Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Hôpital thermal (hôpital Saint-Eutrope)

Autel, gradin et tabernacle du maître-autel

Dossier IM40004574 réalisé en 2012

Fiche

Dénominations autel, gradin d'autel, tabernacle
Aire d'étude et canton Dax sud
Adresse Commune : Dax
Adresse : 1 rue Labadie
Emplacement dans l'édifice chapelle, choeur

Le meuble est l'œuvre du sculpteur tarbais Dominique Ferrère (1723-1809), qui l'exécuta pour 2200 livres entre le 18 juin 1785, date du contrat passé avec la supérieure Rutan, et décembre 1787 (il aurait pourtant dû être achevé dès le mois de mai 1786 aux termes de la convention). Il fut peint et doré après le 17 décembre 1787 (date du contrat de sous-traitance) par le doreur Antoine Laussatte, de Lescar. Si le galbe de l'autel et son décor sont encore dans la tradition rocaille, dans laquelle Dominique Ferrère et son frère Jean II avaient été formés, le tabernacle, d'une conception originale, présente des lignes droites et des motifs (comme les draperies festonnées) plus proches des réalisations néoclassiques contemporaines ; on retrouve des compositions identiques coffre-ailes-pilastres par D. Ferrère dans les églises haut-pyrénéennes de Cheust (1760-1770) et de Barbazan-Debat. L'ensemble dacquois a subi plusieurs altérations : le dais d'exposition du tabernacle et plusieurs éléments décoratifs (angelots) furent supprimés dès avant 1866 ; le tombeau d'autel a été détaché du gradin et avancé au milieu du chœur après le concile de Vatican II. Une photographie de R. Labat datant du début des années 1950 montre l'ensemble dans son état originel (l'exposition en moins).

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle , daté par source, porte la date
Dates 1785, daté par source
Lieu d'exécution Commune : Tarbes
Auteur(s) Auteur : Ferrère Dominique,
Dominique Ferrère (1723 - 1809)

Sculpteur à Tarbes.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, attribution par source
Auteur : Laussatte Antoine,
Antoine Laussatte

Peintre et doreur à Lescar.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
doreur, attribution par source

L'autel au tombeau galbé est composé d'une structure en bois dans laquelle sont encastrés des éléments en marbre (incarnat de Caunes pour le grand panneau frontal, gris veiné pour le cartouche central, griotte rouge du Languedoc pour les gorges supérieure et inférieure) ; sans doute par souci d'économie, la plinthe et les panneaux des côtés sont en bois peint faux marbre vert et noir ; le bandeau supérieur doré, sous la gorge sommitale, présente un décor d'apprêt gravé ; la table d'autel, peinte en blanc crème, est à angles adoucis en quart-de-rond.

Le massif postérieur, formant gradin droit, est flanqué de deux hauts piédestaux parallélépipédiques (qui portaient autrefois des statues d'anges adorateurs) aux panneaux garnis de brèche rouge ; une petite crédence en console demi-lune, en bois doré, est fixée sur la face de chaque piédestal. La partie supérieure du massif (le gradin proprement dit) est garnie de trois panneaux en marbre gris de Bigorre. La partie inférieure a été revêtue, après le détachement de l'autel, d'un panneautage provenant du revers du tombeau, peint en faux marbre rouge veiné.

Le tabernacle, d'une composition originale, comporte une armoire eucharistique entièrement en bois doré, étroite et très haute, à face concave, dont la porte est fermée par un battant cintré également concave. Une exposition aujourd'hui disparue, qui accentuait encore l'élan vertical du coffre, était constituée d'un panneau peint en rouge, orné d'épis et de pampres dorés et sommé d'un dais porté par un ange à la draperie flottante (selon la description du contrat). De part et d'autre, des ailes à découpe en cavet renversé, revêtues de panneaux en marbre turquin du Languedoc, relient l'armoire à de hauts pilastres latéraux plaqués de griotte rouge (ils devaient l'être de brocatelle violette aux termes du contrat) qui supportaient originellement des "groupes d'enfant" en bois peint au naturel ; des motifs décoratifs en bois doré souligne le sommet des ailes et les angles des pilastres.

Catégories menuiserie, marbrerie, sculpture
Structures plan, rectangulaire élévation, galbé élévation, droit
Matériaux bois feuillu, décor en haut relief, décor en bas relief, peint, faux marbre, polychrome, doré à la feuille d'or, apprêt gravé
marbre veiné, poli

Mesures h : 99.5
la : 261.0
pr : 67.0
h : 117.5
h : 172.0
la : 302.0
h : 107.0
la : 55.0
pr : 48.0
h : 152.0
la : 34.0
Iconographies Triangle trinitaire
angelot
draperie
couronne végétale, laurier
guirlande
palmier
Précision représentations

Sur la face du tombeau d'autel, au centre, un cartouche ovale et bombé en marbre gris entouré d'un cadre en bois doré à couronne de laurier, volutes affrontées et guirlandes de fleurettes, sommé d'un couple d'angelots ; aux angles antérieurs du tombeau, des consoles à palmes et volutes amorties d'une autre tête d'angelot ; la moulure en bois doré sous le panneau de marbre est ornée d'une course de laurier, le bandeau qui le surmonte, de rosaces et de tables échancrées en apprêt gravé. Sur le soubassement du massif postérieur a été plaqué, après son remaniement, un cartouche en bois doré (au décor identique à celui du tombeau) avec le monogramme SVP (= saint Vincent de Paul) entre deux draperies. Les motifs de couronne de laurier, de palmes et de volutes sont repris sur le support des crédences en console, celui des draperies nouées en festons sur le pourtour des piédestaux latéraux. Sur la porte du tabernacle est sculpté le triangle trinitaire dans une gloire de nuées et de rayons (relief dans la masse) ; au-dessus de la porte, un couple d'angelots en haut relief ; des draperies à franges, nouées au sommet de l'armoire, retombent en plis nombreux de part et d'autre de la façade ; des chutes de laurier occupent les étroits panneaux des faces latérales de l'armoire. Masquant le sommet des ailes en cavet, un relief de bois doré représente trois angelots dans des nuées ; les angles antérieurs des pilastres latéraux sont soulignés de branches de palmier aussi en bois doré.

États conservations remaniement
manque
partie remplacée
oeuvre restaurée
Précision état de conservation

Le tombeau d'autel, qui était originellement séparé du gradin par un étroit espace destiné à laisser le passage à une seule personne, a été avancé au milieu du chœur après Vatican II ; il ne reste que quelques fragments des guirlandes en bois doré qui reliaient son cartouche central aux consoles angulaires. Le "marchepied à trois marches" en noyer de 1785 est remplacé par un degré moderne. La face du massif postérieur, après le déplacement de l'autel, a été décorée des panneaux remployés du revers de l'autel. L'exposition du tabernacle a été supprimée avant 1866. Les statues d'anges adorateurs qui surmontaient ces piédestaux de part et d'autre de l'autel (visibles sur une photographie du début des années 1950) ont disparu, de même que les deux "groupes d'enfants" (mentionnés dans le contrat de 1785) qui couronnaient les hauts pilastres de marbre griotte aux extrémités des ailes.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1983/12/29

Annexes

  • Convention pour l'exécution de l'autel et du tabernacle, 18 juin 1785

    Convention passée entre la supérieure Marguerite Rutan et le sculpteur Dominique Ferrère, de Tarbes, pour l'exécution de l'autel et du tabernacle de la chapelle de l'hôpital, 18 juin 1785 (AD Landes, H dépôt 1 E 1). Transcrit d'après J. Pons, "La chapelle de l'hôpital de Dax", Bulletin de la Société de Borda, 203, 2011, p. 309-334 (orthographe modernisée).

    ________________________

    "Ce jourd'hui, dix huitième jour du mois de juin 1785, a été convenu entre Sœur Marguerite Rutan, supérieure de l'hôpital de Dax, d'une part, et le Sieur Dominique Ferrère, artiste habitant de Tarbe (sic), d'autre part, et tous soussignés, savoir que moi dit, Ferrère, promets et m'oblige de faire construire et travailler en architecture, sculpture, marbre et dorure, un marchepied, autel et gradin et tabernacle avec accessoires et dépendances, le tout conforme au dessin que j'en ai tracé et présenté à ma dite Sœur de Rutan et qu'elle a agréé et paraphé.

    Seront exécutées les différentes parties qui composent cet ouvrage comme s'ensuit : le marchepied sera à trois marches et en bon bois de noyer et sur icelui sera élevé l'autel à tombeau orné de tous les membres marqués au dessin ; le grand panneau de face dudit autel sera de marbre incarnat de Caunes, l'écusson du cartouche de marbre noir, veiné de blanc ; les gorges du dit autel seront de marbre agriote de Languedoc ; le panneau de face du gradin sera de marbre de Bigorre.

    Le tabernacle aura toute la face dorée en plein, ainsi que tous les ornements et moulures ; mais les côtés ou flancs d'icelui seront peints d'une couleur convenable. Sur la porte d'icelui sera représenté un sujet analogue à l'objet. Les ailes ou parties latérales auront leurs panneaux remplis en marbre turquin de Languedoc. L'acrotère, ou piédestal, sur lequel sera posé le St Sacrement sera orné de pampres, épis et raisins dorés sur un fond peint en rouge ; la gloire qui élève l'ange formant le dais aura des nuages, les raisins, les ailes et draperie de l'ange, ainsi que le petit cercle de fleurs dorées, mais toutes les chairs, ainsi que celles des chérubins de l'autel et tabernacle seront peint(e)s en belle carnation.

    L'autel et gradin seront adossés contre un stylobate faisant arrière corps au-dit autel, à côté duquel seront deux panneaux de marbre de Languedoc et aux extrémités latérales seront placées en avancement deux crédences ornées chacune d'un cartouche sur lesquels seront placés (sic) des tablettes pour y placer les burettes. Ces crédences élèveront chacune un enroulement sur lequel seront placés à genoux deux archanges en adoration. Les pilastres qui élèvent les deux groupes d'enfants qui terminent latéralement le tabernacle auront leurs panneaux remplis en marbre de brocatelle ou brèche violette. Les ailes et draperies des archanges et autres enfants et chérubins seront dorés (sic), ainsi que tous les ornements et moulures, mais les parties unies seront peintes d'une couleur convenable. Convenu qu'entre l'autel et la muraille du fond du sanctuaire sera laissé un espace suffisant pour le passage d'une seule personne et qu'en conséquence, le derrière, ou revers, du dit autel sera formé par une boisure ornée de panneaux et moulures et sera la dite boisure peinte d'une couleur convenable. Tous les ouvrages susdits seront travaillés avec goût et élégance et selon les règles de l'art. Et m'oblige moi, dit Ferrère, de les avoir rendus et mis en place d'ici au mois de mai 1786 et de les dorer de suite, sans discontinuer jusqu'à perfection.

    Et moi, dite Sœur Marguerite Rutan, promets et m'oblige de compter au dit Sr Ferrère pour son entier payement la somme de deux mille deux cents livres laquelle somme sera payable savoir celle de mille livres dans l'espace d'un mois à compter de ce jour ; celle de six cents livres lorsqu'il aura placé les ouvrages susdits et enfin les six cents livres lorsqu'ils seront dorés, peints et entièrement finis. M'engage de plus de défrayer ledit Sr Ferrère et un ouvrier pendant le temps qu'il emploiera à placer son ouvrage dans le sanctuaire de l'église ou chapelle de l'hôpital de Dax, plus de lui fournir un local fermant à clef pour y déposer ses pièces et un homme manœuvre à ses ordres pour la pose de l'ouvrage et même le peu de fer nécessaire pour l'assujettir.

    Convenu de plus que le dit Ferrère posera et espacera sur le gradin susdit une Croix avec son crucifix et six chandeliers travaillés en sculpture, assortissant et à l'avenant du tabernacle et sans augmentation du prix susdit. Convenu de plus que tous les ouvrages susdits seront sujets à vérification, laquelle, si le cas y était, sera aux dépens du délinquant. Ainsi arrêté et convenu, fait double, à Tarbe (sic), les an et jour que dessus, et avons signé. Convenu avant de signer que la croix et les six chandeliers seront argentés.

    Ferrère."

  • Convention entre le doreur Antoine Laussatte et le sculpteur Dominique Ferrère pour la peinture et la dorure du maître-autel, 11 décembre 1787

    Convention passée entre le doreur Antoine Laussatte, de Lescar, et le sculpteur Dominique Ferrère, de Tarbes, pour la peinture et la dorure du maître-autel de la chapelle de l'hôpital, 11 décembre 1787 (AD Landes, H dépôt 1 E 1). Transcrit d'après J. Pons, "La chapelle de l'hôpital de Dax", Bulletin de la Société de Borda, 203, 2011, p. 309-334 (orthographe modernisée).

    ________________________

    "Entre nous soussignés, Sr Antoine Laussatte, peintre et doreur, habitant de la ville de Lescar, d'une part, et Dominique Ferrère, artiste, habitant de Tarbe (sic), d'autre. A été convenu, savoir que moi, dit Laussatte, promets et m'oblige de peindre et dorer l'autel, tabernacle et accessoires que ledit Ferrère a fait et placé à la chapelle neuve de l'hôpital de Dax. En conséquence, le tabernacle aura toute la face dorée en plein, ainsi que tous les ornements et moulures, mais les côtés ou flancs d'icelui seront peints d'une couleur convenable. L'acrotère servant de piédestal au St-Sacrement aura son fond peint en rouge et les pampres, épis et raisins seront dorés. La gloire qui élève l'ange formant le dais aura les nuages et raisins, les ailes, draperie de l'ange ainsi que le petit cercle de fleurs, dorés ; mais toutes les chairs ainsi que celles des chérubins, tant de l'autel que du tabernacle, seront peintes en belle carnation. Tous les ornements en sculpture, en quoi qu'ils puissent consister, ailes et draperies des enfants ainsi que toutes les moulures et bordures des panneaux, tant des ailes du tabernacle que des crédences, seront dorées mais les chairs des dits anges, chérubins et archanges adorateurs seront peintes en belle carnation, les fonds et les parties unies de tout l'ouvrage susdit seront peintes d'une couleur convenable. Les six chandeliers et croix qui assortiront l'ouvrage susdit seront traités ainsi que ceux de l'église de Saint-Vincent, faubourg de la ville de Dax.

    M'oblige moi dit Laussate (sic) d'employer pour les dorures ci-dessus de l'or jaune de la meilleure qualité, de même que pour les couleurs, et de traiter tous les ouvrages susdits bien solidement, le tout suivant les règles de l'art. M'oblige de plus d'avoir rendu tous les ouvrages susdits faits et parfaits d'ici au dimanche des Rameaux de l'année prochaine à à cet effet, promets moi, dit Laussate, de me rendre et commencer l'ouvrage le sept janvier prochain et d'y travailler sans discontinuer jusqu'à fin et perfection d'icelui.

    Et moi, dit Ferrère, promets et m'oblige de compter audit Laussatte, pour son entier payement, la somme de quatre cent cinquante livres, laquelle somme sera payable, savoir la moitié lorsque l'ouvrage sera à moitié fait, c'est à dire lorsqu'il sera blanchi, adouci et reparé, et le restant ou autre moitié dudit prix lorsque l'ouvrage sera entièrement fini. Convenu que le dit ouvrage de peinture et dorure ci-dessus expliqué sera sujet à vérification, laquelle, si le cas y échoit, sera faite aux frais du délinquant.

    Et pour l'observation de ce dessus, les parties ont fourni leurs biens à justice, auquel effet moi dit Laussate fils promets de faire ratifier par mon père la présente convention par lettre ou signature. Ainsi arrêté et convenu, fait double à Dax, le onzième décembre mille sept cent quatre vingt sept et avons signé

    Ferrère D."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives de l'hôpital Saint-Eutrope de Dax. Dépenses pour la construction et l'ameublement de la chapelle, 1785-1789.

    Archives départementales des Landes : H dépôt 1, E 1
  • Archives de l'hôpital Saint-Eutrope de Dax. Correspondance de la prieure Marguerite Rutan avec Dominique Ferrère, sculpteur à Tarbes, 1785-1787.

    Archives départementales des Landes : H dépôt 1, E 1
Bibliographie
  • COSTE Pierre. Une victime de la Révolution, Sœur Marguerite Rutan, Fille de la Charité. 1904 ; rééd. Paris : Société Saint Augustin, et Lille : Desclée de Brouwer, 1908.

Périodiques
  • BLANC Charles. "Deux peintres de saint Vincent de Paul" [étude du retable de la chapelle de l'hôpital de Dax, peint en 1786 par Michel Romagnesi, et du tableau de César Mariano Marcos Hombrados Onativia (1910-1977), peint en 1945-1946 (chapelle de la Milagrosa à Pampelune)]. Bulletin de la Société de Borda, 388, 1982.

    p. 667-671
  • PONS Jacques. "La chapelle de l'hôpital de Dax". Bulletin de la Société de Borda, 503, 2011.

    p. 317-329

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe