Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Aubin

Chaire à prêcher

Dossier IM40006067 réalisé en 2014

Fiche

Dénominations chaire à prêcher
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Saint-Aubin
Emplacement dans l'édifice vaisseau principal, 3e travée, mur sud

Cette chaire à prêcher en pierre - l'un des rares exemples conservés en Chalosse avec celles de Gibret (1626, réf. IM40004885), de Saint-Jean d'Aulès (Doazit, réf. IM40005642), d'Audignon (réf. IM40006615) et de Saint-Pierre de Brocas (Montaut) - est documentée par un texte de l'abbé Victor Delisle, curé de Saint-Aubin de 1755 à 1778 et chanoine d'Aire, longtemps conservé dans les archives de la paroisse : "Il sera en mémoire qu'en 1764 nous avons [...] fait faire la chaire à prêcher, de pierre, n'y en ayant cy-devant qu'une de bois toute pourrie, le tout a été fait par Jean Labat, dit Labarre, maître masson" (qui construisit en même temps une "chapelle" baptismale" au bout du collatéral). La comparaison de la chaire avec celle d'Audignon, datée 1718 et au décor presque identique, démontre la pérennité des formes en milieu rural.

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Dates 1764, daté par source
Auteur(s) Auteur : Labat Jean, dit(e) dit Labarre,
Jean Labat , dit(e) dit Labarre

Maître maçon en Chalosse dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maçon, attribution par source

Chaire fixe, adossée. La cuve hexagonale en calcaire, l'élément le plus ancien, est à quatre pans construits, le cinquième (à gauche) étant occupé par un portillon en bois peint couleur pierre (qui a conservé ses ferrures et targette d'origine en fer forgé, au décor découpé de quadrilobe et de cœur). Elle repose, par l'intermédiaire d'un tore en quart-de-rond, sur un pied en deux éléments et un socle monolithe de plan rectangulaire. Les pans construits de la cuve sont décorés de tables saillantes ; la moulure sommitale à trois fasces supportait un appui rapporté, sans doute en bois (disparu). La cuve est complétée à gauche par un escalier à limon maçonné et rampe en fer forgé pourvue d'une main courante en bois. L'ensemble devait être complété par un dorsal et un abat-voix en bois, aujourd'hui disparus.

Catégories taille de pierre, ferronnerie
Structures plan, hexagonal élévation, droit
Matériaux calcaire, en plusieurs éléments, appareillé, mouluré, décor en bas relief, décor dans la masse
fer, forgé, peint
bois
Mesures h : 228.0
la : 108.0
pr : 89.0
h : 230.0
Iconographies ornementation, table saillante, tête, boule, feuille, volute
Précision représentations

Les pans de la cuve sont ornés de tables saillantes rectangulaires verticales dont les angles échancrés sont garnis de motifs en éventail ou en palmette, à l'exception du pan axial, dont la table moulurée est en plein cintre et dépourvue de tout motif décoratif. La moulure en quart-de-rond qui relie la cuve au pied est décorée d'une frise de feuilles spatulées en très léger relief. Le même motif est répété, disposé en trois rangées, sur la partie supérieure en cavet du pied. Une tête humaine est grossièrement sculptée sur la partie inférieure, semi-cylindrique, du pied. Deux boules sculptées dans la masse cantonnent la face antérieure du socle.

La rampe en fer forgé de l'escalier est ornée de volutes affrontées et adossées, timbrées de fleurettes.

États conservations mauvais état
partie remplacée
Précision état de conservation

La pierre de la cuve et du pied, très friable, se délite ; desquamation, épaufrures aux angles du socle. Les pans maçonnés de la cuve, désolidarisés, sont maintenus par quatre agrafes de fer. Des alvéoles percées sur le dessus des pans étaient destinées à fixer un appui (en bois ?) rapporté, aujourd'hui disparu. Le limon maçonné de l'escalier semble refait. La rampe en fer, dont manque le départ, a été remplacée à la fin du XIXe siècle. Il manque probablement un dorsal et un abat-voix en bois.

Rare chaire en pierre conservée en Chalosse, datée et attribuée. Non protégée au titre des Monuments historiques.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler

Annexes

  • Extrait de la monographie paroissiale de Saint-Aubin (s.d., vers 1880-1890)

    Acte de l'abbé Victor Delisle, curé de Saint-Aubin (1755-1778) : "Il sera en mémoire qu'en 1764 nous avons fait percer le mur de l'églize du cotté du couchant pour faire une chambre où nous avons placé les fonts baptismaux [...], que nous avons fait faire la chaire à prêcher, de pierre, n'y en ayant cy-devant qu'une de bois toute pourrie, le tout a été fait par Jean Labat, dit Labarre, maître masson. [...]"

Références documentaires

Documents d'archives
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 19 février 1906.

    n° 5 Archives départementales des Landes : 70 V 294/9
Bibliographie
  • CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.

    p. 52
Multimedia
  • LAMAIGNERE Raphaël. La paroisse de Saint-Aubin (Landes). Pages d'histoire locale d'après les documents officiels, 1938. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/st_aubin.htm

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe