Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chais de la Croix Millorit

Dossier IA33008762 réalisé en 2014

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées cuvage
Dénominations chai
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite)
Hydrographies Gironde la Dordogne la
Adresse Commune : Bayon-sur-Gironde
Lieu-dit : Millorit
Adresse : R. D. 669
Cadastre : 1820 B1 146, 147 ; 2015 B 184, 185

A la Révolution, le lieu de Millory ou La Croix appartient à la veuve de Larroque : le bourdieu de Millory consiste alors en "une maison et plusieurs chambres pour le logement du maître, chambre pour le logement de l'agent et paysan, chay, cuvier, cour et avant cour, jardinet".

Des bâtiments figurent à cet emplacement, au lieu-dit Enclos de Larroque, sur le plan cadastral de 1820. D'après l'état de sections, ils appartiennent encore à la famille Larroque.

En 1850, la propriété appartient à Henry Ribadieu, auteur entre autres de l'ouvrage Les Châteaux de la Gironde (1856) et rédacteur en chef du journal La Guienne. Il y produit 50 tonneaux. Dans l'édition de l'ouvrage Bordeaux et ses vins en 1868, la propriété apparaît sous le nom "Millorit", toponyme qui figure sur le plan cadastral de 1820, à côté de l'enclos de Larroque. En 1874, sa veuve détient la propriété.

A la fin du 19e siècle, le domaine de Millorit appartient aux frères Monnier : il comprend 22 hectares dont 20 hectares de vigne ; le vignoble a été en partie reconstitué à la suite du phylloxéra avec des cépages greffés sur des plants américains. Ce renouvèlement s'est probablement accompagné de la reconstruction des bâtiments, notamment du cuvier de type médocain. En 1898, la production atteint les 100 tonneaux ; le domaine prend le nom de "Lacroix" : selon l'ouvrage de Cocks et Féret, "après avoir porté le nom de Millorit pendant quelques années, il a repris le titre qu'il portait au siècle dernier". Il est précisé qu'un tiers du vignoble est encore planté de vieilles vignes françaises. Les bâtiments sont illustrés dans l'édition de 1922.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Auteur(s) Personnalité : Ribadieu Henry,
Henry Ribadieu (1825 - )

Journaliste et auteur.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
habitant célèbre, attribution par source

La propriété n'a pu être visitée. Seuls les chais et cuviers visibles depuis la route ont été repérés.

Cuvier de type médocain avec chais disposés perpendiculairement à l'arrière.

Murs calcaire pierre de taille
Toit tuile creuse
Étages en rez-de-chaussée, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans
toit à deux pans noue
Typologies cuvier médocain
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Documentation complémentaire

    AM Bayon-sur-Gironde. Registre de délibérations de la commune, 1790. Saisie du bien de Vve Laroque comme bien national, 7 germinal an 2 (27/03/1794).

    Lieu de Millory ou La Croix, maison et biens appartenant et jouis par la veuve du citoyen Laroque qui a des enfants émigrés, lequel bien consiste en une maison et plusieurs chambres pour le logement du maître, chambre pour le logement de l'agent et paysan, chay, cuvier, cour et avant cour, jardinet et vigne, le tout en un seul tenant dans laquelle maison et chay sont les meubles et vin reçu la récolte dernière (...) ; plus sur un autre plantier de vigne appelé le petit plantier et sur un autre plantier appelé au Breuil séparé par le chemin de celui où est assise la maison ; plus une petite pièce de vigne appelée A Joubeau ; plus une métairie à deux paires de bœufs dépendant du dit bourdieu de Millory, les parcs, granges et autres bâtisses pour l'usage et logement du métayé sont au lieu de Peyrinque, laquelle métairie consiste en terre labourable, en plus pièces séparées les unes des autres, prés aussi en plusieurs pièces, pacages, bois chataignié et en haute futaie (...) et les carrières qui peuvent être sous les fonds.

  • Éléments sur Henry Ribadieu

    Edouard Féret. Personnalités et notables girondins (...), 1889, p. 537.

    Ribadieu Henry, né à Coimères (Gir.), le 30 septembre 1825. Débuta comme journaliste dans le Monde bordelais que venait de fonder Charles Monselet (1846) ; successivement rédacteur du Courrier du Dimanche (1847), du Journal du Peuple (1848), du Courrier de la Gironde (1851) ; il devint en 1859 rédacteur en chef de la Guienne, le journal légitimiste le plus important de la région du S.-O., qu'il a dirigé jusqu'en 1870. Tout en faisant du journalisme, M. H. Ribadieu s'occupait d'histoire locale, ce qui est resté, depuis quinze ans, l'objet de ses études favorites dans sa retraite de Belle Roque près Bourg-sur-Gironde, où il a réuni de nombreux matériaux destinés à une Histoire de l'expédition de la duchesse de Berry en Vendée.

    (...)

Références documentaires

Bibliographie
  • FERET Edouard. Personnalités et notables Girondins de l'antiquité à la fin du XIXe siècle. Bordeaux : Féret et L'Entre-deux-mers, 2009, fac-similé de l'édition de 1889.

    p. 537
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire