Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chais et cuviers de Saint-Christoly-Médoc

Dossier IA33007578 réalisé en 2014

Fiche

Voir

Aires d'études Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Dénominations chai, cuvage
Adresse Commune : Saint-Christoly-Médoc

La viticulture est une activité importante à Saint-Christoly-Médoc au 18e siècle. L’abbé Baurein indique dans ses Variétés Bordeloises, vers 1784, que les habitants de la commune sont principalement occupés à la « culture de leurs vignes et de leurs terres labourables ».

Les chais de l’Ancien Régime et du début du 19e siècle sont généralement des bâtiments situés à l’arrière de la maison ou dans son prolongement, identifiables par la présence d’une baie de décharge. L’un de ces bâtiments, situé à l’arrière de la maison au n°2 avenue du Général de Gaulle, porte sur une de ses baies la date de 1806.

Dans les années 1860 et 1870, la production viticole augmente passant de 1000 tonneaux de vin par an, selon W. Franck en 1824, à près de 1960 tonneaux en 1881 d’après Cocks et Féret. Ce développement a eu pour incidence la construction de bâtiments de vinification plus adaptés durant les années 1870. Certains propriétaires privilégient les cuviers à étage, dits cuviers médocains. Celui situé rue du Maréchal Ferrant porte la date de 1876.

Il s'agit d'un patrimoine fragile, en voie de disparition, inutilisé ou remplacé par des équipements plus modernes comme ceux de Château Saint-Christophe ou du Clos Manou.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 20e siècle

Le terme "chais" désigne à la fois le cuvier qui abrite les cuves pour la fermentation du vin et le chai à barriques dédié à l'élevage du vin.

11 dossiers "chais" ont été réalisés ; 3 ont fait l'objet d'une sélection pour leur intérêt particulier. 39 chais ont également été repérés comme dépendance d'une maison ou d'un domaine.

Ces bâtiments sont attenants au logis (dans le prolongement ou en appentis) ou séparés et à proximité. Ils accompagnent des maisons dans le bourg et les hameaux ainsi que les domaines isolés (Château Tour de Castillon, Château Tour Saint-Bonnet et Château du Boscq).

Les chais modestes, hérités du chai paysan de l’Ancien Régime, sont identifiables par leur baie de décharge cintrée permettant la réception de la vendange. Sous un même volume de toiture, ils abritent à la fois le chai à barriques et le cuvier. Ils se situent soit dans le prolongement du logis soit à l’arrière sous un appentis.

Les domaines plus importants présentent des espaces chai/cuvier bien distincts. 7 cuviers à étage, de type médocain, ont été repérés : le niveau de plancher permet le chargement de la vendange par le haut des cuves et facilite le travail des ouvriers. Les chais de stockage du vin en barriques jouxtent généralement les cuviers.

Toits tuile creuse, tuile mécanique
Murs calcaire moellon
Décompte des œuvres repérées 8
étudiées 3

Références documentaires

Bibliographie
  • BAUREIN Abbé, MERAN Georges. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 1876, t. 1, 2è éd .

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1922 (9e édition).

  • FRANCK William. Traité sur les vins du Médoc et les autres vins rouges et blancs du département de la Gironde. Bordeaux : impr. de Laguillotière, 1824.

  • JOUANNET, Vatar François. Statistique du Département de la Gironde. Bordeaux : La vigne jeune imprimeur, 1837, tomes 1 et 2.

(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Bordes Caroline