Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Basilique Notre-Dame de Buglose

Dossier IA40001539 réalisé en 2012

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Notre-Dame
Dénominations basilique
Aire d'étude et canton Dax nord
Adresse Commune : Saint-Vincent-de-Paul
Lieu-dit : Buglose
Cadastre : 2007 AK 107

La première mention du nom de "Berglosse" ou "Burglosse" apparaît au début du XIIIe siècle dans deux chartes du Cartulaire de l'hôpital Saint-Esprit de Dax. Le lieu dépendit, sous l'aspect religieux, de la cure de Pouy (devenue Saint-Vincent-de-Paul en 1828), avec quelques interruptions, jusqu'à sa propre érection en paroisse le 4 mars 1847. La légende de Notre-Dame de Buglose est évoquée pour la première fois en 1630 dans un ouvrage du Bordelais Gilbert Grymaud : il y fait état de la découverte en 1620 d'une statue miraculeuse de la Vierge à l'Enfant ("ensevelie depuis plus de cinquante ans") et de la construction immédiate d'une chapelle, peut-être à l'emplacement d'un ancien oratoire. Ce nouveau lieu de culte, béni par l'évêque de Dax Jean-Jacques du Sault le 16 mars 1622, que l'abbé Degert (1922) identifiait à tort avec l'actuelle chapelle des Miracles, était en réalité un édifice de plus grande ampleur, aujourd'hui entièrement disparu. Le développement du pèlerinage, consécutif à la constatation de nombreux "miracles" dès 1622, est attesté par plusieurs donations importantes, dont celle, en 1629, de Suzanne de Lauzières-Thémines, future duchesse de Ventadour.

En 1706, l'évêque Bernard d'Arboucave unit la cure de Pouy et le sanctuaire de Buglose et y établit des prêtres de la Mission (lazaristes), chargés de la direction d'un nouveau séminaire diocésain. Les décennies suivantes voient l'apogée du pèlerinage, avec la visite de la reine d'Espagne Marie-Anne de Neubourg (1709), la concession d'une indulgence plénière par Benoît XIII (1725) ou encore les fêtes de la béatification (1729) puis de la canonisation (1737) de l'enfant du pays, saint Vincent de Paul. Le sanctuaire se présentait alors sous l'aspect d'un édifice à vaisseau central et deux bas-côtés, celui du sud terminé par une chapelle dédiée à saint Vincent. Dans le chœur, séparé de la nef par une clôture de fer, se trouvait la niche abritant la statue miraculeuse, entourée de nombreux ex-votos en argent. Malgré l'existence d'un vaste porche destiné à accueillir les pèlerins, l’exiguïté de l'église incita les lazaristes à projeter un agrandissement et un exhaussement, qui ne furent toutefois pas réalisés.

La Révolution entraîne le départ des Pères de la Mission, la rédaction de deux inventaires (août 1790 et juin 1792), la vente des biens meubles et immeubles des religieux et l'envoi à la fonte de l'orfèvrerie cultuelle et civile. Après le Concordat de 1801, le culte est rétabli à Buglose, désormais rattaché à la paroisse de Gourbera. L'évêque d'Aire Dominique-Marie Savy (1827-1839) réorganise le conseil d'administration du sanctuaire (1831). Son successeur, Mgr Lanneluc (1839-1856), y réinstalle les missionnaires (1844), fait ériger Buglose en succursale (1847) et, devant la menace d'effondrement de la toiture de l'église, lance le projet d'une restauration, puis d'une reconstruction totale de l'édifice, confiée à l'architecte départemental Sibien. L'installation des pilotis nécessaires aux fondations commence au printemps 1850 et l'évêque pose la première pierre le 30 juillet suivant. Les travaux, confiés à une équipe principalement dacquoise (les entrepreneurs en maçonnerie Édouard et Prosper Legrand, les charpentiers Édouard et Joseph Lauquet, mais aussi les sculpteurs Jean Layrolle de Montpellier, Aristide Belloc de Nantes et Vincent Saint-Sébastien de Bordeaux), avancent alors irrégulièrement, en raison des difficultés de financement (85.348 francs furent dépensés pour cette première campagne). Au printemps 1855, le chœur, les chapelles orientales et les sacristies sont achevées et l'on procède à la translation de la statue (9 mai), à la consécration de l'autel (4 juin) et à la bénédiction de l'église (5 juin). Après une longue interruption, les travaux reprennent en 1858. En 1861, l'architecte bordelais Gustave Alaux modifie le plan d'ensemble, creuse des caves (dont une à vocation funéraire) sous les sacristies, perce des arcades entre le chœur et les chapelles latérales déjà construits et remanie piliers et voûtes. Enfin, il complète les deux tiers occidentaux de l'édifice en 1864-1865 (coût de cette seconde tranche : 166.296 francs). Des travaux secondaires seront exécutés au cours des trois décennies suivantes, mais certains détails prévus (comme les flèches des deux tours) ne seront jamais réalisés. En 1895 encore, l'architecte de la ville de Dax, Victor Sanguinet, et l'architecte diocésain Henri Depruneaux font travailler "plombiers, ardoisiers, tailleurs de pierre et sculpteurs" à l'achèvement des deux tours occidentales avec leurs tourelles d'escalier (coiffées de dômes "byzantins" trop grêles, qui seront supprimés rapidement), travaux exécutés par l'entrepreneur en maçonnerie dacquois Pierre Ducamp, l'entreprise de zinguerie parisienne Lebœuf et Cie. L'ornementation sculptée de la tour sud (portail, modillons, chapiteaux) est confiée au sculpteur Métivier. A compter de la mort de Mgr Épivent (1876), la chapelle du Rosaire (au nord-ouest) devient la nécropole des évêques d'Aire et de Dax, qui y seront inhumés jusqu'au milieu du XXe siècle. Le dernier ajout d'importance est celui d'un carillon monumental, voulu par l'évêque Delannoy et inauguré en 1895.

En 1959-1960, l'édifice fait l'objet d'une restauration générale par l'architecte dacquois René Guichemerre sur un projet du Père Louis Pelletier, qui modifie assez considérablement l'aspect intérieur du bâtiment : le mur qui séparait la nef du porche situé sous la tribune occidentale est percé d'une arcade de communication, transformant l'ancien porche en un narthex ; le décor du chœur subit une simplification drastique, avec la suppression du maître-autel de 1855 et de la majeure partie des peintures murales, le déplacement du chœur liturgique à la croisée du transept et la commande d'un nouvel autel "face au peuple". Quelques années après ces travaux, l'église est tardivement consacrée le 6 septembre 1965, puis érigée en basilique mineure par le pape Paul VI en septembre 1966.

Dates 1850, daté par source
Auteur(s) Auteur : Sibien Jean Antoine Jules,
Jean Antoine Jules Sibien (1822 - 1881)

Prénom usuel : Jules. Né à Nancy le 1er mai 1822, mort à Paris 8e le 4 décembre 1881. Élève de Labrouste, beau-frère de Dupuy, chef de division au ministère de l'Intérieur ; agent en chef, puis architecte du département des Landes jusqu'en 1859 (remplacé par Alexandre Ozanne) ; architecte diocésain d'Aire-sur-l'Adour à partir du 15 mai 1849 ; démissionne pour raison de santé le 26 octobre 1880 et accède à l'honorariat le 1er novembre suivant (J.-M. Leniaud, Répertoire des architectes diocésains du XIXe siècle).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte diocésain, architecte départemental, attribution par source
Auteur : Alaux Gustave,
Gustave Alaux (1816 - 1882)

Jean-Paul Louis Gustave Alaux, né à Bordeaux le 29 novembre 1816 à Bordeaux, mort dans la même ville le 23 mars 1882 ; fils du peintre Jean-Paul, dit Gentil-Alaux.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Sanguinet Victor,
Victor Sanguinet (1820 - 1894)

Architecte de la Ville de Dax.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Métivier, sculpteur, attribution par source
Auteur : Layrolle Jean Roch,
Jean Roch Layrolle (1817 - 1870)

Sculpteur né à Montpellier (d'un père jardinier) le 16 août 1817, mort à Biarritz (maison Layrolle, 6, place Eugénie) le 18 août 1870. Marié à une Bayonnaise, Henriette Dominiqua Latapi (1822-1895), il s'installa à Biarritz avant 1860 (renseignements biographiques communiqués par l'abbé Dominique Bop, 2019). Layrolle travaille à Saint-Sever en 1849, à Buglose en 1855, à Gabarret en 1856-1864 et à la cathédrale de Dax en 1864-1870.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, attribution par source
Auteur : Legrand Edouard,
Edouard Legrand

Entrepreneur, associé à son frère Prosper.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Legrand Prosper,
Prosper Legrand

Entrepreneur, associé à son frère Édouard.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Lauquet Edouard,
Edouard Lauquet

Associé à son frère Joseph.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
charpentier, attribution par source
Auteur : Lauquet Joseph,
Joseph Lauquet

Associé à son frère Édouard.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
charpentier, attribution par source
Auteur : Depruneaux Henri Edmé Xavier,
Henri Edmé Xavier Depruneaux (1867 - 1953)

Né à Yport (Seine-Inférieure) le 18 avril 1867, mort le 20 septembre 1953. Élève de l'école des Beaux-Arts (promotion 1886) ; architecte de la succursale de la Banque de France à Mont-de-Marsan (août 1893), architecte de la ville de Mont-de-Marsan (octobre 1893), puis architecte de l'administration des hospices ; inspecteur des travaux diocésains d'Aire (23 décembre 1893, après Jules François Dupouy) ; architecte diocésain d'Aire (30 novembre 1896, après Louis Henri Lafillée); officier d'académie (3 janvier 1904). D'après : Répertoire des architectes diocésains du XIXe siècle (Jean- Michel Leniaud, dir.), École des chartes.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte diocésain, attribution par source
Auteur : Ducamp Pierre,
Pierre Ducamp

Entrepreneur à Dax (boulevard Saint-Pierre en 1895).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur de maçonnerie, attribution par source
Auteur : Belloc Aristide,
Aristide Belloc (1827 - 1888/1908)

Sculpteur né à Nantes le 23 août 1827, mort entre 1888 et juillet 1908 (dates des premier et second mariages de son fils), fils d'Aristide Philémi Belloc et de Jeanne Eugénie Rousseau. Il épouse à Saint-Paul-lès-Dax, le 6 juillet 1858, Françoise dite Francine Lamaison (Laurède 1829 - ?), nièce du Père Antoine Lamaison, supérieur du sanctuaire marial de Buglose près de Dax, et belle-sœur depuis 1854 du sculpteur bordelais Vincent Saint-Sébastien (1829-?).

Élève des sculpteurs nantais Suc et Grootaers, puis de Rude, Aristide Belloc fut d'abord actif dans sa ville natale, où il travailla pour le Théâtre, pour plusieurs églises et pour l’hôtel de Ville (tête colossale de Judith), œuvra ensuite à Bordeaux dans les années 1850 (deux Renommées tenant les armes de la ville au Grand-Théâtre), avant de s'installer à Perpignan (où il semble faire faillite en 1866-1867), à Angers (rue des Deux-Haies, où naît sa fille Eugénie Néméa en juin 1870), à Niort (avant 1877), enfin à Reims (50, rue du Faubourg de Laon), où il est signalé en 1885 (renseignements biographiques communiqués par l'abbé Dominique Bop, 2019). Il exposa à Toulouse en 1858 et à Bordeaux en 1859. Sur l'artiste, voir : Émile Maillard, L'art à Nantes au XIXe siècle (E. Monnier, 1888), et Pauline Carminati, "Enquête sur la vie et l’œuvre du sculpteur Aristide Belloc", Raffl & Cie [en ligne], 08/08/2017. URL : https://raffl.hypotheses.org/810 (consulté le 09/11/2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, attribution par source
Auteur : Saint-Sébastien Vincent, dit(e) Sébastien,
Vincent Saint-Sébastien , dit(e) Sébastien (1829 - )

Sculpteur ornemaniste à Bordeaux, collaborateur de l'architecte bordelais Gustave Alaux sur les chantiers des églises de Buglose (1864-1865), de Mugron (1866) et de Rion-des-Landes (1868), et de l'architecte Taillarda fils à l'église Saint-Nicolas de Nérac (1856) ; il travailla aussi à la chapelle de la Vierge de la cathédrale de Dax en 1864-1871. Il est nommé "M. Vincent" et "Vincent St-Sébastien" dans les archives de Buglose, "Vincent Saint-Sébastien" à Nérac, mais signe "Sébastien" tout court les sculptures de Mugron et de Rion.

Enfant trouvé le 23 janvier 1829 à la porte de l'hospice civil de Pau, Vincent Saint-Sébastien épousa le 29 novembre 1854 à Saint-Paul-lès-Dax (où il était alors domicilié) Jeanne Lamaison, institutrice, fille d'un tonnelier de Laurède (Landes), dont la sœur cadette Françoise devait épouser en 1858 le sculpteur nantais Aristide Belloc (1827 - 1888/1908), lequel succèdera à Saint-Sébastien sur le chantier de Buglose en 1861.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, attribution par source
Auteur : Daunesse A.,
A. Daunesse

Marchand de fer à Dax à la fin du XIXe siècle, fournit en 1895 les fers pour la terrasse de la tour de l'église de Buglose, pour les planchers du clocher et les brides des cloches.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ferronnier, attribution par source
Auteur : Guichemerre René,
René Guichemerre (1911 - 1988)

Né à Dax le 14 décembre 1911, élève de Gabriel Héraud, Maurice Boutterin et Marcel Chappey à l’École des beaux-arts de Paris du 10 mars 1931 au 21 février 1939, dont il sort avec une mention très bien. D’abord architecte à Paris 14e de 1949 à 1951, il remporte avec Maurice Genin le concours pour la reconstruction de l’hôtel de ville de Brest, réalise pour le ministère de la Reconstruction vingt maisons individuelles dans la Cité de la Grosse-Pierre à Sartrouville. En 1951, il ouvre à Dax une agence d’architecte et où il travailla toute sa vie. A partir de 1956, il aménage à son usage le domaine familial du Sarrat, y construisant une maison qui est aussi le siège de son agence. Il mène alors une intense activité constructive, principalement à Dax et sur la côte landaise (Capbreton, Hossegor), dans un style et avec des techniques représentatifs des Trente Glorieuses (béton armé, vitrages). A Dax, il construit ou remanie l'hôtel de ville, le Centre social, l'hôtel Miradour, plusieurs résidences et immeubles HLM, ainsi que l'église du quartier du Gond. Source : archives Guichemerre (Ville de Dax), dossier de René Guichemerre (Cité de l'architecture et du patrimoine).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L'édifice, bâti sur pilotis en raison de la zone marécageuse sur lequel il est implanté, est en moellon calcaire enduit, à l'exception des clochers, entièrement en pierre de taille, comme les contreforts talutés, les encadrements des baies et les bandeaux régnant sur les élévations extérieures. De style néoroman (pour l'extérieur) et néogothique (pour l'intérieur), il comporte trois vaisseaux de cinq travées. Le vaisseau central est précédé par une avant-nef (chapelle des fonts baptismaux) flanquée au sud par un porche dans-œuvre et au nord par une chapelle funéraire, elle-même surmontée d'une chapelle haute à l'étage de la tribune. Prolongeant le vaisseau à l'est, une travée de chœur barlongue et une abside à trois pans empâtée par un vestibule (à l'est) et par deux sacristies (au nord et au sud) surmontant des caves. Le massif occidental est calé par deux clochers-tours, celui du nord couvert en terrasse, celui du sud surélevé par un beffroi à trois niveaux couvert d'un petit toit en pavillon (la flèche prévue ne fut jamais construite) ; deux tourelles d'escalier polygonales (autrefois couvertes de dômes oblongs, aujourd'hui découronnées) s'adossent à la face occidentale des tours. A l'intérieur, le vaisseau central est séparé des collatéraux par des grandes arcades en plein cintre sur piliers fasciculés ; il est couvert de croisées d'ogives, les doubleaux retombant sur des colonnettes adossées montant de fond. Les collatéraux et les parties hautes de la nef centrale et du chœur sont éclairés par des lancettes en plein cintre, les bras du transept par de grandes roses polylobées (aux rais constitués de colonnettes).

Murs calcaire
enduit
moellon
pierre de taille
Toit tuile plate mécanique, ardoise
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte d'ogives
Couvertures toit à longs pans
appentis
croupe polygonale
pignon découvert
terrasse
Techniques sculpture
vitrail
peinture
Représentations ange, trompette
Précision représentations

Décor sculpté du clocher sud : quatre statues d'anges sonnant de la trompette aux angles de la terrasse ; colonnettes d'angle encastrées surmontées de clochetons avec dôme à écailles de style roman poitevin ou saintongeais ; chapiteaux à crochets feuillagés.

Statut de la propriété propriété du département
Intérêt de l'œuvre à signaler

Annexes

  • Extraits des registres de dépenses (1852-1873) et de recettes (1852-1877) de la fabrique de l'église Notre-Dame de Buglose (Archives diocésaines, Dax)

    I. "Registre des dépenses de l'Église de N.D. de Buglose, commencé le 1er janvier 1852" (1852-1873)

    [P. 2.] 1852. Mois de mars. / 16. Donné à Mr Legrand Entrepreneur [Édouard Legrand ou son frère Prosper, entrepreneurs des travaux de construction de l'église] - 1000 f. 00. / 27. Donné à Mr Legrand Entrepreneur - 1000 f. 00. / Mois d'avril. / 1er. Donné à Mr Legrand Entrepreneur - 1000 f. 00. / Mois de mai. / 1er. Donné à Mr Lesbarrères pour Legrand Entrepreneur - 1100 f. 00. / 7. Donné à Mr Legrand Entrepreneur - 1130,00. / 11. Donné à Mr Legrand Entrepreneur - 1000,00. / 29. Donné à Mr Lesbarrères pour le compte de Legrand - 350,00. / Mois de juin. / 1er. Donné à Lesbarrères pour Legrand entrepreneur - 400 f. 00. / [P. 3] 19. Donné à Mr Lesbarrères pour le compte de Legrand entrepreneur, un billet payable sur Bordeaux le 11 juillet - 1000,00. / Mois de juillet. / 31. Donné à Lesbarrères pour Legrand entrepreneur - 150,00. / Mois d'août. / Donné à Lesbarrères pour Legrand entrepreneur - 50,00. / 14. Donné à Lesbarrères pour Legrand entrepreneur - 100,00. / 28. Donné à Lesbarrères pour Legrand entrepreneur - 225,00. / [P. 4] Mois de septembre. / 18. Donné à Lesbarrères pour Legrand entrepreneur - 150,00. / 25. Donné à Lesbarrères pour Legrand entrepreneur - 160,00. / Mois d'octobre. / 26. Payé à M. Daux, Sts calices et étuis - 245,00. / Mois de novembre. / 20. Donné à Legrand entrepreneur pour un mandat - 1000,00.

    [P. 6] 1853. Mois de janvier. / 31. Payé à Mr Legrand, entrepreneur - 1145 f. 00. / Mois de mars. / 13. Donné à Lesbarrères pour Legrand - 2000 f. 00. / Mois d'avril. / 11. Payé à Mr Legrand entrepreneur - 2250,00. / 18. Payé à Sylvestre Bourdet, menuisier, pour 2 troncs - 60,00. / 16. 1° à M. Lacroix, peintre - 25,00. / [P. 7] 20. Achat d'ornements divers - 595,00. / Mois de mai. / 4. 33 planches pour un confessionnal et transport - 23,00. / 13. Payé à Louge, peintre, pour les 2 tableaux de la fontaine - 30,00. / 20. Achat d'une fontaine pour la sacristie - 9,50. / Mois de juin. / 2. Donné à Legrand entrepreneur - 640 f. 00. / 11. Payé à Debaigts pour habillement du suisse - 180,00. Hallebarde et épée - 53,00. / [P. 8] 15. Payé à M. Daux pour réparation de calices, etc. - 54 f. 30. / Mois de septembre. / 21. Donné à Prosper Legrand, entrepreneur - 3000,00. / Mois d'octobre. / 28. Payé à Mr Sibien, architecte [Jules Sibien, architecte départemental en charge de la reconstruction de l'église] - 300,00.

    [P. 9] 1854. Mois de février. / 8. Donné à Legrand, entrepreneur, pour les caveaux - 200,00. / id. Payé à Layrolle, sculpteur [Jean Layrolle, sculpteur montpelliérain] - 1200,00. / Mois de mars. / 13. Payé à Layrolle, sculpteur - 600 f. 00. / [P. 11] Mois de mai. / 3. Achat de 2 missels romains in-4° - 25,00. / Mois de juin. / 20. Payé à M. Legrand entrepreneur - 600,00. / 24. A Layrolle, sculpteur - 1251,00. / Mois de juillet. / 18. Donné en avance à M. Daux, de Bordeaux - 2100,00. / [P. 12] Mois d'août. / 25. Payé à Layrolle les intérêts de deux mois - 33,30. / Mois de septembre. / 28. Payé à Legrand entrepreneur, pour solde des caveaux - 688,20.

    [P. 14] 1855. Mois de janvier. / 1. Payé à Legrand entrepreneur, mandat sur la poste - 50 f. 00. / Mois de février. / 2. Payé un confessionnal avec le port - 77 f. 00. / 10. Payé à Mr Legrand, entrepreneur - 500,00. / id. Payé à Mr Sibien, architecte - 150,00. / 15. Payé à Mr Daux fils, pour l'autel - 500,00. / 16. Payé une traite pour la maison Daux et Cie - 250,00. / Mois de mars. / 17. Payé par Mr Cazade à Mr Treignac-Daux - 100 f. 00. / id. Frais du port des caisses du vestiaire et autel - 50,00. / 21. Marches et parquet de l'autel - 218,00. / id. Donné à M. Treignac-Daux - 100,00. / id. Réparations et dorure de 3 calices - 60,00. / 22. Donné à Laffitte pour les ouvriers Daux - 100,00.

    [P. 15] Mois d’avril. / 7. Donné à Mr Daux fils, par Mr Cazade – 200 f. 00. / 28. Donné à Mr Émile Thibaud de Clermont-Ferrand pour solde de tous les vitraux de l’église – 5060,75. / 29. Donné un à-compte (sic) à Mr Longa, pour les peintures – 500,00. / Mois de mai. / 9. Diverses dépenses pour la translation de la statue. Étrennes – 43,00. / (5) Payé à Legrand, entrepreneur – 3400,00. / 12. Payé au même – 1550,00. / 17. Payé au même – 1000,00. / 19. Payé à Mr Sibien, architecte – 350,00. / 24. Payé Mr Longa, pour les peintures de l’église – 1273,00. / 28. Payé au menuisier Gilles-Robert, pour placards, tablettes et plintes (sic) aux sacristies – 232,00. / [P. 16] Mois de juin. / 4. Payé à Mr Daux, Père – 220,00. / 5. Inauguration de la nouvelle Église. / 9. Donné aux ouvriers de Mr Daux pour solde définitive (sic) des travaux. Étrennes – 200 f. 00. / Mois de juillet. / 14. Donné à Legrand, entrepreneur – 550,00. / 26. Achat et port d’un vase en marbre et six chandeliers – 40,00. / [P. 17] Mois d’août. / 19. Payé à Mr Legrand, entrepreneur, pour divers ouvrages à l’église – 453,35. / Mois de septembre. / 18. Acquitté les diverses traites souscrites en faveur de Layrolle – 4000,00. / 19. Solde définitive (sic) des honoraires de l’architecte – 400,00. / 21. 3 voyages de bouvier pour l’armoire de la sacristie – 14,00. / Mois d’octobre. / 4. Payé à Mr Longa pour les mosaïques des 4 panneaux – 680,00. / {P. 18] Mois de novembre. / Le 2 8bre. Payé à Mr Legrand, entrepreneur – 682 f. 00. / Mois de décembre. / 29. Port de la statue et bas-reliefs de St Joseph – 38,55. / 31. Payé à Guille-Robert, l’armoire et les ouvrages de la sacristie – 1124,25.

    [P. 20] 1856. Mois de janvier. / 3. Voyage du bouvier à la gare pour la statue de St Joseph – 2,00. / 4. Payé à Mr Legrand, entrep[reneu]r, divers travaux supplémentaires – 1240,90. / 7. Payé à M. Thibaud de Clermont-F[erran]d, la statue et bas-reliefs de St Joseph – 600,00. / Mois de mars. / 5. Payé à Mr Louge pour les peintures de la sacristie et du couloir – 589,00. / [P. 21] Mois de juin. / 5. Port de la garniture du maître-autel – 17 f. 05. / 23. Payé la traite de Mr Bachelet de Paris – 955,85. / 26. Payé à Mr Legrand, la rente des 8000 f. de l’église – 400,00. / [P. 22] Mois de septembre. / 18. Payé à Louge les peintures du kiosque – tapisseries de la sacristie – 207,20. / 25. Payé à Longa le grand cadre sculpté de l’ex-voto – 150,00. / id. id. id. pour l’encadrement et emballage du chromo – 10,00. / les dessins de la statue, noir et en couleur – 100,00. / id. id. id. / Mois d’octobre. / 18. A Dupouy Marcellin, soldé la traite de Daux et Cie – 1000,00. / [P. 23] Mois de décembre. / 31. Payé à Mr Legrand pour le kiosque de la fontaine – 743,00.

    [P. 25] 1857. Mois de juin. / 17. A Mr Legrand, entrepreneur, l’intérêt des 8000 f. – 400,00. / 27. 1er à-compte à Mr Jabouin pour les autels latéraux – 1800,00. / id. à son menuisier pour le raccommodage des bas-reliefs de St V[incen]t de Paul – 33,00. / Mois de juillet. / 1. Envoyé à Mr Jabouin par les ouvriers, la note des dépenses payées pour son compte, pour la pose des autels et s’élevant à 90,70. Plus 23,70 pour lui payer : 1° l’escabeau de l’exposition pour le maître-autel – 80,00, 2° à-compte du grand devis des travaux – 34,40. Étrennes à ses ouvriers – 10,00. / [P. 26] Mois de septembre. / 4. A Sylvestre, menuisier, les 2 balustrades des autels latéraux – 97,80.

    [P. 28] 1858. Mois de janvier. / 12. Solde de la traite de Mr Bachelet pour le grand ciboire du prix de 1152 f. 80 c., déduction faite des matières fournies pour 372,20, reste – 779,50. / Mois d’avril. / 1. Payé une traite de Mr Bachelet de Paris, pour le grand reliquaire de l’autel de St Vinc[en]t de Paul, au compte de Mr Jabouin de Bord[eau]x – 450,00. / Mois de mai. / 2. Payé à Mr Longa, pour les peintures de l’autel de St Vincent de Paul – 250 f. 00. / 30. Payé à Mr Jabouin, de Bordeaux, à-compte de ses autels – 1500,00. Intérêts de 5000 f. à 5% pendant onze mois – 256,25. / Mois de juin. / En mai et juin. Dépenses pour la réception des conférences de St Vincent de Paul. Planches de pin pour les bancs... Un fauteuil garni en rouge – 40,00. Un ornement blanc – 50,00 [...] A Louge, peintre, pour les banderolles (sic) – 10,00. / A Mr Longa pour les peintures des armoiries épiscopales – 60,00. / 24. Payé à Mr Legrand les intérêts des 8000 frs – 400,00. / id. id. id. pour solde du kiosque de la fontaine – 947,00. / [P. 30] 29. Payé à Mr Legrand, entrepreneur, à-compte des 8000 f. – 3000. / Mois de juillet. / 29. A Mr Legrand pour son 1er trav. Supplémentaire fermeture de l’église – 186,80. / 31. à id. à-compte des démolitions de la vieille église – 174,00. / [P. 31] Mois de septembre. / 21. Payé à Mr Legrand, entrepreneur, pour solde définitive (sic) des travaux exécutés dans la 1ère partie de l’église – 5000,00. / id. Payé au même l’intérêt de 5% de cette somme pendant «3 mois – 62,50. / Mois d’octobre. / 23. Payé à Mr Legrand, entrepreneur, pour le clocher et l’enlèvement de la chaire – 61,00. / id. id. à-compte des démolitions de la vieille église – 550,00. / 27. Payé à Mr Jabouin de Bord[eau]x à-compte des autels – 1000,00.

    [P. 35] 1859. Mois de mai. / 28. Payé à Mr Legrand, entrepreneur, pour la démolition de la vieille église – et cloison de la nef latérale nord – 397,50. / Mois de juin. / 15. Payé à Mr Legrand, le hangar et la marche de la piscine – 328,65. / [P. 36] Mois d’août. / Envoyé à Mr Jabouin de Bord[eau]x à-compte des autels – 1000,00. / 8. Payé le traité de Mr Didron pour gravure et clichés de N.D. – 235,00.

    [P. 38] 1860. Mois de février. / 10. Payé à M. Lecoffre pour 10.000 gravures – 115,60. / 14. Payé à Mr Legrand pour des travaux exécutés par lui – 2518,00. / 24. Envoyé à Mr Jabouin pour final payement – 1540,50. / [P. 39] / Mois de juin. / 1er. Payé à Mr Legrand la somme de 6000,00. / 13. Payé à Mr Legrand la somme de 6000,00. / Donné à Mr Sibien, architecte, à compte d’honoraires – 500,00. / [P. 40] Mois de juillet. / 27. Payé à Monsieur Legrand à copte des travaux exécutés – 8700,00. / Mois de septembre. / 7. Envoyé à M. Sibien, architecte, à compte de ses honoraires – 500,00. / Mois d’octobre. / 1er. Payé à Mr Legrand pour la construction de l’église – 8475,00.

    [P. 42] 1861. Mois de janvier. / 7. Payé à M. Belloc, sculpteur, pour plans à exécuter – 500,00. / Mois de mars. / 20. Payé à M. Sibien, architecte – 500. / 20. Payé à M. Legrand, à valoir sur les travaux de la chapelle – 1500. / [P. 43] Mois de mai. / 3. Payé à M. Legrand pour la construction de l’église – 1000,00. / 31. Donné à M. Legrand à valoir sur les travaux de l’église – 1500. / 31. Donné à M. Legrand pour le compte de la Maison (seuil du portail et pose) – 98. / [P. 44] Mois de septembre. / 27. Payé à Mr Legrand à valoir pour la construction de l’église – 700. / 27. Payé à Mr Legrand à valoir pour la construction de l’église – 2000.

    [P. 47] 1862. Mois de janvier. / 8. Payé à Mr Legrand pour solde de la rente de 56000 f. (sic) – 1200. / 8. Payé à Mr Legrand à valoir sur les travaux de l’église – 1500. / Mois de mai. / 1er. Payé à Mr Legrand à valoir sur les travaux de l’église – 2000. / 1er. Payé à Mr Legrand pour l’ouverture des arceaux du chœur et l’avancement des marches du chœur – 2126,50. / 8. Payé à Mr Legrand à valoir sur les travaux de l’église –500. / 23. Payé à M. Bellocq (sic) pour dix clefs de voûte – 250. / [P. 50] Mois de juillet. / 9. Payé à Mr Legrand à valoir sur les travaux de l’église – 1000. / 18. Payé à M. Lannes, serrurier, à valoir sur la table de comm[union] – 400. / Mois d’août. / 12. Payé à Mr Legrand à valoir sur les travaux de l’église – 2000. / Mois de septembre. / 25. Payé à Mr Legrand à valoir sur les travaux de l’église – 1000. / [P. 51] Mois d’octobre. / 3. Payé à M. Lannes, serrurier à Bordeaux, à valoir sur la balustrade – 600.

    [P. 53] 1863. Mois de février. / 5. Payé à M. Legrand pour le solde de la rente à partir du 1er janvier 1862 – 2500. / Mois de mars. / 17. Payé à M. Legrand à valoir sur les travaux de l’église – 7000. / 10. Un encensoir avec navette – 10. / Mois de mai. / 29. Payé à Mr Legrand à valoir sur les travaux de l’église – 1000. / Mois de juillet. / 1. idem sur les travaux d’achèvement de l’église – 2000. / Mois d’août. / 14. Payé à M. Legrand à valoir sur les travaux pour l’achèvement de l’église – 1500. / 1. Payé à M. Alaux, architecte, architecte, à valoir sur ses honoraires – 500. / [P. 56] Mois de septembre. / 16. Payé à M. Legrand à valoir sur l’achèvement de l’église – 2000. / Mois d’octobre. / 16. Payé à M. Legrand à valoir sur la construction de l’église – 1500. / 29. Payé à M. Lannes, serrurier, à valoir sur la table – 800. / Mois de novembre. / 4. Payé à M. Legrand à valoir sur les travaux d’achèvement de l’église – 1000. / Mois de décembre. / 3. Payé à M. Vincent, sculpteur, à valoir sur la rosace de la tribune et les chapiteaux de la grande nef – 600.

    [P. 56 (sic : erreur pour "58")] 1864. Mois de janvier. / 8. Payé à M. Legrand à valoir sur les travaux d’achèvement de l’église – 1500. / 21. Payé à Vincent St-Sébastien sculpteur, pour tout le travail de la rosace – 440. / [P. 57] Mois de février. / 10. Payé à Mr Villiet, à valoir sur les 10.000 fr. pour prix des vitraux – 5000. / 15. Payé à Mr Legrand à valoir sur les travaux d’achèvement de l’église – 1000. / 18. Payé au poseur des vitraux pour le compte de Mr Villiet – 60. / 18. Payé aux poseurs de vitraux (étrennes) – 40. / 27. Payé à Jeanti, peintre, à valoir pour la peinture de l’église – 100. / 28. Payé au sieur Tremblier, mosaïste pour le compte de Mr Jabouin – 100. / 28. Payé pour le transport des grillages de Mr Lannes – 12. / Mois de mars. / 9. Payé à M. Lannes, serrurier, à valoir sur tous les travaux exécutés à Buglose, table sainte, barr. 2 fr. grillage – 1325. / 10. Payé à Mr Tremblier à valoir sur les mosaïques – 100. / [P. 58] 18. Payé à Jeanti, peintre, à valoir sur les peintures de l’église – 300. / 28. Payé à Mr Tremblier, à valoir sur les mosaïques – 300. / Mois d’avril. / 2. Payé à Jeanti, peintre, à valoir sur les peintures de l’église – 200. / 9. Payé à M. Vincent à valoir sur les sculptures de l’église – 400. / 9. Payé à Mr Tremblier, à valoir sur les mosaïques – 300. / [P. 59] 16. Payé à Jeanti, peintre, à valoir sur les peintures de l’église – 200. / 21. Payé à M. Ventas, m[archan]d de chandeliers et tapis à Dax – 125. / 23. Payé à Jeanti Duvigneau à valoir sur les peintures de l’église – 300. / 24. Payé à Mr Tremblier, à valoir sur la mosaïque – 300. / 29. Payé à Mr Legrand à valoir sur les travaux d’achèvement de l’église – 500. / Mois de mai. / 4. Payé à Mr Jabouin, à valoir sur les mosaïques – 2000. / 4. Payé à Mr Tremblier pour solde de la chaux fournie dans les sacristies – 37. / 24. Payé à Vincent, sculpteur, à valoir sur les sculptures – 400. / [P. 60] 22. Payé à Jeanti Duvigneau, peintre, à valoir sur les peintures de l’église – 450. / 27. Payé à M. Délestan, pour une grille en fer avec porte – 134. / Mois de juin. / 3. Payé à M. Lesbarrères pour le compte de Mr Legrand, à valoir sur les travaux de l’église – 1000. / 7. Payé à un peintre de Bordeaux pour avoir doré la table de communion, à valoir sur le prix total qui sera réglé avec M. Lannes – 100. / 7. Payé au même pour avoir redoré deux portes de la dite table de com[munion] - 23. / 19. Payé à Mr Vincent, sculpteur, à valoir sur les sculptures de l’église – 200. / 20. Payé à Bidora pour la balustrade de la tribune – 43. / 20. Payé à Bidora pour 5 autels provisoires – 200. / 20. Payé à Bidora pour 8 troncs – 74. / 20. Payé à Bidora pour avoir arrangé les confessionnaux – 30. / [P. 61] Mois de juillet. / 9. Payé à Mr Vincent, à valoir sur la sculpture – 200. / 20. Payé à Mr Vincent pour solde de tout travail – 247. / Mois d’août. / 4. Payé à Jeanti Duvigneau, peintre, à valoir sur les peintures de l’église – 200. / [P. 62] Mois d’octobre. / 5. Payé à Mr Legrand un mémoire de fournitures et travaux exécutés à la rosace de la façade principale – 421. / 5. Payé à Mr Legrand à valoir sur les travaux d’achèvement de l’église – 1000. / 8. Payé à Jeanti, peintre, à valoir sur les peintures de l’église – 500. / 21. Payé à Mr Jabouin, à valoir sur les mosaïques – 1000. / [P. 63] Mois de décembre. / 6. Payé au sculpteur à valoir sur les travaux des chapiteaux (19 9bre) – 200. / 6. Payé à Jeanti, peintre, à valoir sur les peintures de l’église – 200. / 6. Payé pour la cloche à 4 f. le kilo – 208. / 6. Payé au charpentier de Pouy pour la charpente portant la cloche et divers échafaudages – 37,50. / 7. Payé à M. Lanne, serrurier de Bordeaux pour solde – 136. / Payé à Jeanti, peintre, à valoir sur les peintures de l’église – 100. / 17. Payé à M. Tremblier, mosaïste, pour le compte de Mr Jabouin (mosaïque) – 250. / 24. Payé à Vincent à valoir sur les sculptures – 300.

    [P. 65] 1865. Mois de janvier. / 1er. Payé à Jeanti, peintre, à valoir sur les peintures de l’église – 400. / 4. Payé à Mr Jabouin pour solde de tout compte de la mosaïque – 370. / 4. Payé à Jeanti, peintre, à valoir sur les peintures de l’église – 1000. / 13. Payé à Jeanti, peintre, à valoir sur les peintures de l’église – 200. / [P. 68] Mois de février. / 5. Payé à Mr Vincent, sculpteur, à valoir sur les sculptures de l’église – 200. / 8. Payé à Mr Villiet, peintre verrier, pour solde de tout compte y compris les intérêts d’un an de 5000 f. et le prix des vitraux des sacristies, montant à la somme de 350 f. – 5540. / 8. Payé à M. Larroque de Bordeaux pour deux ornements 65 f. et 60 f. – 125. / 14. Payé à Mr Délestan pour une croix fer et fonte et mise en place – 170. / 25. Payé à Vincent à valoir sur les sculptures – 200. / Mois de mars. / 5. Payé à Vincent à valoir sur les sculptures – 400. / 29. Payé à Mr Alaux, architecte, à valoir sur ses honoraires – 500. / [P. 67] Mois d’avril. / 18. Payé à Vincent à valoir sur les sculptures – 600. / Mois de mai. / 3. Payé à Jeanti Duvigneau – 1000. / [P. 68] Mois de mai. 3. Payé à Vincent, sculpteur, pour solde de toute la sculpture sur pierre de notre église - 360. Prix de détail : 36 chapiteaux des grands piliers et des pilastres des bas-côtés à 30 f. / 2 portes des sacristies latérales chacune à 40 f. / 7 chapiteaux dans le porche (les plus grands) à 20 f. / 30 chapiteaux et culots dans le porche à 15 f. / 1 chapiteau - porte d'entrée à 40 / Porte d'entrée à 300 / Porte du bas-côté sous le clocher à 40 / 3 arceaux dans le porche à 70 / 4 culots à la tribune à 20 / 4 consoles aux deux portes d'entrée en tout 10 / Les frises, prix moyen le mètre courant à 6 f 50 / Les grands chapiteaux de la nef à 40 / Les clefs de voûte prix moyen à 25 f. / Celle du porche en bas à 40 f. / Les divers culots à 15 / Les culots soutenant les voûtes des bas-côtés (têtes) à 30. / 20. Payé à Vincent, à valoir sur les sculptures de la chaire – 200. / 25. Payé à Bernos, menuisier à Dax, à valoir sur la chaire – 200. / Payé à Jeanti, peintre, à valoir sur les peintures de l’église – 300. / Mois de juin. / 10. Payé à Mr Legrand à valoir sur les travaux d’achèvement de l’église – 2000. / 12. Payé à Mr Gibaudan pour le compte de Mr Alaux (vin) – 86. / [P. 69] Mois de juillet. / 12. Payé à Mr Legrand à valoir sur les travaux d’achèvement de l’église – 600. / 29. Payé à Jeanti, peintre, à valoir sur les peintures de l’église – 200. / Mois d’août. / 1er. Payé à M. Larroque de Bordeaux pour un autel bois peint – 700. / 1er. Payé à Mr Larroque pour damas et galon soie – 110. / 6. Payé à Mr Champigneulle pour le chemin de croix 2880 fr. formant avec 230 fr. prix du transport, le prix total de 3100 – 2880. / 6. Payé à Mr Champigneulle pour le Christ, face de la chaire – 500. / 14. Payé à Vincent, sculpteur, pour solde du travail de la chaire – 100. / 22. Payé à M. Soulé, chanoine, pour le couronnement de la Vierge – 2000. / [P. 70] Mois d’octobre. / 3. Payé à Mr Legrand à valoir sur les travaux d’achèvement de l’église – 1000. / 4. Payé à Jeanti, peintre, à valoir sur les peintures de l’église – 400. / 18. Payé à Mr Larroque de Bordeaux pour 6 chandeliers et une croix – 260. /18. Payé à Mr Larroque pour une pierre sacrée – 12. / 18. Payé à Mr Larroque pour un palier d’autel – 50. / 24. Payé à Bernos, menuisier, pour solde du travail de la chaire – 200. / 27. Payé à Jeanti, peintre, à valoir sur les peintures de l’église – 300.

    [P. 73] 1866. Janvier. / 11. à M. Legrand pour solder des intérêts échus jusqu’au 1er janvier 1866 – 6000. / à Mr Legrand à valoir sur les travaux de l’église – 2000. / à M. Larroque de Bordeaux 4 confessionnaux à 500 l’un – 2000. / au poseur des confessionnaux, étrenne – 10. / 25. A M. Virebent de Toulouse, bénitier et fonts baptismaux – 633. / [P. 75] Mai. / 29. Payé à Jeanti Duvigneau peintre à valoir – 600. / Juin. /14. à Mr Alaux règlement définitif et solde – 2300. / [P. 76] Août. / 29. Payé à Mr Larroque à valoir sur le prix total du confess[ionnal] – 2000. / |P. 77] Septembre. / 19. Donné à Mr le Supérieur pour payer M. Larroque solde – 1850. / [P. 79] Octobre. / 29. Payé pour la grille des fonts baptismaux – 400. / Mois de novembre. / 7. Payé à Jeanti Duvignau (sic), peintre, à valoir – 1237. / 7. Payé à Jeanti Duvi. Peintre (le 21 juillet 1866) (oubli) – 100.

    [P. 84] 1867. Mois d’août. / 12. Payé à Mr Legrand à valoir sur la dette totale – 1000. / [P. 85] Mois d’octobre. / 13. Payé à Mr Legrand à valoir sur la dette totale – 1200.

    [P. 88] 1868. Mois de janvier. / 6. Payé à Mr Legrand pour solde des intérêts – 2500. / 16. Payé à Mr Legrand, à valoir sur le capital dû – 3000. / [P. 89] Mois de février. / 9. Payé une traite de Mr Virebent (deux autels) – 712. / [P. 91] Mois de mai. / 18. Payé à Mr Legrand pour les autels et les fournitures – 199. / 18. Payé à Mr Legrand pour le kiosque (plafond de moi…) 6 173.

    [P. 97] 1869. Mois de mars. / 7. Payé à Labarthe pour la grille de la chapelle mira. [des Miracles] – 280.

    [P. 105] 1870. Mois de mai. / 10. Payé à M. Diharce de Bayonne (calices et ciboires réparés, le calice neuf valant 1545 f.) échange – 183.

    [P. 126] 1873. Mois d’août. / 15. Payé pour 2 lustres pris chez M. Poussielgue (Paris) – 1300. / [P. 128] Mois de décembre. / 8. Payé à Mr Biais 4 ornements – 300.

    ***************************

    II. "J.M.J. Registre des recettes de l’Église de N.D. de Buglose commencé le 1er janvier 1852."

    [P. 13] 1854. Mois de juin. / 4. Dons particuliers pour l’autel (94,10). / 9. Reçu de Mgr pour un vitrail – 600,00. / 10. Reçu de Mr Lafosse [vicaire général du diocèse] pour id. – 100,00. / 12 au 30. Dons particuliers (8,50), de Mr Lafosse pour les vitraux (66 f.), de Mme Domenger pour l’autel (100 f.). / [P. 14] Mois de juillet. / Dons particuliers pour l’autel : 1° Mme de Cauna (50 f.), id. de Ladoue (10 f.). 2° Société de St V[incent] de P[aul] de Pontons (50 f.). Mr Conseilhat de St-Gein (25 f.) – 125,00. / [P. 14] Mois d’août. / Don de Mlle Romaine Ducros, pour l’autel – 100,00. / Le 22. Prêté par M. l’abbé Cazade, à la chapelle, pour payer le grand autel, mille francs qu’il a reçus de M. Cestac – 1000,00. / Mois de septembre. / 7. Le 7, reçu de Mr Dulin [secrétaire général de l’évêché] pour un vitrail – 600,00.

    [P. 17] 1855. Mois de janvier. / Du 15 au 30. Reçu de Mr Dulin pour le tabernacle de l’autel – 600,00. / [P. 18] Mois d’avril. / 23. Reçu de Mr Domenger, pour 1 vitrail – 600,00. / Mois de mai. / 27. Dons particuliers (pour la restauration de la statue 500 f.). / Mois de juin. / 5. Inauguration de la nouvelle église. / [P. 20] Mois de septembre. / 10. Reçu de Mgr l’Évêq[ue] Le montant de son vitrail – 600,00. / 18. Reçu d’une personne le prix d’un vitrail – 600,00.

    [P. 22] 1856. Mois de janvier. / 31. Dons spéciaux pour la statue de St Joseph – 300,00. / [P. 23] Mois de juin. / 22. Don anonyme pour la garniture du maître-autel – 1000,00. / [P. 30] Mois de septembre. / 15. Don particulier d’une personne de Cambo pour le ciboire ex-voto – 600,00.

    [P. 32] 1858. Mois de janvier. / En supplément : vente des bijoux laissés aux chapelles, d’un vieil ostensoir, d’une patène à communion, des anciennes couronnes en vermeil de la Ste statue ayant servi à la confection du grand ciboire ex-voto – pour la valeur de 372 F. 70. / |P. 34] Mois de juillet. / 18. Vente des vieux tableaux de l’ancien autel – 20,00.

    [P. 38] 1859. Mois d’avril. / Vente de l’ancien autel en marbre de Ste Magdeleine – 100,00. / Mois de mai. / Vente du vieux plomb du clocher démoli – 17,60.

    [P. 45] 1860. Mois de mai. / 18. Reçu pour l’achat d’une bannière de N.tre Dame – 200.

    [Interruption de la pagination]

    1862. Mois de décembre. / 2. Don pour un vitrail par Mme de Poy de Renung – 500.1863. Mois de février. / 4. Don de Mme de Laborde Lassalle pour une balustrade – 2000.

    1864. Mois de mars. / 4. Don de Mme de St-Martin de Soustons pour les vitraux – 300. / Mois de mai. / 24. Don de Mme de St-Martin de Soustons (vitraux) – 300. / Mois de septembre. / 7. Don de Mme Dupoy de Dax pour un chemin de croix – 1000. / Mois d’octobre. / 19. Don de Mme Dupoy de Dax pour un chemin de croix – 500. / Mois de novembre. / Don de Mme Thiard d’Audignon (pour le Christ) – 500. / 30. Don de Mme Dupoy de Dax (pour le chemin de la croix – 500.

    1865. Mois de janvier. / 10. Reçu de Mme Dupoy de Dax, don pour le chemin de la croix – 1000. / Mois de mai. / 30. Don de Mme de St-Martin (vitraux) – 200. / Mois d’août. / 19. Reçu de Mr Farthouat argent déposé pour acheter la couronne de la Ste Vierge qui devra servir au couronnement décerné par le souverain pontife – 2000. / Mois de septembre. / 23. Don de Mme Dupoy de Dax (acompte sur les confessionnaux) – 300. / Mois d’octobre. / 3. Reçu de Mme Dupoy de Dax pour les confessionnaux – 700.

    1866. Février. / 6. Cinq mille francs pour confessionnaux – 5000. / Août. / 30. Reçu de Monseigneur pour le couronnement – 1200.

    ______________________________

  • Lettre du Père L. Pelletier à Mgr Mathieu, évêque d'Aire et Dax, concernant le projet d'aménagement du chœur de Buglose, 3 décembre 1959 (Archives diocésaines de Dax)

    "Toulouse, ce 3 Décembre 1959. / Monsieur L. PELLETIER C.M., 18, gde rue Saint-Michel, à TOULOUSE (Hte-Garonne) à Son Excellence Monseigneur Mathieu, Évêque d'Aire et de Dax (Landes). / Excellence (La grâce de Notre Seigneur soit toujours avec nous), Jeudi dernier je me trouvais à Buglose pour présenter à Monseigneur St-Germain et à ces Messieurs de la Commission d'Art Sacré le projet d'aménagement et de remise en état de l'Église. / Nous discutâmes en détail chacun des travaux envisagés. A l'issue de cette visite, je demandais nettement à Monseigneur si nous pouvions marcher ; sa réponse nette fut : d'accord. / En fait, un jugement défavorable est venu après mon départ. Monsieur le Chanoine Robert me fait part du Veto et dans son désarroi me demande, si possible, de vous écrire pour vous énumérer les diverses raisons qui m'ont fait adopter le projet que nous avions arrêté. / (...) Croyez-bien, Monseigneur, qu'il n'y pas pas de question d'amour-propre qui entrent (sic) en compte mais j'ai pris à cœur ce travail, j'y ai réfléchi longuement sur place et ici même avant d'arrêter et de présenter un projet, sachant très bien par avance que les critiques ne manqueront pas. / Bien simplement, voici donc les raisons qui m'ont inspiré. / Ayant été moi-même desservant d'un lieu de pèlerinage à la Vierge pendant une dizaine d'années, je suis parti de cette idée : Quoi qu'on fasse, il faut que les Pèlerins retrouvent toujours la statue de la Vierge dans le cadre où ils l'ont toujours vénérée, sinon ils risquent de crier au vandalisme et de se désaffecter du Sanctuaire. / En conséquence : / Nous gardons intact le fond du chœur avec tout le décor qui encadre la Statue. Ceci respecté, il était permis, je pense, de prendre en considération des souhaits pour permettre un aménagement plus pratique à la célébration des cérémonies liturgiques dans ce sens que nous devons à Buglose, considérer le Sanctuaire avec son double caractère : c'est un Centre de pèlerinage, c'est aussi une Église paroissiale. / Centre de pèlerinage. Il y a des cérémonies ou une grande partie des pèlerins sont dans l'impossibilité de voir l'autel. Certains, coincés dans l'entrée qui forme porche et dont les ouvertures relativement petites restreignent le champ visuel. D'aitres, bloqués dans le transept ne peuvent absolument pas voir et l'autel et la Vierge. D'autres, même dans la nef, à certains jours ont la vue des cérémonies bouchée par les prêtres installés, en surélévation, dans le chœur. / En conséquence : / Nous ouvrons le porche central du fond, au maximum de sécurité, selon le souhait exprimé par l'Architecte départemental lui-même. Cela permet l'utilisation de ce porche en narthex intérieur, donnant une nouvelle perspective merveilleuse de l'ensemble de l'église et incorporant les personnes qui s'y trouvent à l'ensemble des pèlerins. Nous avançons l'Autel majeur au niveau et à la limite de la croisée du transept, ce qui permet : d'abord à ceux qui se trouvent sur les côtés de ce transept d'assister réellement aux cérémonies et de plus, cette disposition oblige Messieurs les prêtres à se retirer ensemble, non plus devant l'autel, où ils formaient un écran, mais de chaque côté et à l'arrière, ce qui, à mon avis, contribue encore au "Decorum", sans négliger l'avantage qu'ils ont d'être groupés face à face et encadrant l'autel et le célébrant. Cette disposition me paraît aussi heureuse lorsque Monseigneur préside au trône que nous voulons mettre aux pieds de la Vierge, face à l'autel et aux fidèles. / Pour augmenter la visibilité, j'ai pensé baisser la table de communion au niveau d'une marche unique. Ramenant les deux autres marches en retrait afin d'assurer les 3 degrés du planum de l'autel, cela permet un dégagement suffisant pour donner la communion et supprime pour les pèlerins l'inconvénient de plusieurs marches à la Sainte Table. / Pour réaliser ce travail, il faut savoir que l'ancien Maître-Autel est en "toc", marbre en plaques et garnitures en bois. Or, je crois savoir qu'on offre 500.000 Frs pour un autel entièrement en matériau noble, en marbre massif. Ce nouvel autel est prévu simple de ligne pour ne pas couper la perspective et la vue sur le fond mais il est riche et pratique, avec une table large comportant un tabernacle accessible par l'avant et l'arrière en vue du service des communions. De plus, on pourrait, paraît-il, récupérer les stalles du Grand Séminaire pour compléter le fond du chœur. Elles sont, au dire de Mgr St-Germain, exactement de la même facture que celles de Buglose et j'imagine que nulle part ailleurs, elles ne peuvent être aussi bien utilisées. / Il reste la question des Bruloirs et du Baptistère. / Les Cierges pour les pèlerins. C'est une pratique qu'ils affectionnent et, que je sache n'est pas défendue, surtout si on a soin de leur donner le sens de la prière avec celui de l'offrande. C'est également une pratique qui, il faut l'avouer, est une source de rapport et malgré les critiques plus ou moins ironiques ne me paraît pas négligeable pour parer aux charges d'une œuvre comme Buglose avec ses monuments à entretenir et sa maison de prêtres âgés. Or, pour l'emplacement des bruloirs j'ai raisonné ainsi : 1° Les fidèles aiment voir les cierges brûler. 2° En les mettant à l'entrée on les met à la portée de tous. 3° L'endroit choisi, en fait, me paraît heureux. Il se trouve face à la Vierge et en plus facile à aérer, sans infecter l'église par l'odeur et la fumée.

    Église paroissiale. Et maintenant si on pense à la paroisse, elle a tout à y gagner. En effet, on veut de plus en plus amener les fidèles à participer aux offices. Or, lorsque le Curé de la paroisse dit la messe devant les seuls fidèles de la paroisse, le premier adulte se trouve actuellement à 18 mètres de l'autel. En ramenant ce dernier au transept le dialogue entre prêtre et fidèles est quand même plus facile. / Pour la question de l'entrée, sans doute on a ouvert au maximum mais on prévoit une fermeture thermique sans obstruer la lumière entre le portail et le narthex. / Quant au Baptistère qui sert tout au plus 3 ou 4 fois dans l'année, on le croit peut-être relégué. Pour moi, persuadé, c'est normal, que c'est un lieu très important vu le Sacrement qui y est administré, je soutiens qu'il est mis en valeur. On objectera probablement que c'est dommage qu'un bruloir prenne sa place, je me permets de dire, NON. Jamais ou très rarement on a vu le baptistère au fond de l'église où normalement se trouve le portail. De plus l'endroit choisi pour mettre ce Baptistère sera aussi bien et même mieux aménagé, on peut même dire plus pratique. Selon une suggestion de Mgr St-Germain il a l'avantage de se trouver à côté de la sacristie des fidèles et d'une sortie supplémentaire prévue pour une autre tranche de travaux.

    Il reste la question peinture. Le département se charge du recrépissage de tous les murs, il faut donc repeindre. Il me semble préférable de conseiller une teinte uniforme pour deux raisons : Ce sera moins cher. Je préfère, à un décor mural plus ou moins heureux ou mort, le jeu des couleurs donné par les vitraux qui distribuent selon l'heure et la richesse de leurs coloris une lumière vivante et une ambiance de prière indéniable.

    Je crois Monseigneur vous avoir dit l'essentiel. C'est en dernier recours, ce me semble, à vous de décider si on doit poursuivre l'exécution de ce projet. De toutes façons, je n'ai aucun intérêt personnel à tirer de ce travail. En l'accomplissant, je n'ai désiré qu'une chose : rendre service, persuadé que je pouvais peut-être indirectement faire œuvre utile pour la gloire de Dieu et de sa Mère. (...). / L. Pelletier."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Fabrique de l'église de Buglose, registre des dépenses (1852-1873).

    Archives diocésaines, Dax
  • Fabrique de l'église de Buglose, registre des recettes (1852-1877).

    Archives diocésaines, Dax
  • Fabrique de l'église de Buglose, registre des recettes et dépenses (1890-1893).

    Archives diocésaines, Dax
  • Fabrique de l'église de Buglose, registre de comptes (1938-1946).

    Archives diocésaines, Dax
  • Registre de la confrérie du Saint Scapulaire de Notre-Dame de Buglose (1848).

    Archives diocésaines, Dax
  • Dossier "Travaux de restauration de l'église et du monastère, 1860-1922", comprenant le dossier des travaux d'exhaussement de la tour et des tourelles de l'église par les architectes Victor Sanguinet et Henri Depruneaux (1895-1896).

    Archives diocésaines, Dax
  • Lettre du Père L. Pelletier à Mgr Mathieu, évêque d'Aire et Dax, concernant le projet d'aménagement du chœur de Buglose, 3 décembre 1959.

    Archives diocésaines, Dax
  • Monographie paroissiale de Saint-Vincent-de-Paul, par le curé Duboscq, 1888.

    Archives départementales des Landes : 16 J 19
  • Projet d'érection en succursale et distraction de la succursale de Gourbera, 1844-1847.

    Archives départementales des Landes : 70 V 71/1
  • Demande de restitution d'une cloche, d'une horloge et d'un bénitier (1817-1818), réparations (1848), sépultures de Mgrs Epivent, Delannoy et Touzet.

    Archives départementales des Landes : 70 V 71/3
  • Inventaire des biens dépendant de la mense et de la fabrique, 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 71/5
  • Budget et comptes de gestion de la fabrique, 1894-1905.

    Archives départementales des Landes : 70 V 71/8
Bibliographie
  • MAURIOL Raymond. Histoire de la Sainte Chapelle et des Miracles de Notre-Dame de Buglose. 1726. Rééd. 1916

  • DANOS B. Pèlerinage de Saint Vincent de Paul et de Notre-Dame de Buglose. Suivi de l'Art de sanctifier le Pèlerinage et des exercices d'une Neuvaine. 1844.

  • LABARRERE Antoine. Histoire de Notre-Dame de Buglose et Souvenirs du Berceau de Saint Vincent de Paul. Paris : H. Vrayet de Surcy, 1857 (rééd. 2001).

  • DEGERT Antoine. "La résurrection de Buglose". Revue de Gascogne, XVIII, 1923.

    p. 208-220
  • LABARRÈRE Antoine. La couronne de N.-D. de Buglose ou l'histoire complète de son couronnement le 9 septembre 1866. 1867.

  • DULUCQ Louis. Buglose hier et aujourd'hui. Lyon : Lescuyer, 1965.

  • CAZAUNAU Léon, LESBATS Julien. Buglose. Nogaro : Dauba frères, 1970.

  • Guide illustré du pèlerin à Notre-Dame de Buglose, publié par les soins de Mgr de Cormont, Évêque d'Aire & de Dax. Bordeaux : Imprimerie catholique Jeanne d'Arc, s.d. [1911-1930].

  • LERAT Serge (dir.). Landes & Chalosses. Pau : Cairn, 1984.

    t. II, p. 1125
  • CUZACQ René. Les statues de la Vierge dans l'Art ancien landais. Pau : Marimpoey, 1970.

    p. 9-19
Périodiques
  • BONHOMME Jules. "L'origine de Buglose". Revue de Gascogne, XXIII. Auch, 1882.

    p. 373-383
  • DUBARAT Victor. "Origine de Buglose". Revue de Gascogne, XXXIII. Auch, 1892.

    p. 289-290
  • BEAURREDON Joseph. "Les témoins de Notre-Dame de Buglose". Bulletin de la Société de Borda, 1895.

    p. 35-49
  • COSTE Pierre. "Les prêtres de la Mission à Buglose". Revue de Gascogne, 1909.

    p. 60-73
  • DEGERT Antoine. "Un ancien pèlerinage : Buglose. Le village et son histoire primitive". Revue de Gascogne, XVII, 1922.

    p. 22-23, 128-142, 174-181
  • DEGERT Antoine. "Les origines du pèlerinage". Revue de Gascogne, 1922.

    p. 128-142
  • DEGERT Antoine. "Organisation et dotation du pèlerinage". Revue de Gascogne, 1922.

    p. 174-181
  • DEGERT Antoine. "Patrimoine du "monastère" de Buglose avant la Révolution". Bulletin de la Société de Borda, 1922.

    p. 127-143
  • DEGERT Antoine. "Les historiographes de Buglose : Mauriol, Delmeja". Revue de Gascogne, XVIII, 1923.

    p. 27-37
  • DEGERT Antoine. "Buglose au cours du XVIIIe siècle jusqu'à la Révolution". Bulletin de la Société de Borda, 1923.

    p. 78-91
  • DEGERT Antoine. "Buglose sous la Révolution". Revue de Gascogne, XVIII, 1923.

    p. 117-128
  • ROUDIÉ Paul. "Réflexions à propos de la statue de Notre-Dame de Buglose". Bulletin de la Société de Borda, 1988, 410.

    p. 241-256
  • CAUNA Jacques de. "Notre-Dame de Buglose : la première fondation (1629)". Bulletin du Centre généalogique des Landes, 1993, 28.

    p. 313
  • PEYRESBLANQUES Jean. "Ancienneté de Notre-Dame de Buglose". Bulletin de la Société de Borda, 486, 2007.

    p. 127-132
  • DUVIELLA Marie-Claire. "Le pèlerinage des marins capbretonais à Notre-Dame de Buglose en 1872 et ses suites". Bulletin de la Société de Borda, 2007, 486.

    p. 133-146

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe