Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Basilique Notre-Dame de Buglose

Chaire à prêcher

Dossier IM40004654 réalisé en 2012

Fiche

Á rapprocher de

Dénominations chaire à prêcher
Aire d'étude et canton Dax nord
Adresse Commune : Saint-Vincent-de-Paul
Lieu-dit : Buglose
Emplacement dans l'édifice nef centrale, 3e pilier nord

Cette chaire est l'un des rares meubles conservés de l'ancienne chapelle de pèlerinage de Buglose, construite à partir des années 1630. Elle présente de nombreuses similitudes avec la chaire de l'église voisine de Candresse, dans ses détails décoratifs comme dans sa facture, et doit dater comme elle des années 1670-1690. Les cinq scènes de la vie de la Vierge qui ornent ses panneaux (en rapport avec la dédicace de la chapelle mariale) s'inspirent sans doute de sources gravées, non identifiées à ce jour, et le décor de rinceaux de l'escalier de recueils d'ornements dans le goût des Lepautre.

Le meuble a subi en 1865, plusieurs années après sa remise en place dans la nef de la nouvelle église (1850-1855), une importante restauration par le menuisier dacquois Jean Bernos et par le sculpteur bordelais Vincent Saint-Sébastien (qui venait d'achever le décor sculpté intérieur de l'édifice), qui touchèrent respectivement 400 et 300 francs. Les nombreuses réfections concernent essentiellement le pied de la cuve (celle-ci était suspendue à l'origine sur "un cul-de-lampe" à feuilles d'acanthe, comme l'atteste un rapport de l'abbé Vieilhedent en 1855), le relief du portillon de la cuve à l'effigie de saint Joseph (le panneau n'était pas sculpté en 1855), la main courante, le départ, les marches et contremarches de l'escalier et la structure de l'abat-voix (les reliefs en remploi proviennent du meuble du XVIIe siècle).

Période(s) Principale : 2e moitié 17e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Dates 1865, daté par source
Stade de création copie interprétée d'estampe
Auteur(s) Auteur : Bernos Jean,
Jean Bernos

Menuisier à Dax, documenté de 1847 à 1865.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
menuisier, attribution par source
Auteur : Saint-Sébastien Vincent, dit(e) Sébastien,
Vincent Saint-Sébastien , dit(e) Sébastien (1829 - )

Sculpteur ornemaniste à Bordeaux, collaborateur de l'architecte bordelais Gustave Alaux sur les chantiers des églises de Buglose (1864-1865), de Mugron (1866) et de Rion-des-Landes (1868), et de l'architecte Taillarda fils à l'église Saint-Nicolas de Nérac (1856) ; il travailla aussi à la chapelle de la Vierge de la cathédrale de Dax en 1864-1871. Il est nommé "M. Vincent" et "Vincent St-Sébastien" dans les archives de Buglose, "Vincent Saint-Sébastien" à Nérac, mais signe "Sébastien" tout court les sculptures de Mugron et de Rion.

Enfant trouvé le 23 janvier 1829 à la porte de l'hospice civil de Pau, Vincent Saint-Sébastien épousa le 29 novembre 1854 à Saint-Paul-lès-Dax (où il était alors domicilié) Jeanne Lamaison, institutrice, fille d'un tonnelier de Laurède (Landes), dont la sœur cadette Françoise devait épouser en 1858 le sculpteur nantais Aristide Belloc (1827 - 1888/1908), lequel succèdera à Saint-Sébastien sur le chantier de Buglose en 1861.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, attribution par source

Chaire fixe, adossée ; cuve hexagonale sur culot en pyramide renversée, reposant sur un pied en faisceau de colonnettes (moderne) ; panneaux de la cuve doublés intérieurement ; escalier tournant à départ de plan octogonal et rampe sculptée, débouchant à gauche dans le collatéral nord ; dorsal panneauté, flanqué de pilastres (refaits) et couronné d'un abat-voix hexagonal. Les reliefs de la cuve, chacun en une seule planche, sont sculptés dans la masse ; celui de la rampe de l'escalier est constitué de plusieurs planches horizontales courbées et jointoyées ; le relief du panneau du dorsal est en deux planches verticales avec joint médian ; les chutes végétales de la cuve et du dorsal et les festons de l'abat-voix sont rapportés. L'appui de la cuve est garni de velours rouge clouté.

Catégories menuiserie, sculpture
Structures plan, hexagonal
Matériaux chêne, mouluré grand cadre, décor en bas relief, décor dans la masse, décor rapporté, tourné, peint, faux bois
Mesures h : 460.0
Précision dimensions

Cuve avec son culot, sans le pied moderne : h = 147 ; la = 134 ; pr = 87 ; cuve avec le pied : h = 280 ; pied : h = 133 ; panneaux-cadres de la cuve : h = 67 ; la = 42 ; dorsal : h = 134 ; la = 99 (115 avec les adjonctions modernes) ; escalier : h = 269 ; pr = 97 ; abat-voix : pr = 150.

Iconographies cycle narratif, vie de la Vierge, Présentation de la Vierge au Temple, Annonciation, Nativité, Adoration des Mages, Assomption, saint Joseph
ornementation, chute végétale, feuille de laurier, guirlande, feston, feuille d'acanthe, tournesol
Précision représentations

Reliefs sur quatre pans de la cuve, dans des encadrements rectangulaires simples, moulurés en quart-de-rond, de gauche à droite (l'ordre chronologique des épisodes de la vie de la Vierge n'est pas respecté) : Annonciation, Nativité, Adoration des mages, Présentation de la Vierge au temple. Relief sur le panneau du dorsal : Assomption de la Vierge (couronnée de fleurs par deux anges). Relief sur le portillon de la cuve : saint assis sur un siège et tenant un livre et une tige fleurie (saint Joseph ?). Culot de la cuve sculpté dans la masse de larges feuilles d'acanthe disposées sur deux rangs ; course de laurier sur la moulure inférieure de la cuve et sur le limon de l'escalier ; larges rinceaux d'acanthe mêlés de guirlandes de roses et de fleurs diverses issant de deux volutes adossées sur les deux panneaux de la rampe de l'escalier ; pilastres cannelés (modernes) de part et d'autre du panneau du dorsal ; chutes de fleurs (roses, marguerites et tournesols) aux angles de la cuve ; cartouches cordiformes encadrés de volutes et d'acanthes et accostés de guirlandes de roses (fragments) sur les pans de l'abat-voix ; lambrequins tréflés sous la corniche de l'abat-voix, feuilles d'acanthe et feuilles d'eau en alternance sur la traverse supérieure de l'abat-voix, pommes de pin en amortissement des montants (1865).

États conservations partie remplacée
remaniement
Précision état de conservation

Le meuble a subi d'importantes réfections, sans doute peu après 1855. La cuve, sans doute suspendue à l'origine et terminée par un motif en pendentif (boule ou pomme de pin ?) a été étayée par un pied en faisceau de colonnettes. Le relief du portillon (sans doute un saint Joseph) est un ajout (ou un remploi) postérieur à 1857 (l'abbé Labarrère décrit cette année-là le portillon comme "sans ornements"). De l'escalier d'origine ne semblent subsister que les panneaux sculptés et le limon à course de laurier ; le montant sculpté entre les deux panneaux, toutes les marches et contremarches, la main courante et le départ sont refaits. Les deux pilastres flanquant le panneau du dorsal sont modernes (remplaçant peut-être des ailerons en volute). La structure de l'abat-voix est entièrement refaite ; des reliefs provenant de l'abat-voix d'origine (cartouches, guirlandes de fleurs) ont été fixés sur ses faces. Les reliefs historiés de la cuve et du dorsal sont en excellent état de conservation, à l'exception de deux manques (la main droite du grand prêtre dans la Présentation au temple, le bras gauche de l'Enfant dans l'Adoration des mages).

Statut de la propriété propriété du département
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1989/12/11

Annexes

  • Extraits du registre de dépenses (1852-1873) de la fabrique de l'église Notre-Dame de Buglose (Archives diocésaines, Dax) concernant la chaire à prêcher

    [P. 68] 1865. Mois de mai. 20. Payé à M. Vincent, à valoir sur les sculptures de la chaire - 200. / 25. Payé à Bernos, menuisier de Dax, à valoir sur la chaire - 200. / [P. 69] Mois d'août. 14. Payé à Vincent, sculpteur, pour solde du travail de la chaire - 100. / [P. 70] Mois d'octobre. 24. Payé à Bernos, menuisier, pour solde du travail de la chaire - 200.

  • Extrait du rapport adressé par l'abbé Vieilhedent, trésorier de la fabrique de Buglose, à l'évêque François Lannéluc concernant les sculptures et la chaire à prêcher de l'église, juin 1855 (Archives diocésaines, Dax)

    "Chaire de l'église. / La chaire à prêcher est une petit chef d'œuvre de sculpture dans le style de la Renaissance. Elle est en chêne noirci par les années, et forme pentagone régulier, dont les pans coupés sont nettement dessinés et fortement accentués. / Les panneaux sont carrés et entre chacun d'eux descend une petite guirlande de feuilles et de fleurs du plus gracieux effet. Quatre seulement sont sculptés. Celui qui ferme la porte ne l'est pas. Les autres, en suivant, représentent : 1° L'Annonciation. L'ange Gabriel tient une belle branche de lys dans sa main gauche, et de la droite montrant le St Esprit sous la forme d'une colombe, annonce de grand mystère à Marie à genoux devant un prie-Dieu. / 2° La nativité de N.S.J.C. L'Enfant-Dieu couché sur la crèche a pour seuls adorateurs la T. Ste Vierge et le glorieux patriarche St Joseph. Dans le haut un groupe d'anges. / 3° L'adoration des mages. La T.S.V. tient sur ses genoux l'Enfant-Dieu qu'elle présente à l'adoration des rois mages. Un est à genoux devant lui, les 2 autres à côté, sont debout. Derrière eux on remarque des gardes armés de lances et coiffés du casque romain, derrière la T. Ste V. se trouve St Joseph. / 4° La Présentation de Marie au temple. Au haut des degrés du temple se trouve le grand-Prêtre accompagné de lévites. A ses pieds, Marie enfant debout, suivie de ses parents. / Le panneau de derrière, beaucoup plus grand que les autres, puisqu'il embrasse toute la largeur de la chaire, représente l'Assomption de la T. Ste Vierge. Debout sur une masse de nuages, elle est enlevée par les anges, dont deux la couronnent dans le haut du tableau. / La rampe de l'escalier est une gracieuse arabesque Renaissance entrecoupée d'une délicate guirlande de fleurs. / L'abat-voix, qui est aussi pentagone, est également orné de délicates moulures et d'une guirlande de fleurs et de fruits. / Une double rangée de feuilles d'acanthe forme l'ornement du cul-de-lampe qui termine la chaire."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Fabrique de l'église de Buglose, registre des dépenses (1852-1873).

    p. 68, 69, 70 Archives diocésaines, Dax
  • Rapport de l'abbé Vieihedent, trésorier de la fabrique de Buglose, à l'évêque d'Aire François Lannéluc, concernant les sculptures de l'église et la chaire à prêcher, juin 1855.

    Archives diocésaines, Dax
Bibliographie
  • LABARRERE Antoine. Histoire de Notre-Dame de Buglose et Souvenirs du Berceau de Saint Vincent de Paul. Paris : H. Vrayet de Surcy, 1857 (rééd. 2001).

    p. 297-299
  • CAZAUNAU Léon, LESBATS Julien. Buglose. Nogaro : Dauba frères, 1970.

    p. 97
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe