Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne Villa Bernis, actuellement Chalet d'Ossau

Dossier IA64002639 inclus dans Station thermale des Eaux-Bonnes réalisé en 2018

Fiche

Précision dénomination pension pour voyageurs
Appellations Villa Bernis, Chalet d'Ossau
Destinations maison
Dénominations hôtel de voyageurs
Aire d'étude et canton Pyrénées-Atlantiques
Adresse Commune : Eaux-Bonnes
Adresse : 3 place de l' Eglise
Cadastre : 2018 AN 239

Les lithographies anciennes, notamment celles de Jacottet, suggèrent que ce petit édifice fut construit dans les années 1830, au moins sous une forme primitive. Relevant de la première vague de construction de la station, aux abords immédiats de l'établissement thermal et de l'église, il figure déjà sur le plan géométrique dressé en 1841, sur lequel n'est pas cité, en revanche, le nom de son propriétaire. Le plan cadastral de 1866 indique qu'il appartenait à la famille Bonnecaze jusqu'à cette date, moment où il est acquis par la famille Bernis, propriétaire de deux autres bâtisses voisines. Sa désignation de "Villa Bernis", liée au phénomène de la villégiature, n'en fait pas pour autant une résidence privée mais plutôt une pension pour voyageurs.

L'édifice est d'ailleurs mentionné sur la carte touristique du Guide Joanne en 1894 en tant que succursale de l'Hôtel Bernis. Les encarts publicitaires dans la presse locale le présentent comme un chalet destiné à une clientèle familiale avec le confort nécessaire à l'époque. Il se compose alors de six à dix pièces, comprenant une cuisine et un salon, ainsi que d'une écurie et d'une remise.

Le revêtement de lambris semble correspondre à un remaniement du XXe siècle. Ayant délaissé sa vocation touristique, ce chalet abrite de nos jours une habitation individuelle nommée Chalet d'Ossau.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle

Cet édifice de taille modeste occupe une position stratégique dans le centre sanitaire et la partie haute de la station. Sa construction associe les prérogatives de l'urbanisme moderne naissant, les influences de l'architecture vernaculaire et l'inspiration des constructions alpines. Il se distingue des bâtiments environnants par les deux frontons triangulaires ménagés dans sa couverture ainsi que par ses lambrequins lui conférant une dimension pittoresque puisée dans les chalets suisses, fort à la mode dans la seconde moitié du XIXe siècle. Le revêtement de lambris est peint en marron et blanc.

De plan rectangulaire, il s'élève sur un étage de soubassement, un étage et un niveau de combles. L'édifice se déploie en longueur avec une façade principale de cinq travées, et seulement une travée sur les façades latérales. Son emprise réduite lui permet de préserver des espaces extérieurs, donnant en l'occurrence sur l'église et l'extrémité de la rue de derrière.

De l'architecture ossaloise, il conserve sa toiture en ardoises pyrénéennes. Sa façade postérieure, donnant sur un jardin à flanc de montagne et faiblement éclairée, n'était pas destinée à être visible depuis la voie publique.

Murs moellon enduit
pierre pierre de taille
essentage
Toit ardoise
Plans plan rectangulaire régulier
Étages 1 étage carré, étage de comble, étage de soubassement
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Augmentations et diminutions survenues dans les contenances et les revenus portés sur les matrices cadastrales année 1863.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
Documents figurés
  • Plan géométrique de la ville des Eaux-Bonnes, et visuel pour les promenades qui sont indiquées par des lignes ponctuées, terminé sur le terrain dans le courant du mois de juillet 1841. Dessin par F. Noble, lithographie E. Vignancour.

    Bibliothèque nationale de France, Paris : Cartes et plans, GE DL 1842-262-2
  • Plan cadastral des Eaux-Bonnes dressé par J. Turon le 17 septembre 1863, vu et approuvé par le préfet le 27 avril 1866.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
  • Plan des Eaux-Bonnes, dans Guide Joanne, Hachette, 1894.

Périodiques
  • Courrier d'Eaux-Bonnes, 15 mai 1892.

    P. 3.
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Université de Pau et des Pays de l'Adour - Delpech Viviane