Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne Maison Labat, puis Résidence Basilia

Dossier IA64002605 inclus dans Station thermale des Eaux-Bonnes réalisé en 2018

Fiche

Á rapprocher de

Précision dénomination pension pour voyageurs
Appellations Maison Labat, Résidence Basilia
Destinations immeuble à logements
Dénominations hôtel de voyageurs
Aire d'étude et canton Pyrénées-Atlantiques
Adresse Commune : Eaux-Bonnes
Adresse : 22 rue de la Cascade
Cadastre : 2018 AN 94

Relevant de la troisième vague de construction de la station, cet édifice fut vraisemblablement bâti à la fin des années 1850, pour la famille Labat. Il est implanté dans la rue de la Cascade, nouvelle voie faisant suite à l'aménagement du chemin vicinal menant à Aas, où s'installèrent dans un premier temps de nombreux guides.

Destinée à l'origine à l'hébergement de voyageurs, cette ancienne pension pour touristes, appelée Résidence Basilia au XXe siècle, abrite de nos jours une résidence privée.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle

Située en contrebas de la route thermale et dans la partie basse de la rue de la Cascade, la résidence se distingue des constructions avoisinantes par sa façade principale aux influences néoclassiques, très soignée au regard de ses proportions modestes, et par la présence de son petit jardin à l'arrière, la plupart des constructions des Eaux-Bonnes ayant occupé la totalité de leur parcelle.

L'élévation de la rue de la Cascade, se déployant sur trois travées et deux étages, allie aux prérogatives de l'urbanisme haussmannien l'inspiration néoclassique des premiers édifices de la station, avec les baies en plein-cintre du rez-de-chaussée, en partie dissimulées par un lambris moderne, et la modénature en pierre blanche d'Arudy ou de Louvie, valorisée par l'enduit gris foncé couvrant la façade. Le niveau des combles est, quant à lui, agrémenté de deux fenêtres en chien-assis, se référant davantage à l'architecture vernaculaire ossaloise.

Comme dans l'architecture urbaine de l'époque, l'élévation postérieure est plus négligée car elle est dénuée de fonction d'apparat et, qui plus est, ici, peu visible depuis l'espace public en raison du relief.

Murs moellon enduit
pierre pierre de taille
Toit ardoise
Plans plan carré régulier
Étages 2 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
Statut de la propriété propriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan cadastral des Eaux-Bonnes dressé par J. Turon le 17 septembre 1863, vu et approuvé par le préfet le 27 avril 1866.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Université de Pau et des Pays de l'Adour - Delpech Viviane