Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne Maison Casamayou-Puyau, puis restaurant-bar Le Valentin

Dossier IA64002612 inclus dans Station thermale des Eaux-Bonnes réalisé en 2018

Fiche

Á rapprocher de

Précision dénomination pension pour voyageurs
Appellations Maison Casamayou-Puyau, Maison Puyau, Restaurant-bar Le Valentin
Parties constituantes non étudiées restaurant, café
Dénominations hôtel de voyageurs
Aire d'étude et canton Pyrénées-Atlantiques
Adresse Commune : Eaux-Bonnes
Adresse : 1 rue de la Cascade
Cadastre : 2018 AN 29

La bâtisse actuelle pourrait avoir remplacé une première construction plus petite, érigée pour Pierre Casamayou entre 1848 et 1854. Relevant de la troisième vague de construction de la station, le présent immeuble fut bâti entre 1856 et 1857 pour la famille Casamayou-Puyau - ou Casamajou-Puyau. Selon les sources, sa désignation est parfois réduite à l'unique nom de Puyau.

Cette construction est implantée près de la place de la Poste, au sommet la rue de la Cascade, nouvelle voie faisant suite à l'aménagement du chemin vicinal menant à Aas, où s'installèrent dans un premier temps de nombreux guides. Les balcons des lucarnes en façade ont été ajoutés lors d'un réaménagement intervenu au milieu du XXe siècle. Des poteaux en béton à l'arrière supportent une loggia supplémentaire, vraisemblablement aménagée à la même période.

Accueillant autrefois les voyageurs, la Maison Casamayou-Puyau a toujours endossé une vocation touristique, qu'elle conserve au XXe siècle avec le restaurant-bar Le Valentin.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : milieu 20e siècle
Dates 1856, daté par source

Située dans la partie haute de la rue de la Cascade, entre le village et le ravin où se jettent le Valentin et la Sourde, l'ancienne Maison Casamayou-Puyau, à l'instar des constructions environnantes, mêle les prérogatives de l'urbanisme haussmannien naissant et l'influence de l'architecture vernaculaire, auxquels s'ajoute l'inspiration néoclassique des premiers édifices de la station. Relevant de procédés stylistiques et constructifs identiques, la Résidence des Pyrénées voisine témoigne de l'alliance entre les familles Casamayou et Puyau qui en furent les commanditaires communs.

Côté rue, l'édifice composé de trois travées se développe sur deux étages et un niveau de combles agrémenté de fenêtres en chien-assis dotées de balcons individuels. Le rez-de-chaussée est percé de baies en plein cintre de style néoclassique qui ouvrent sur la salle de restaurant, les étages accueillant des logements. La modénature en pierre de taille grise d'Arudy, bénéficiant d'un soin particulier, dialogue avec l'enduit blanc de cette élévation produisant un effet de grande élégance.

Du côté du précipice du Valentin, la bâtisse, s'adaptant au relief plongeant, comporte sept niveaux, dont trois en soubassement et un niveau de combles. Cette façade arrière, renforcée par des poteaux en béton soutenant une loggia, est agrémentée de galeries couvertes permettant de jouir du panorama, comme la plupart des constructions des Eaux-Bonnes, et contribue ainsi à l'homogénéité des élévations sur ce front de la station. Elle s'avère cependant moins soignée que l'élévation principale car elle n'avait pas vocation d'apparat, suivant ainsi le modèle de l'architecture urbaine de l'époque.

L'édifice conserve de l'architecture vernaculaire ossaloise la couverture en ardoises pyrénéennes ainsi que le principe des fenêtres en chien-assis, permettant d'exploiter les combles.

Murs moellon enduit
pierre pierre de taille
béton
Toit ardoise
Plans plan carré régulier
Étages 3 étages de soubassement, 2 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
Statut de la propriété propriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Augmentations et diminutions survenues dans les contenances et les revenus portés sur les matrices cadastrales année 1863.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
Documents figurés
  • Plan cadastral des Eaux-Bonnes dressé par J. Turon le 17 septembre 1863, vu et approuvé par le préfet le 27 avril 1866.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Université de Pau et des Pays de l'Adour - Delpech Viviane