieu

Dossier IA24001300 réalisé en 2011

Fiche

Appellations chapelle de Bouleix ou de Beaulieu
Dénominations chapelle
Aire d'étude et canton Vallée de la Vézère - Montignac
Adresse Commune : Montignac
Lieu-dit : la Chapelle Boulet
Cadastre : 1813 G3 883 ; 2011 BP 44

L'origine de la fondation de cette chapelle reste inconnue. La construction peut être datée (uniquement sur critères stylistiques) de la fin du XIIe ou du début du XIIIe siècle. Sous l'ancien régime, le curé de Saint-Pierre de Montignac conduisait à la Saint-Jean une procession à la chapelle de Bouleix. Donnant lieu à des désordres, la procession fut supprimée par l'archiprêtre Mazelier vers 1780 et la chapelle abandonnée. En 1897, l'architecte Jules Mandin en dresse les plan, coupes et élévations, semble-t-il, en vue d'une restauration qui n'a peut-être jamais eu lieu. Certaines parties, correspondant peut-être à cette restauration de la fin du XIXe siècle, sont en moellons équarris.

Période(s) Principale : limite 12e siècle 13e siècle

Située dans les bois à proximité de l'écart de Roufflat, la chapelle de Bouleix, de plan rectangulaire (14,24 x 7,25 m), est de dimensions modestes. Elle ouvre à l'ouest par un portail en arc brisé dont l'ébrasement extérieur à ressauts était animé de colonnettes monolithiques (aujourd'hui disparues). Sur le tableau gauche du portail est gravée une crosse meublant un globe surmonté d'une croix. Le chevet plat de la chapelle (à l'est) est éclairé par un triplet de fenêtres en plein-cintre ébrasées, surmontées d'un oculus. Les murs sont en maçonnerie de pierres de taille fourrée de moellons. Le mur nord est aujourd'hui en partie écroulé ; en subsiste cependant une niche en plein-cintre qui servait soit de tabernacle, soit de crédence. La première hypothèse semble toutefois la plus plausible puisque le fond de la niche est orné d'une peinture murale (assez fruste) représentant le visage du Christ. Les murs nord et sud sont chacun percé d'une baie. Celle du mur sud a une ouverture carrée dotée autrefois de barreaux dont l'embrasure extérieure adopte la forme d'une porte ; elle servait peut-être de confessionnal ou de guichet pour donner la communion. Les murs sont couronnés par une corniche moulurée. Le couvrement - probablement une charpente - et la couverture ont disparu. Aujourd'hui, la stabilité de l'édifice est menacée par la végétation.

Murs calcaire
pierre de taille
moellon
Plans plan allongé
États conservations vestiges
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • 321 27. Papiers du chanoine Brugière.

    p. 412 et 426. Archives diocésaines, Périgueux et Sarlat : 321 27
Documents figurés
  • Carte de la Guyenne par Belleyme. Reproduction en fac-similé de l'édition du XVIIIe siècle conservée à l'Institut géographique national, par Pierre de Belleyme, IGN.

    Planche 23, levée en 1768, gravée et publiée en 1789. Archives départementales de la Dordogne : 1 Fi 2 Dordogne 0013
  • Plan cadastral ancien de la commune de Montignac, 1813 (AD Dordogne, 3P3 3210-3228)

    Section G, 3e feuille, éch. 1/2500, 1813 (3 P 3/3228). Archives départementales de la Dordogne : 3P3 3210-3228
Périodiques
  • Bulletin de la société historique et archéologique du Périgord.

    MANDIN, Jules. Bouley. "Un sanctuaire, dans les bois, en Sarladais". t. XXVII (1900), p. 92-93 (2 planches). Bibliothèque nationale de France, Paris
  • SECRET, Jean. "Églises et chapelles périgourdines disparues d’après la carte de Belleyme". Bulletin de la société historique et archéologique du Périgord, 1969, t. XCVI, p. 88.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Ferlier Ophélie