Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne Maison Cazaux, puis poste

Dossier IA64002626 inclus dans Station thermale des Eaux-Bonnes réalisé en 2018

Fiche

Á rapprocher de

Précision dénomination pension pour voyageurs
Appellations Maison Cazaux, Eaux-Bonnes Télégraphe, Maison Carrère, Maison Sens-Carrère
Destinations poste, immeuble à logements
Dénominations hôtel de voyageurs
Aire d'étude et canton Pyrénées-Atlantiques
Adresse Commune : Eaux-Bonnes
Adresse : 9 place de la Poste
Cadastre : 2018 AN 28

Relevant de la deuxième vague de construction de la station, cet édifice fut bâti avant 1863 pour l'influente famille Cazaux, comptant notamment le célèbre pharmacien Marcellin Cazaux, afin d'accroître la capacité d'accueil de l'hôtel de la Poste tout proche. Il faisait partie intégrante d'un patrimoine immobilier conséquent, alors composé d'une dizaine de bâtiments de tous types répartis dans toute la station. Cependant, dès 1871, probablement acquis par l'un des guides-accompagnateurs de la station ou par sa famille, il apparaît dans les plans locaux sous l'appellation Maison Carrère ou Sens-Carrère.

Destinée initialement à l'accueil des voyageurs, cette ancienne "maison garnie", figurant sur les documents iconographiques de l'époque, accueillit un bureau de postes et télégraphes durant l'entre-deux-guerres, dont elle conserve des restes d'enseigne. Elle abrite de nos jours une résidence privée.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1863, daté par source

Situé sur la place de la Poste, l'édifice formait partie intégrante du patrimoine immobilier d'une dizaine de bâtiments en possession de la famille Cazaux. Relevant des procédés constructifs et stylistiques du Second Empire, il contribue au singulier ensemble architectural des Eaux-Bonnes. A l'instar des bâtiments environnants, cet édifice mêle les prérogatives de l'urbanisme haussmannien naissant et les influences de l'architecture vernaculaire.

La bâtisse, s'adaptant à la fois aux contraintes du relief et d'un espace restreint circonscrit entre plusieurs bâtiments, porte l'empreinte de l'architecture urbaine en sa façade principale, qui rappelle les immeubles à logements et commerces parisiens. Le rez-de-chaussée a cependant été modifié, laissant place à une devanture épurée, percée d'une porte sur la gauche et de quatre baies sur la droite. Des spécificités d'un édifice commercial, cette façade conserve les grilles des fenêtres du rez-de-chaussée, la boîte aux lettres avec inscriptions Art Déco ainsi que les restes de l'enseigne sculptée, également en lettrage de style Art Déco et indiquant le nom de la commune et le vocable inachevé "Télégrap". Les deux niveaux d'habitation composés de trois travées et couverts d'enduit blanc laissent apparaître les chaînages d'angle et les encadrements de baie en pierre d'Arudy. La toiture est quant à elle recouverte de deux matériaux différents, l'ardoise pyrénéenne originelle étant employée pour le pan arrière, la tuile résultant de travaux ultérieurs recouvrant le pan de la façade principale.

En ce qui concerne l'élévation postérieure, elle donne directement sur le précipice du Valentin et fait l'objet d'un soin moindre car elle n'était pas destinée au regard, contrairement à la façade d'apparat. S'adaptant nécessairement au relief escarpé, cette élévation comporte trois étages en soubassement - alors que l'élévation principale en est dépourvue -. Les deux niveaux les plus bas laissent apparaître la structure de moellons tandis que les quatre autres niveaux sont agrémentés de galeries couvertes en ciment et huisseries permettant aux usagers de profiter du panorama.

Murs moellon enduit
pierre pierre de taille
béton
Toit tuile, ardoise
Plans plan carré régulier
Étages 3 étages de soubassement, 2 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
Statut de la propriété propriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Plan des lieux et arrêté pour la concession d'un terrain à Jean Sens, 28 juin 1871-17 décembre 1872.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes : Voirie, V1
Documents figurés
  • Plan cadastral des Eaux-Bonnes dressé par J. Turon le 17 septembre 1863, vu et approuvé par le préfet le 27 avril 1866.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Université de Pau et des Pays de l'Adour - Delpech Viviane