Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne Maison Pulong

Dossier IA64002609 inclus dans Station thermale des Eaux-Bonnes réalisé en 2018

Fiche

Á rapprocher de

Précision dénomination Pension pour voyageurs
Appellations Maison Pulong
Destinations immeuble à logements
Dénominations hôtel de voyageurs
Aire d'étude et canton Pyrénées-Atlantiques
Adresse Commune : Eaux-Bonnes
Adresse : 30 rue de la Cascade
Cadastre : 2018 AN 89

Relevant de la troisième vague de construction de la station, cet édifice fut bâti entre 1853 et mai 1854 pour la famille Casamajou-Pulong. Il s'agit de l'une des premières constructions de la rue de la Cascade, nouvelle voie faisant suite à l'aménagement du chemin vicinal menant à Aas, où s'installèrent dans un premier temps de nombreux guides.

Elle apparaît sous le nom de Maison Cabonne dans le plan d'alignement de 1856, puis en tant que Maison Pulong dans le plan cadastral de 1863 validé par le préfet en 1866. C'est sous cette désignation, et donc avec ce propriétaire, qu'elle est ensuite connue. En 1878, l'édifice fait l'objet d'une augmentation signalée dans la matrice cadastrale à l'initiative du dénommé "Pulong dit Labat", probablement lié à la Maison Labat située dans la même rue.

Destinée dès l'origine à l'hébergement de voyageurs, cette ancienne pension, mentionnée comme "maison garnie" dans le Guide Jam de 1869, a longtemps poursuivi son activité touristique en proposant notamment des excursions.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Dates 1853, daté par source
1878, daté par source

Situé en contrebas de la route thermale et dans la partie basse de la rue de la Cascade, l'ancienne Maison Pulong se distingue par son jardin, dont sont dépourvues les constructions plus centrales des Eaux-Bonnes qui ont occupé la totalité de la surface de leur parcelle. Ainsi que la plupart des édifices de la station, elle mêle les prérogatives de l'urbanisme haussmannien et les influences de l'architecture vernaculaire ossaloise. Donnant directement sur la place des anciens Thermes d'Orteig, seule sa façade de droite est mitoyenne, en l'occurrence avec la Maison Doubrères, à la différence des autres édifices de la rue, tous accolés.

Composée de trois travées, de deux étages et d'un niveau de combles, la façade principale, relevant à la fois de l'austérité des débuts de l'haussmannisation et de la rusticité rurale, est couverte d'un enduit gris dialoguant avec la modénature en pierre de taille crème et les contrevents et persiennes marrons. Le pignon visible depuis la place d'Orteig est constitué d'un petit appareil de moellons selon les méthodes constructives traditionnelles locales. Il est percé de quatre baies dans les étages et de deux portes au rez-de-chaussée, dont la répartition asymétrique est purement fonctionnelle et ne manifeste aucune recherche esthétique. La couverture en tuiles a sans doute remplacé le revêtement originel en ardoises pyrénéennes, généralement utilisé dans les constructions de la station et de la vallée. L'édifice est complété par deux extensions, placées à chaque angle postérieur et donnant sur le flanc de la montagne.

A l'instar des constructions urbaines du XIXe siècle, l'élévation arrière est moins soignée, car elle était dénuée de fonction d'apparat et s'avérait peu visible depuis l'espace public en raison de sa localisation en bas d'un relief plongeant.

Murs moellon enduit
pierre pierre de taille
Toit tuile
Plans plan carré régulier
Étages 3 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
Statut de la propriété propriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Plans d'alignement. Maison Cabonne, 1856.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes : Voirie, V1
  • Augmentations et diminutions survenues dans les contenances et les revenus portés sur les matrices cadastrales année 1863.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
Documents figurés
  • Plan cadastral des Eaux-Bonnes dressé par J. Turon le 17 septembre 1863, vu et approuvé par le préfet le 27 avril 1866.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Université de Pau et des Pays de l'Adour - Delpech Viviane