Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Didier

Dossier IA33002955 réalisé en 2010

Fiche

Vocables Saint-Didier
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Castelnau-de-Médoc
Adresse Commune : Cantenac
Cadastre : 1826 F 1791 ; 2009 AC 149

La paroisse de Cantenac est mentionnée aux 13e et 14e siècles dans les actes relatifs à la châtellenie de Blanquefort et de la seigneurie d´Issan. Elle appartient au district de l´archiprêtré de Moulis, sous l´égide de l´abbaye de Vertheuil. A la fin du 17e siècle, la paroisse de Cantenac a des revenus si médiocres que l´abbé et les religieux de Vertheuil préfèrent abandonner la totalité de la dîme au prieur de Cantenac. Or cette situation économique va évoluer car les vins cantenacais vont gagner leur renommée d´excellence et ainsi les revenus de la paroisse augmentent considérablement. De ce fait, l´ancienne église au bord de la ruine sera reconstruite à neuf sur les fonds de la fabrique.

C´est en 1764 que le curé Pierre Authefaud lance la construction de la nouvelle église à l'emplacement de l'ancienne, décrite alors en mauvais état, puis démolie en 1765. L'architecte bordelais Étienne Laclotte est consulté sur le projet, mais le 5 juillet 1769, l´ordonnance de Mgr Audibert de Lussan, archevêque de Bordeaux, fixe les grandes lignes des travaux sur les plans de René Monpontet, architecte à Margaux. Pendant le chantier, l´office est transféré à Margaux. Le 5 novembre 1771, jour de la Saint-Didier, l´église est bénite, permettant la reprise de l´office à Cantenac, même si les aménagements intérieurs ne sont pas terminés (le plafond du porche porte la date de 1772). Le 6 juillet 1783, le nouvel archevêque de Bordeaux, Jérôme Champion de Cicé, et l´évêque de Saintes, Pierre-Louis de la Rochefoucaud, consacrent la paroisse Saint-Didier dans sa totalité.

Le toit est réparé entre 1801 et 1810. Les vitraux ne sont installés dans l'église que dans les années 1880. A cette même époque, le beffroi est réparé et la cloche refondue. Dans les années 1970, le décor et le mobilier (retables, stalles, peintures, sculptures...) sont classés Monuments Historiques. En février 1995, c´est tout l´édifice qui bénéficie d'un classement au titre des Monuments Historiques. Le mobilier et les peintures murales de l´église ont été restaurés en 2009.

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Dates 1772, porte la date
Auteur(s) Auteur : Monpontet René,
René Monpontet

Architecte à Margaux.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L´église, située en bordure de la route Bordeaux-Pauillac (D2), présente sa façade à l'est et son chœur à l'ouest ; contrairement aux usages, elle a été tournée vers le bourg à la demande des habitants. Elle est bâtie sur un plan allongé qui se compose d'un clocher-porche et d´une nef se terminant par une abside semi-circulaire, encadrée par deux bas-côtés. La façade est en pierre de taille tandis que les bas-côtés et le chevet sont en moellons recouverts d'un enduit et scandés de contreforts s´élevant à mi-hauteur.

La façade se compose d'un avant-corps légèrement saillant formé de larges pilastres à bossage supportant le fronton triangulaire sculpté. Elle est percée d´une grande porte moulurée, surmontée d´un cartouche portant l´inscription PAVETE AD SANCTUARIUM MEUM, et d´une baie à chambranle à crossettes. Au-dessus, s´élève le clocher de plan carré à pans coupés, percé de baies en plein-cintre. Le tout est couronné par un toit à l'impériale, amorti d´une croix métallique.

Le bas-côté nord possède une porte en arc segmentaire. La dernière travée de chaque bas-côté est traitée en ressaut, couronnée d´un fronton triangulaire. Le chevet est encadré par deux sacristies de plan carré, percées de baies en plein-cintre. L´ensemble de la nef est couvert par un toit à longs pans et croupe arrondie sur l'abside, les bas-côtés sont en appentis. A l'intérieur, la tribune s´ouvrant sur la nef par un garde-corps en ferronnerie est ornée de peintures murales, le reste des murs est peint dans une imitation de marbre. De part et d´autre de l´entrée se situent, au nord l´escalier menant à la tribune et au clocher, au sud les fonts baptismaux. Chacune de ces deux pièces présente au-dessus de la porte un cartouche peint en bleu avec une inscription dorée, au nord : VOX DOMINI et au sud : LAVACUM REGENERATIONIS.

La nef, longue de cinq travées, est voûtée en berceau plein-cintre à doubleaux et rythmée par des piliers cannelés d´ordre toscan qui reçoivent les arcades. Le chœur est voûté en cul de four. Les bas-côtés, quant à eux, sont couverts de voûtes d´arêtes et percés de baies fermées par des verrières représentant des figures de saints en pied. Les dernières travées des bas-côtés abritent les autels secondaires, avec au nord la statue de saint Jean-Baptiste et au sud, une Vierge à l´Enfant, fermées par la même grille du chœur.

Murs calcaire
moellon enduit
pierre de taille
Toit tuile creuse
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte en berceau plein-cintre
voûte d'arêtes
cul-de-four
Couvertures toit à longs pans
appentis
toit à l'impériale
croupe ronde
Typologies chevet à abside semi-circulaire
États conservations restauré
Techniques peinture
sculpture
Représentations croix crosse étole livre de messe ornement végétal symbole liturgique
Précision représentations

Sur le fronton sont sculptés un seau à eau bénite avec son goupillon, une étole, une croix de procession, une crosse et un livre de messe représentant les objets lithurgiques.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 1995/02/17
classé MH, 1970/04/06
Précisions sur la protection

Église (cad. AC 149) : classement par arrêté du 17 février 1995.

Objets mobiliers classés : 6 avril 1970.

Annexes

  • Mobilier et décor

    La tribune est ornée de peintures murales représentant l´Adoration des rois mages et la Présentation de Jésus au temple. Au bas de ces peintures, le nom de Michel Cousseau y est inscrit en ocre.

    La chapelle des fonts baptismaux est décorée de peintures sur toile sur deux niveaux, illustrant des scènes bibliques. Le niveau inférieur est couvert de peintures en grisaille. Ces peintures auraient été exécutées par Giuseppe Bonzi, en 1774. Les fonts sont composés d'une cuve en marbre, fermée par un couvercle en bois peint avec le motif des quatre évangélistes.

    Le chœur est décoré de tables en stuc sculpté de trophées religieux pour l´une et des Tables de la Loi pour l´autre, de part et d´autre de l´autel, au-dessus des stalles de bois. La clé de voûte au dessus du chœur est ornée d´une nuée d´angelots. Le maître-autel est orné d´un décor architecturé de colonnes en marbre, encadrant une crucifixion, surmonté d´une nuée rayonnante. Le décor du retable est attribué à Giuseppe Bonzi. Le chandelier pascal, en chêne doré est attribué à l´artiste bordelais Cabirol. La chaire est une œuvre contrastant avec le classicisme de l´architecture de l´église, elle est attribuée à un maître sculpteur bordelais, Cessy.

    Les dernières travées des bas-côtés abritent les autels secondaires, au nord la statue de saint Jean-Baptiste et au sud, une Vierge à l´Enfant, fermées par la même grille du chœur.

    Le mobilier a fait l´objet d´une campagne de restauration entre septembre 2006 et fin 2009 sous la direction d´Anastase Leulier, architecte des Monuments Historiques, par Les Ateliers de la chapelle (Longeron-ébénisterie), l´atelier de Jacqueline Laroche (Lesparre-peintures), l´entreprise Cazenave (Bordeaux-maçonnerie, pierre de taille, assainissement du monument), l´entreprise Lafon (Castelculier-électricité et éclairage), société Socra (Périgueux-marbres et stucs).

  • Plaque commémorative de la Première Guerre Mondiale

    Bas-côté nord : 3 plaques commémoratives

    -panneau central : PRO DEO PRO PATRIA, MORTS POUR LA FRANCE / HOMMAGE ET RECONNAISSANCE AUX ENFANTS DE CANTENAC 1914-1918, MISÉRICORDIEUX JÉSUS, DONNEZ LEUR LE REPOS ÉTERNEL / DE PROFUNDIS / H. ROZIER, sculpteur.

    Cette plaque est ornée de deux drapeaux tricolores croisés sur une couronne de lauriers et d'un bas-relief représentant une figure féminine drapée, portant une palme dans un décor architecturé représentant un autel.

    -deux panneaux latéraux : liste des noms de ceux qui ont péri pendant la Première Guerre Mondiale.

  • Document d'archives

    AD Gironde, G 667. Archevêché de Bordeaux, états des paroisses de l’archiprêtré de Moulis, folio 7 : divers documents relatifs à la paroisse de Cantenac, 1627-1784

    "Les voûtes des chapelles et du grand hautel en voûte sphérique rachetant par tête la voûte de la nef, toute la nef sera aussy voûtée en berceau avec lunettes, il sera observé dans la voûte du milieu un cadre orné d´architecture. Tous les aretiers seront en pierre de Bourg et les voussoirs en Roquedetau, et les joins seront coupés à la règle ainsy que ceux de la fassade. Il sera aussy voûté le porche en trois voûtes d´arête, les arêtiers seront en pierre de Bourg et les voussoirs en Roquedetau, les reins des voûtes seront garnis de bonne maçonnerie, il sera fait le grand hautel à la romaine et le tombeau en pierre de taillebourg. La marche de lapuit de comunion ainsy que les marches du portail de l´église seront en pierre dure et sera mis au devant de celle de lapuit de comunion un boudin filet et congé. Toute l´église sera carrelé avec des carreaux carrés blanc et sera mis à trois pieds de largeur et six pieds de profondeur des pavés de bonne pierre de Barsac proprement taillé pour former les sépultures, il sera aussy carrelé la sacristie chambre de la fabrique et la chambre que l´on destine pour le sacristain ou le sonneur de cloches dans laquelle sera pratique une cheminée et le tout sera posé sur un bon bain de mortier, il sera fait un petit escalier anoyeau ainsy qu´il est marqué sur le plan les marches seront en pierre dure proprement taillées avec un boudin pardevant et sera ellevé à la hauteur du comble de la charpente.

    Art. de la charpente et de la couverture. [...] Le beffroi sera construit de quatre poteaux colmiers et de quatre semelles, quatre chapeaux et quatre croix de saint andré conformément au plan et élévation. [...] R.A.L. Bordeaux, frères Labottière, 1769, 8 juin : Le public est averti que le vingt-neuf du mois de juin prochain, il sera procédé au Parquet de la Juridiction ordinaire d´Issan, Cantenac et Labarde, par M. le juge de la dite juridiction, à l´adjudication au rabais de la construction et décoration de l´église dudit Cantenac, conformément au plan du sieur Monpontet, adopté par la paroisse, et autorisé par Mgr l´Archevêque et devis y joint, qu´on pourra voir dans la maison curiale dudit Cantenac, où tout est demeuré et déposé, et chez M. Morin, notaire, place Saint-Projet, ès mains duquel il a aussi été déposé des copies dudit plan et devis, à la charge par l´adjudication de donner caution. On pourra aussi donner des offres ès mains dudit sieur Morin".

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archevêché de Bordeaux, états des paroisses de l’archiprêtré de Moulis, folio 7 : divers documents relatifs à la paroisse de Cantenac, 1627-1784

    Archives départementales de la Gironde : G 667
  • Archives départementales de la Gironde, 2 O 958 : lettre au préfet : travaux dans l'église, 1812.

  • Archives départementales de la Gironde, 2 O 958 : lettre au préfet : solde des réparations, 1853.

  • Archives départementales de la Gironde, 2 O 958 : lettre au préfet : embellissement des abords de l'église, 1882.

  • Archives départementales de la Gironde, 2 O 960 : réparations : remaniement complet de la toiture, 1927.

Documents figurés
  • Archives départementales de la Gironde, 3 P 091 : Plan cadastral, 1826.

  • Carte postale : L'église, le château du prieuré et route de Margaux, Cantenac.

    Archives départementales de la Gironde : 4 Fi 2131
Bibliographie
  • AMBOISE, Valéry (d'). Dictionnaire d'Amboise. Tourette-Levens : Ed. d'Amboise, 1997.

    p. 533-534
  • BAUREIN, Abbé, MERAN, Georges. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 1876, t. 1, 2e éd.

    p. 363-369
  • Le patrimoine des communes de la Gironde. Tome 1 Paris : Flohic éditions, 2001.

    p. 534-535
  • HUGON, P. Castelnau-de-Médoc et ses environs, statistiques du canton. Paris, réed. Res Universis, 1992.

    p. 100-101
  • LAROZA, Olivier. Guide touristique, historique et archéologique de Bordeaux et de la Gironde. Pessac : Féret et fils, 1988.

  • LES AMIS DE L'EGLISE SAINT-DIDIER DE CANTENAC. L'église de Cantenac. [S.I.] : [s.n.], 2009.

  • PARISET, François-Georges. L'église de Cantenac, revue historique de Bordeaux et de la Gironde. Bordeaux, 1963.

    Archives départementales de la Gironde : BIB L 229
Périodiques
  • DEGAS, LURTON, Henri, SEYNAT, Jean-Pierre. Cantenac. Les Cahiers Médulliens, 1997, décembre, n°28.

    p. 19-36
(c) Région Aquitaine - Inventaire général ; (c) Conseil général de la Gironde - Bordes Caroline