Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Canal de la Maqueline

Dossier IA33007798 réalisé en 2014

Fiche

Á rapprocher de

Dénominations canal, rivière aménagée
Aire d'étude et canton Sud Médoc Estuaire
Adresse Commune : Macau
Lieu-dit :
Précisions


Les premières mentions de la Maqueline, ancien bras de l'estuaire, remontent au 16e siècle bien que l'île de Macau soit citée dès 1027 dans l'acte de donation de Macau à l'abbaye de Sainte-Croix.

En 1544, le canal est mentionné à plusieurs reprises par les habitants de Macau suite à une enquête du Parlement sur la formation des îles. À cette époque, la largeur est de 18 pieds de large au plus étroit et cinq pieds de profondeur. En 1592, un cahier des charges prévoit son récurage régulier. La Maqueline est un canal de navigation de sorte qu'à certains endroits, "un grant navire y peult passer de pleine mer". En 1594, les tenanciers de l'île se plaignent de ne plus pouvoir porter leurs redevances à la salle de Macau par eau car les abbés y ont construit un pont. Il s'agit effectivement d'un pont de pierre à deux arches.

Les cartes du 17e et 18e siècles montrent différentes situations de l'île. Certaines représentent clairement le pont construit au 16e siècle comme celle de Pierre Duval en 1659, d'autres sont plus évasives sur la structure même de l'île.

L'Abbé Baurein précise le ruisseau de la Mouline, qui passe par le hameau du Tayet à Ludon, se jette dans la Maqueline et sert encore de voix de navigation pour de petits transports locaux.

Jusqu'au 19e siècle, le problème d'envasement du canal est récurrent ; son entretien est baillé au plus offrant.

Au 19e siècle, plusieurs vannes sont construites (la plus importante est celle au nord du port de Macau) pour réguler son flux en fonction de la marée.

Période(s) Principale : 11e siècle
Principale : 16e siècle
Principale : 19e siècle

La Maqueline constitue un ancien bras de l'estuaire, réduit à un étroit canal parcourant les zones de palus de Macau.

Elle délimite l'ancienne île de Macau et celle plus au Nord des Vaches. Elle retrouve la Garonne au niveau du Bout de l'île, au Tayet et au nord au port d'Issan (Cantenac).

Trois ponts l'enjambent : celui de la route de l'île vers Ludon, celui de l'avenue du port de Macau vers le bourg et celui du chemin de Cusseau vers les zones de palus (entre l'île aux Vaches et le Tayet).

Au plus large, le canal peut atteindre 3 à 4 mètres, se réduisant par endroit à 1 mètre.

Couvrements
Couvertures
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Carte particulière du 54e carré de la générale des côtes du Bas-Poitou, Pays d'Aunis, Saintonge et partie de la Basse-Guyenne, par Claude Masse, 1724.

  • Carte de l’embouchure de la Garonne jusqu’au bec d’Embesse. Dessin, encre et aquarelle, par Desmarais, 1759.

    Archives nationales, Paris : F 14 10059/1/
  • Carte de Belleyme, planche n°20, levée entre 1762-1778.

  • Plan cadastral napoléonien de Macau de 1810.

    Section B, 2e feuille Archives communales, Macau
  • Plan cadastral napoléonien de Macau, 1843.

    Section B, 3e feuille. Archives départementales de la Gironde : 3P 262
Bibliographie
  • BAUREIN Abbé. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Labottière (frères), imprimeur libraires, 1784, t.3.

    p. 157-158
  • BRUTAILS Jean-Auguste. Les îles de la Basse Garonne et de la Gironde ; contribution à l'histoire de la rivière de Bordeaux. Bordeaux : Gounouilhou, 1913.

    p. 6-8
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes Médoc-Estuaire - Grollimund Florian