Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Casino Mauresque

Dossier IA33002354 inclus dans Ville d'Hiver d'Arcachon réalisé en 2011

Fiche

Appellations dit Casino Mauresque
Dénominations casino
Aire d'étude et canton Arcachon (commune)
Adresse Commune : Arcachon
Adresse : parc Mauresque

Le casino a brûlé en 1977. Une maquette sous cloche de plexiglas en conserve le souvenir au sortir de l'ascenseur qui relie la ville basse et le parc. En fait, de très nombreuses représentations témoignent de cet édifice original. Un dessin d'Henri Maignan, exécuté vers 1864, montre le parc en premier plan et le casino au fond, avec les dames en robe à crinoline, comme aimait les porter l'impératrice Eugénie. Des cartes postales du début du XXe siècle, sur lesquelles " les bons baisers " les " Amitiés sincères ", les " Meilleurs souvenirs de tante Marie " s'écrivaient sur la face illustrée, à côté du timbre et du tampon. Le casino mauresque a aussi illustré des guides, des affiches, des programmes. Ses toitures surmontées de tambours couverts de bulbes à côtes, sa galerie péristyle abritant l'étage principal lui-même ouvert sur l'extérieur par une série de portes-fenêtres et de fenêtres au décor " mauresque " foisonnant auraient-elles pu passer inaperçues ? D'autant que l'imposant édifice est construit sur un niveau de soubassement en manière de piédestal, l'ensemble au sommet d'une dune dominant la ville. Les techniques modernes de reproduction à grand format ont permis de décorer l'immeuble du centre ville, occupé encore aujourd'hui par des services de l'administration communale, d'une grande photographie du casino. Le plan du jardin réservé du casino et le casino lui-même ont été dessinés par l'ingénieur Paul Régnauld en 1863. L'inspiration serait venue de l'Alhambra de Grenade et de la Mosquée de Cordoue. Il fallait un lieu de distraction pour les personnes venues en villégiature mais également pour les gens malades " de la poitrine " qui espéraient trouver à Arcachon un remède à leur mal. Le décor intérieur du casino avait été confié au fils de l'entrepreneur Bordelais Jules Salesses, constructeur de l'édifice. Peintre décorateur au Grand-Théâtre de Bordeaux, l'artiste avait couvert murs et plafonds d'arabesques colorées.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1863, daté par source
Auteur(s) Auteur : Régnauld Paul,
Paul Régnauld (16 novembre 1827 - 1874)
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur,
Auteur : Salesses Jules, entrepreneur de maçonnerie,

Le casino était construit sur une colline de sable dominant la ville, dans la perspective de la rue Gambetta. Il reposait sur un niveau de soubassement formant piédestal. Un escalier central (remplacé ensuite par des escaliers latéraux) donnait accès au rez-de-chaussée surélevé comprenant un péristyle. Le toit était dominé par deux coupoles à bulbe (structure métallique).

Murs enduit
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée
États conservations détruit

Références documentaires

Bibliographie
  • CULOT Maurice. La ville d'hiver d'Arcachon. Paris : Institut Français d'Architecture, 1983.

    P. 56, 139-145 (Ill.)
  • COTTIN François, COTTIN Françoise. Le bassin d'Arcachon, à l'âge d'or des villas et des voiliers. Bordeaux : l'Horizon chimérique, 2003.

    P. 176-177 (Ill.)
  • KELLER Eliane. Arcachon. Métamorphoses. Editions Equinoxe, 1992.

    P. 53-54 (Ill.)
  • BOYE Michel, Le casino mauresque, casino maudit 1863-1977. [La Teste-de-Buch] : s.n., 2017

Périodiques
  • JACQUES Michel. Feu le Casino de la forêt d'Arcachon. Bulletin de la Société historique et archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch, n° 111, 1er trimestre 2002.

    P. 1
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Charneau Bertrand