Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Cathédrale Notre-Dame

Dossier IA40001544 réalisé en 2012

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Notre-Dame
Dénominations cathédrale
Aire d'étude et canton Dax sud
Adresse Commune : Dax
Adresse : place de la Cathédrale , place Roger-Ducos
Cadastre : 2007 AE 338

La fondation du diocèse de Dax serait liée à l'apostolat de Vincent de Xaintes dans la Novempopulanie, vers le début du Ve siècle. Ce personnage semi-mythique, dont le martyre est ignoré de Grégoire de Tours et n'apparaît pour la première fois que dans un passage (interpolé au Xe siècle) d'un manuscrit du VIIIe siècle, aurait érigé, sur l'emplacement d'un temple païen situé à l'extérieur du rempart antique de la ville, un premier sanctuaire chrétien, dédicacé par la suite sous le vocable de Saint-Vincent. En réalité, l'édifice le plus anciennement attesté est la basilique érigée par l'évêque Gratien (documenté en 506) après l'invention des reliques de saint Vincent par la vierge Maxime : on en conserve quelques fragments lapidaires (colonnes et chapiteaux de marbre) actuellement déposés au musée de Borda, et peut-être un pavement de mosaïque (réf. IM40004383), remployé dans l'actuelle église Saint-Vincent-de-Xaintes (réf. IA40001545).

En 1052-1053 (ou 1056-1057 selon une autre interprétation), l'évêque Raymond le Vieux transféra le siège épiscopal intra muros, en raison des dangers auxquels était exposée l'église Saint-Vincent (Liber rubeus du diocèse), et commença la construction d'une nouvelle cathédrale, peut-être à l'emplacement d'un édifice antique de nature indéterminée - J.-E. Dufourcet (1887) émettait l'hypothèse, certainement erronée, d'une église mérovingienne. On ne connaît presque rien non plus de la cathédrale romane, dont seuls ont subsisté des pieds d'autels et quelques éléments sculptés, mis au jour en 1887 lors de la destruction du mur du jardin de la sacristie.

L'édifice gothique qui lui a succédé est un peu mieux documenté, au moins visuellement, grâce à une Vue de Dax du Hollandais Joachim Duviert (1612). Celle-ci montre un chevet sans chapelles rayonnantes et une nef étayée d'arcs-boutants, flanquée à l'ouest par un haut corps de bâtiment couvert d'un toit à deux versants et couronné d'une tour, qui pourrait être un transept. La construction, selon J. Gardelles, se serait déroulée entre le milieu du XIIIe siècle et le début du XIVe. En mai 1312, une bulle de Clément V concède encore des indulgences "pour ceux qui viendront aider aux réparations de la cathédrale atteinte par les opérations militaires pendant la première guerre de Gascogne" (vers 1293-1295). La reconstruction de l'édifice au XVIIe siècle a longtemps laissé subsister d'importants vestiges gothiques : la façade occidentale, avec son portail et le porche qui le protégeait, et la grande sacristie sud, détruite en 1897. Aujourd'hui, hormis quelques éléments lapidaires au musée de Borda, seul le portail dit "des Apôtres" a survécu, remonté à l'intérieur du bras nord du transept de la cathédrale classique (réf. IM40004426).

La démolition des maisons canoniales adossées à la cathédrale, lors du siège de Dax par les Espagnols en 1523, entraîna probablement une déstabilisation de l'édifice. Cette fragilité se traduisit par un premier écroulement partiel en 1623 (J.-E. Dufourcet), puis par une "chute totale de l'église" (Bertrand de Compaigne) en janvier 1646. Le chapitre, soutenu par l'évêque Jacques Desclaux, décida alors la reconstruction complète du bâtiment et se préoccupa de trouver les ressources nécessaires. Sollicitée, la régente Anne d'Autriche aurait accordé une imposition de 40.000 livres destinée au financement des travaux, que la dureté des temps n'aurait pas permis de percevoir (Degert, 1889). En mai 1661, l'évêque Guillaume le Boux, las des retardements répétés, prend la direction de l'entreprise, convoque "deux architectes qui s'étaient rendus dans la ville", fait réduire un premier projet trop ambitieux (dont on ne sait rien) et approuver le nouveau dessein d'un praticien anonyme - Pierre Battut, cité en 1673 comme "architecte faisant actuellement bâtir la cathédrale", n'était qu'un simple exécutant, et les tentatives d'attribuer le plan à Vauban, alors occupé aux fortifications de Bayonne (L. Dufourcet), sont fantaisistes. Les travaux commencent en 1662 grâce à un don de 40.000 livres de Louis XIV, obtenu par l'intercession de Vincent de Paul, enfant du pays, mais le chantier piétine jusqu'en 1694, date à laquelle ils reprennent à l'initiative du théologal Dominique Darriulat et avec l'aide de l'ingénieur bayonnais Eyrard. En 1695, "le frontispice est achevé" (manuscrit Boutges) et le chantier se poursuit d'est en ouest. En 1713, le vaisseau central est voûté ; le massif occidental et "la galerie" sont achevés en 1714, les murs des collatéraux l'année suivante ; la porte nord est terminée et le déambulatoire voûté en 1716. Cette campagne se clôt avec la construction du dôme de la croisée en 1717-1719 et l'achèvement des maçonneries du chœur en 1718. Bien qu'encore inachevé, l'édifice est dans un état suffisamment avancé (le chœur, le transept et trois travées de la nef sont alors terminés) pour permettre une première bénédiction par l'évêque Bernard d'Arboucave le 27 mai 1719 et son ouverture au culte. On "achève de blanchir toute l'église" le 19 août suivant. Cependant, le massif occidental - celui de la cathédrale gothique - est désormais inaccessible et l'entrée principale est au nord. Les années suivantes sont consacrées à des réparations, telle la réfection de la couverture par l'architecte bayonnais Aubert, mais aussi à la construction d'un clocher, commencé en 1727 mais écroulé dès le 23 octobre 1728. L'accession au siège épiscopal de l'énergique Louis de Suarez d'Aulan en 1737 relance le chantier, qui est à peu près achevé (hormis le massif occidental) pour la consécration solennelle de l'édifice, le 17 janvier 1755. L'évêque s'emploie dans le même temps à meubler l'édifice, en faisant appel aux frères Mazzetti, avignonnais comme lui (maître-autel en 1751 et autel de la Vierge en 1765). En 1786, l'architecte Lusca, inspecteur des travaux de la Ville de Bayonne, souligne toutefois le délabrement extérieur de l'édifice et propose d'ériger un nouveau clocher "à l'entrée du cloître" (au sud-ouest de la cathédrale) et d'aligner les chapelles sud (longeant le cimetière) sur le bras correspondant du transept. Ce projet n'aboutit pas, à l'exception de la construction d'une tribune d'orgue destinée au nouvel instrument de Micot et Caular (réf. IM40004561).

La Révolution transforme l'édifice en temple de la Raison (septembre 1794), mais ne semble pas avoir occasionné de destructions ou de dégradations importantes. En 1801, le Concordat supprime le diocèse de Dax (rattaché à celui de Bayonne, puis à celui d'Aire en 1822) et la cathédrale devient simple église paroissiale. Le conseil municipal et la fabrique s'emploient dès lors à remédier au défaut d'entretien de la période révolutionnaire, qui rend nécessaire de nombreuses réparations de détail tout au long de la première moitié du XIXe siècle : renforcement des structures par le charpentier Bernard Lalanne et le maçon Jean Monique (messidor an IX), réparations après l'effondrement d'une partie du toit et de la charpente (1809), reconstruction du clocher (1813), restauration de la façade par l'architecte Augustin Arthaud et réfection en bois des voûtes des chapelles du déambulatoire, "sauf celle de Saint-Crépin" (1817-1824), reconstruction des voûtes en brique des chapelles de Sainte-Luce et de Saint-Crépin (1832), restauration et remplacement partiel des verrières (1834), etc.

Toutefois, l'état du bâtiment reste alarmant, comme le souligne en 1847 l'abbé Pédegert dans sa Notice historique et archéologique de Notre-Dame de Dax, où il appelle notamment de ses vœux la construction d'une façade occidentale à deux tours "conforme au style général de l'édifice" - mais en conservant le portail gothique. Plusieurs projets dans ce sens sont proposés dans les décennies suivantes, par les architectes Hippolyte Durand (1851), Victor Sanguinet (1863) et Paul Gallois (1866). Sanguinet et l'entrepreneur Jean Gischia remodèlent entièrement le décor du bras sud du transept en 1863-1864 et sa façade en 1870 et démolissent le "vieux" clocher la même année, tandis que l'archiprêtre Goujon-Girardot se charge du décor intérieur du chœur et de la chapelle de la Vierge (1868-1874). Après de grosses réparations en 1879 (Sanguinet) est mis en œuvre le projet de Gallois et de son assistant Eugène Charpentier pour le massif occidental, avec augmentation d'une travée de nef et érection de deux tours. Les travaux, au déroulement difficile, sont exécutés de 1881 à 1894 sous la direction successive de Sanguinet, d'Edmond Ricard (1881-1887), puis de Sanguinet à nouveau (1887-1894). Le portail gothique "des Apôtres", classé au titre des monuments historiques en novembre 1884 mais déclassé dès 1887 pour permettre l'exécution du projet de construction, est déposé en 1889-1890 par l'architecte A. Ferron, puis remonté en 1896-1897 à l'intérieur du bras nord du transept par les architectes Victor-Louis Petitgrand et Alexandre Lalanne. En revanche, la sacristie sud, autre vestige de la cathédrale gothique, est détruite en 1897, en dépit de nombreuses oppositions, afin de dégager la place de la Halle. La nouvelle sacristie (aujourd'hui transformée en oratoire) est aussitôt construite sur des plans de Sanguinet datant de 1893. Les abords de cette partie de l'église sont aménagés en 1903 avec la pose d'un mur de clôture. L'édifice, redevenu cathédrale en mars 1933 avec la translation du siège épiscopal d'Aire à Dax, ne connaît au XXe siècle que des modifications mineures, à l'exception de la construction d'une salle capitulaire par l'architecte dacquois Albert Pomade en 1937. Classée monument historique en 1947, l'église subit plusieurs campagnes de restauration en 1948-1951 (arcs-boutants, corniches extérieures), 1958 (couverture du déambulatoire), 1965-1968 (voûtes du chœur et du déambulatoire) et 1983 (clochers).

Période(s) Principale : limite 13e siècle 14e siècle
Principale : 2e quart 17e siècle
Principale : limite 17e siècle 18e siècle
Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1647, daté par source
1694, daté par source
1714, daté par source
1755, porte la date
1894, daté par source
Auteur(s) Auteur : Arthaud Augustin,
Augustin Arthaud

Arthaud ou Artaud. Architecte départemental des Landes.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Sanguinet Victor,
Victor Sanguinet (1820 - 1894)

Architecte de la Ville de Dax.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte communal, attribution par source
Auteur : Gallois Paul,
Paul Gallois (1825 - 1889)

Bâtisseur de l'église du Berceau de Saint-Vincent-de-Paul (1864).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Ferron A., architecte, attribution par source
Auteur : Ricard Edmond,
Edmond Ricard (1853 - )

Arnaud Edmond Ricard, né à Pau le 3 septembre 1853, architecte communal de Dax.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte communal, attribution par source
Auteur : Pomade Albert, architecte, attribution par source
Auteur : Lalanne Alexandre,
Alexandre Lalanne

Architecte à Dax, inspecteur des Monuments historiques. Associé à Albert Pomade.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Lalanne Bernard,
Bernard Lalanne

Charpentier à Dax.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
charpentier, attribution par source
Auteur : Monique Jean, maçon, attribution par source
Auteur : Gischia Jean,
Jean Gischia (1820 - 1893)

Entrepreneur à Dax, né le 17 mars 1820 à Saint-Vincent-de-Xaintes, mort à Dax le 9 mars 1893.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur de maçonnerie, attribution par source
Auteur : Grandou François, dit(e) Grandou aîné,
François Grandou , dit(e) Grandou aîné

Entrepreneur à Toulouse (place Dupuy et 32, rue du Faubourg-Saint-Étienne).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Charpentier Eugène,
Eugène Charpentier (1841 - )

Architecte à Paris, associé à Paul Gallois.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Veillier François,
François Veillier

Sculpteur à Dax (domicilié place Poyanne en 1881-1882).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, attribution par source
Auteur : Brunache Bernard,
Bernard Brunache

Peintre-verrier (à Dax ?).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, peintre-verrier, attribution par source
Auteur : Lalanne Étienne,
Étienne Lalanne ( - 1890)

Entrepreneur à Dax, associé à son frère Louis, qui lui succède à sa mort à Paris en juillet 1890. Parent des charpentiers Étienne (I) et Bernard Lalanne, et du vitrier Jean-Baptiste Lalanne.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Bernadet Étienne
Étienne Bernadet

Charpentier à Dax.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Ducamp Pierre, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Petitgrand Victor Louis,
Victor Louis Petitgrand (1841 - 1898)
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte des Monuments historiques, attribution par source
Auteur : Bizeul Emmanuel,
Emmanuel Bizeul

Horloger-bijoutier à Dax à la fin du XIXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
horloger, attribution par source
Auteur : Nassiet J.-B., entrepreneur, attribution par source
Auteur : Lusca,
Lusca

Architecte et inspecteur des casernes de la ville, châteaux et citadelle de Bayonne sous Louis XVI.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L'édifice, orienté, est aujourd'hui largement dégagé sur la quasi-totalité de son pourtour (jusqu'au XIXe siècle, un cimetière le bordait au sud). Il est entièrement bâti en pierre de taille (de Mugron, d'Angoulême et de Bidache pour les parties construites au XIXe siècle) et couvert d'ardoises, à l'exception des collatéraux, du déambulatoire et de diverses annexes (sacristies, salle capitulaire, oratoire sud), couverts de tuiles. Le plan est de type basilical : vaisseau central de quatre travées, flanqué de collatéraux et prolongé par un chœur de trois travées, à trois pans coupés, lui-même entouré d'un déambulatoire de même plan. Un transept saillant interrompt les collatéraux ; sa croisée est surmontée d'une ample coupole sur pendentifs. La façade occidentale (1894) est encadrée de deux clochers-tours symétriques, carrés, couverts de toits à l'impériale. Collatéraux et chevet sont étayés par des arcs-boutants. Les deux façades du transept présentent des frontispices à ordres dorique et ionique, couronnés de frontons classiques (triangulaire au nord, cintré au sud). Une série d'annexes, salle capitulaire et sacristies, empâtent les flancs sud et est du chevet. A l'intérieur, passé un porche voûté d'arêtes, le vaisseau central, surmonté à l'entrée d'une large tribune d'orgue, ouvre sur les collatéraux par de grandes arcades en plein cintre sur piliers cruciformes. Les trois vaisseaux et le chœur sont voûtés d'arêtes sur doubleaux. Surmontant les bas-côtés et le déambulatoire, de larges tribunes ceinturant l'édifice ouvrent sur la nef par des arcades en anse-de-panier. Au-dessus s'ouvrent les fenêtres hautes en plein cintre, élévation à trois niveaux habituelle dans les édifices classiques contemporains (Saint-Paul-Saint-Louis de Paris, cathédrale de La Rochelle...). La coupole de la croisée, qui aurait dû être coiffée d'un dôme, est renfermée dans un comble pyramidal couvert d'un simple toit en pavillon.

Murs calcaire pierre de taille
Toit ardoise, tuile creuse mécanique
Plans plan en croix latine
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte d'arêtes
voûte en berceau
coupole
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
toit à l'impériale
croupe polygonale
croupe brisée
Escaliers escalier dans-oeuvre, escalier droit, en maçonnerie
escalier dans-oeuvre, escalier tournant, en maçonnerie
Techniques vitrail
sculpture
peinture
décor stuqué
menuiserie
sculpture
Représentations pot à feu, sphère, candélabre, draperie, ordre dorique, ordre ionique, ordre corinthien
Précision représentations

Décor sculpté (non étudié en dossiers individuels) : ordre corinthien au niveau supérieur des deux tours-clochers, pots à feu en amortissement aux angles, guirlandes au-dessus des lucarnes ; candélabres en amortissement aux angles de la tour de la croisée ; pilastres doriques et ioniques aux frontispices des deux bras du transept, draperie au-dessus de la rose, sphères en amortissement de la corniche du bras sud.

Mesures l : 72.0 m
la : 38.75 m
Précision dimensions

Dimensions totales. Transept : la = 7,20 m. Collatéraux : la = 3,20 m.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 1946/09/16
Précisions sur la protection

Cathédrale Sainte-Marie, ancienne église Notre-Dame.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Cathédrale de Dax : projet de clocher par Lusca, mémoire du chapitre, 1786.

    Archives nationales, Paris : G 9 131
  • Monographie paroissiale de la cathédrale, par l'archiprêtre Pierre Lorreyte, vers 1887.

    Archives départementales des Landes : 16 J 19
  • Cathédrale, restaurations, 1819-1936.

    Archives départementales des Landes : 2 O 654
  • Cathédrale Notre-Dame : réparation, reconstruction des voûtes, réparation des vitraux, du dôme et de l'orgue, projet de démolition du vieux clocher, travaux d'agrandissement et de restauration, démolition du mur de la sacristie, alignement des abords de la cathédrale, transfert du portail gothique, reconstruction de la sacristie, construction d'un grand orgue, restauration du carrelage et des perrons d'accès... (1820-1908)

    Archives départementales des Landes : 70 V 107/11-12
  • Inventaire des biens de la mense et de la fabrique, 5 février 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 107/15-17
  • Dons et legs à la fabrique (1806-1898).

    Archives départementales des Landes : 70 V 107/18
  • Comptes de gestion de la fabrique (1894-1904).

    Archives départementales des Landes : 70 V 107/19-20
  • Cathédrale : travaux, entretien, réparations, agrandissement, toiture, remise en état des grilles, 1791-1967.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Projet pour un beffroi de charpente, s.d. (1813 ?).

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Lettre du sous-préfet au maire de Dax relative à la demande de classement du portail et du porche gothiques de la cathédrale, 12 décembre 1864.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Rapport de Victor Sanguinet, architecte de la ville de Dax, sur les travaux de l'entrepreneur Gischia à la chapelle de la Vierge, 9 août 1878.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Devis de gros travaux à faire à la cathédrale, par les architectes Gallois et Charpentier, mai (?) 1878 (extraits concernant le décor sculpté).

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Devis de travaux d'agrandissement et de restauration, par les architectes Gallois et Charpentier, 24 septembre 1879 (extrait concernant les travaux de sculpture à la nef et au clocher, et de menuiserie à la porte d'entrée).

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Projet de voûtement du porche et des chapelles occidentales de la cathédrale par Victor Sanguinet, architecte de la ville de Dax, 17 octobre 1879.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Délibération du conseil municipal relative à l'agrandissement de la cathédrale, 17 août 1887.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Arrêté de classement du portail gothique de la cathédrale, 26 novembre 1884.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Lettre du sous-préfet au maire de Dax relative au déplacement projeté du portail gothique contre le mur de la sacristie, 16 avril 1885.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Lettre du directeur des Beaux-Arts à l'archiprêtre de la cathédrale relative au déplacement projeté du portail gothique, 11 février 1886.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Lettre du directeur des Beaux-Arts au député des Landes Loustalot relative au déplacement projeté du portail gothique, 11 février 1889.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Certificat de l'architecte H. Ferron relatif à l'exécution des travaux de translation du portail gothique, 11 avril 1890.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Plan du mur d'enceinte à construire au sud et à l'est de la cathédrale, par l'architecte Victor Sanguinet, 25 novembre 1893.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Lettre de l'architecte des Monuments historiques Victor Petitgrand au maire de Dax, relative à la repose du portail gothique, 26 octobre 1896.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Lettre du sous-préfet au maire de Dax relative à la nomination de l'architecte Victor Petitgrand pour les travaux de repose du portail en remplacement de H. Ferron, 12 novembre 1896.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Lettre du sous-préfet au maire de Dax relative à la nomination de l'architecte Alexandre Lalanne à la surveillance des travaux de repose du portail gothique, 13 janvier 1897.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Soumission de l'entrepreneur Pierre Ducamp pour les travaux de repose du portail gothique, 26 février 1897.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Lettre du sous-préfet au maire de Dax relative à la repose du portail gothique dans le transept de la cathédrale, 7 juillet 1898.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Certificat de réparation de l'horloge de la cathédrale par Emmanuel Bizeul, 27 février 1895.

    Archives municipales, Dax : 9 M 11
  • Délibération du conseil de fabrique relative au décompte final des travaux exécutés à la cathédrale, 4 juillet 1896.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Lettre de l'archiprêtre Lorreyte au sous-préfet de Dax résumant les travaux exécutés à la cathédrale depuis 1881, 9 juillet 1896 (extraits).

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Cathédrale : sacristie.

    Archives municipales, Dax
Documents figurés
  • Plan de la cathédrale et de ses abords avec projet d'agrandissement (massif occidental et sacristie), par l'architecte Edmond Ricard, 19 août 1887.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Reconstruction de la salle capitulaire, dessins de l'architecte Albert Pomade, 2 juillet 1937.

    Archives municipales, Dax
Bibliographie
  • CHAUVIN Agnès. La cathédrale de Dax. T.E.R., Université de Bordeaux III - Michel de Montaigne, 1988.

  • GARDELLES Jacques. Aquitaine gothique. Paris : Picard, 1992.

    p. 92-95
  • LERAT Serge (dir.). Landes & Chalosses. Pau : Cairn, 1984.

    t. I, p. 357-359 (Jacques Gardelles)
  • MINVIELLE Alix. Le portail de l'ancienne cathédrale gothique de Dax. Université de Paris IV, 1995.

  • PEDEGERT Félix, abbé. Notice historique et archéologique de Notre-Dame de Dax. Dax : Bonnebaigt, 1849.

  • Dictionnaire des églises de France. Sud-Ouest. Paris : Ed. Robert Laffont, [1967]. Tome 3.

    p. 68-70
Périodiques
  • ABBADIE Jacques-François. "La consécration de la cathédrale de Dax en 1755". Bulletin de la Société de Borda, 26e année, 1901.

    p. 23-26
  • DARMAILLACQ B. "Les cathédrales de Dax".Bulletin de la Société de Borda, 79, 1955.

    p. 3-16
  • MENAUT Élie. "La contribution artisanale à la construction de la troisième cathédrale de Dax". Bulletin de la Société de Borda, 1955.

  • SALET Francis. "La cathédrale de Dax". Congrès archéologique de France, vol. 102, 1939.

    p. 380-390
  • MARSAN Jacques. "Les anciennes Cathédrales de Dax". Bulletin de la Société de Borda, 424, 1991.

    p.552-567
  • L'Architecture, n° 11, mars 1889.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe