Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Anciens chais et cuvier du Cru Constant-Bages-Monpelou, actuelle coopérative vinicole dite la Rose de Pauillac

Dossier IA33005731 inclus dans Château Bages-Monpelou, ancienne école de garçons réalisé en 2012

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations Rose de Pauillac (la)
Destinations coopérative vinicole
Parties constituantes non étudiées cuvage, bureau
Dénominations chai
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Pauillac
Adresse Commune : Pauillac
Adresse : rue du Maréchal-Joffre
Cadastre : 2012 AT 102, 105 ; 1825 D1 713, 714

Ces bâtiments constituent à l'origine les dépendances du château Constant-Bages-Monpelou, situé de l'autre côté de la route. Dans les années 1930, ils sont vendus pour installer la cave coopérative de Pauillac.

L’acte de vente de 1934 fournit une description du bâtiment "comprenant un cuvier, deux chais, deux logements de domestiques à l’ouest" et permet de reconstituer la succession des différents propriétaires jusqu’à Pierre Camille Constant. Celui-ci avait reçu ce bien de sa grand-mère, Marie Laména, veuve de M. Martial Constant, lors du partage intervenu entre lui et ses deux sœurs, le 14 décembre 1851. Le chai dépendait de sa demeure située de l’autre côté de la rue – faisant partie aujourd’hui du Collège Pierre-de-Belleyme. En 1871, il fait appel à l’architecte Ernest Minvielle qui propose un projet de restauration de la maison finalement non réalisé. En revanche, un plan également daté 1871, conservé dans le fonds Minvielle aux Archives municipales de Bordeaux, représente l’ossature du plancher du cuvier, correspondant bien au bâtiment de la coopérative. Par ailleurs, l’édition de 1874 de l’ouvrage de Cocks et Féret mentionne et illustre les "vastes et beaux cuviers et chais" du Cru Constant Bages Monpelou. On y reconnaît bien la triple baie centrale, motif qu’Ernest Minvielle utilisera aussi pour des chais à Gujan-Mestras en 1883.

Les statuts de la "Société coopérative de propriétaires récoltants de Pauillac" furent approuvés les 16 et 20 janvier 1929. Lorsque le 3 juin 1933 de nouveaux statuts sont adoptés par La Rose Pauillac, la coopérative compte alors 59 adhérents et est installée dans l’actuel bâtiment, loué dans un premier temps à A. Castagnet, puis acquis définitivement en 1934.

Au cours du 20e siècle, le noyau construit entre 1871 et 1874 fut agrandi, avec l’ajout d’un cuvier de stockage dans les années 1950 puis plus récemment en 2007-2008. Aujourd’hui, la coopérative réunit 38 hectares (elle en comptait 133 en 1983) et 38 coopérateurs, résistant vaillamment aux pressions foncières et financières des grands domaines alentours.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Dates 1933, porte la date
Auteur(s) Auteur : Minvielle Ernest, architecte, attribution par source

A l'origine, le bâtiment est composé d'un vaisseau central abritant le cuvier et de deux bas-côtés pour les chais à barriques. Les ouvertures, notamment du pignon principal, sont traitées en brique et pierre. Une triple baie centrale est ornée d'une agrafe sculptée avec une tête de lion tenant dans sa gueule un phylactère avec le nom de la coopérative, couronnée de la date 1933.

A l'intérieur, d'importantes modifications ont été apportées lors de l'installation de la cave coopérative avec notamment la mise en place de trois niveaux de cuves en béton. Sur l'une d'elles figure la marque du fabricant : "Établissements Vialla, travaux publics à Bordeaux".

Murs calcaire
enduit
moellon
Toit tuile creuse
Étages en rez-de-chaussée, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans
croupe
Techniques sculpture
Représentations cuir découpé, lion, raisin
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Documentation sur la cave coopérative de Pauillac

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1925-1936, Autorisation donnée à la coopérative créée pour la vente des vins de prendre la marque "Château Ferchaud-coopérative Pauillac-Haut-Médoc", 16 novembre 1928.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1925-1936, Demande de M. Decombe, président de la coopérative vinicole de Pauillac si la commune consentirait à vendre un terrain lui appartenant situé rue du Maréchal Joffre et sur lequel la coopérative ferait construire des chais, 6 février 1929.

    Avis favorable.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1925-1936, Demande de subvention communale pour l'édification d'un immeuble pour la coopérative de vinification, 1er juillet 1933.

    Devis des travaux : 750000 frcs ; subvention=250000 frcs.

  • Transcription du bureau des hypothèques de Lesparre, 7 janvier 1935 (document transmis par la coopérative)

    Par devant Mes Antoine Vialard et Henri Leclerc, tous deux notaires à Pauillac,

    Ont comparu Julien Nicolas Castagnet, entrepreneur de travaux publics et Flore Nelly Bacque, lesquels ont vendu ont ces présentes (...) à la Société coopérative de vinification de Pauillac, ce accepté par Jean Daniau, propriétaire viticulteur demeurant à Anseillan et président de la dite Société coopérative de vinification de Pauillac ;

    Désignation : un corps de bâtiment situé à Pauillac, route de la Gare, comprenant un cuvier, deux chais, deux logements de domestiques à l'ouest, le tout attenant, le terrain situé au nord des bâtiments tel qu'il est délimité par sa clôture actuellement et contenant environ 1600 m2. Le passage se trouvant entre Monsieur Delfour et le parc attenant aux bâtiments présentement vendus et fermé par un portail en fer sur la route, reste la propriété des vendeurs.

    Est comprise dans la présente vente, la cour en façade sur la grande route et au sud des bâtiments, ainsi que la partie située à gauche du chemin d'accès à l'ouest ; le dit chemin mitoyen avec les vendeurs est grevé de servitude au bénéfice des deux parties ; n'est toutefois pas compris dans la vente, le jardin situé à l’extrémité sud-ouest du terrain ci-dessus, et mesurant vingt mètres sens est-ouest, et seize mètres sens nord-sud.

    Toute la partie située au nord du chemin d'accès est réservée par les vendeurs ainsi que les bâtiments en bois et pierres qui s'y trouvent (...).

    Origine de propriété :

    Acquisition de Madame Alice Anne Faux, veuve de Monsieur Jean Ferdinand Petit : acte passé devant Me Vialard, le 12 mars 1922. Appartenait à M. Ferdinand Petit et sa première femme Catherine Adèle Victorine Coussillan, acquis de Mme Jeanne Laure Fabre, veuve de Pierre Camille Constant, par contrat passé devant Me Richard notaire à Bordeaux, le 23 janvier 1897. Immeubles appartenant à Pierre Camille Constant pour lui avoir été attribués dans le partage intervenu entre lui et Madame Desse et Iahnholtz, ses deux sœurs, suivant acte passé devant Me Roux, notaire à Pauillac, le 14 décembre 1851, comprenant les immeubles qui leur avaient été donnés aux termes du même acte par Madame Marie Lamena leur grand-mère, veuve de M. Martial Constant, et ceux dépendant des successions de M. Martial Constant, leur aïeul et de M. Jean Constant leur père, tous les deux décédés, les laissant pour seuls héritiers.

    Pierre Camille Constant décédé à Bordeaux le 28 mars 1895 sans descendant ; testament 10 juin 1895 auprès de Me Castéja, notaire à Bordeaux.

    Prix : 200 000 frcs

    Fait et passé à Pauillac, le 24 décembre 1934

Références documentaires

Documents figurés
  • Fonds Minvielle. Plans d'édifices à Pauillac, 2e moitié 19e siècle.

    Archives municipales, Bordeaux : 150 S, rec. 231
Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition).

  • ROUDIE Philippe, HINNEWINCKEL Jean-Claude. Une Empreinte dans le vignoble : XXe siècle, naissance des vins d'Aquitaine d'origine coopérative. Pessac : LPDA éditions, 2001.

    p. 23-24
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire