Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne Maison Casamajou ou Chalet Eugénie

Dossier IA64002642 inclus dans Station thermale des Eaux-Bonnes réalisé en 2018

Fiche

Précision dénomination pension pour voyageurs
Appellations Maison Casamajou, Maison Casamayou, Chalet Eugénie
Dénominations hôtel de voyageurs
Aire d'étude et canton Pyrénées-Atlantiques
Adresse Commune : Eaux-Bonnes
Adresse : 4 place Sainte-Eugénie
Cadastre : 2018 AN 153

Relevant de la première vague de construction de la station, aux abords immédiats de l'établissement thermal et de l'église, cette petite bâtisse résulte de remaniements et de reconstructions successives. Elle fut à l'origine édifiée pour Augustin Casamayou en 1857, auquel elle n'appartient déjà plus en 1866, selon le cadastre validé par le préfet. L'édifice, initialement destiné à l'accueil de voyageurs, figure sur le plan touristique du Guide Joanne en 1894, sans pour autant de précision quant à son propriétaire.

A la fin du XIXe siècle, il semble changer de fonction et même d'aspect. La construction est acquise par la congrégation des Servantes de Marie d'Anglet, aux noms de Catherine Saintarramone et Zélie Sylvain, en 1898. Sept ans plus tard, en 1905, le cadastre signale qu'elle passe de quarante-cinq ouvertures à seulement vingt-trois, ce qui correspond aux petites proportions de l'édifice actuel. Cela suggère donc qu'il a connu un remaniement fondamental, lequel est confirmé par les restes de pierre de chaînages d'angle dans les niveaux supérieurs des immeubles contigus. Avec son allure de petit hôtel particulier urbain, l'édifice abrite désormais une résidence privée nommée Chalet Eugénie.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1857, daté par source
1905, daté par source

Cet édifice occupe une position stratégique dans le centre sanitaire de la station et dans la partie haute de l'agglomération. Sa construction associe les prérogatives de l'urbanisme naissant et l'influence de l'architecture vernaculaire, quoique l'édifice ait été amputé de deux niveaux dont il subsiste une partie des chaînages d'angle sur les immeubles voisins.

De plan rectangulaire, la bâtisse ne comprend plus désormais qu'un niveau de soubassement, un étage surélevé accessible depuis l'arrière et un étage de combles. Sa façade principale, tournée vers la place Sainte-Eugénie, compte cinq travées. Le mode de construction correspond aux procédés locaux habituels, avec l'usage du moellon recouvert d'enduit, ici de couleur grise, et la modénature en pierre de taille d'Arudy. La porte d'entrée, en position centrale, est surmontée d'un entablement et s'harmonise avec les entrées des édifices voisins.

L'élévation postérieure, tournée vers la montagne, est moins ordonnée car non destinée au regard. De l'architecture ossaloise, l'édifice conserve la toiture en ardoises pyrénéennes et ses lucarnes en chien-assis.

Le Chalet Eugénie est doté, à l'arrière, d'une petite annexe relevant davantage, par son style, de l'architecture pittoresque appréciée sous le Second Empire et la Troisième République. Cette bâtisse de plan carré abritant un logement avec mezzanine se compose d'un unique niveau et d'un étage de comble au niveau duquel la façade est percée d'un oculus. La modénature, notamment les encadrements de baie et les chaînages d'angle sont en briques rouges tandis que les murs de parement sont recouverts d'enduit blanc, rappelant ainsi le parti esthétique du pavillon de la Source Froide, situé à quelques dizaines de mètres.

Murs moellon enduit
pierre pierre de taille
Toit ardoise
Plans plan rectangulaire régulier
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Augmentations et diminutions survenues dans les contenances et les revenus portés sur les matrices cadastrales année 1863.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
  • Matrice cadastrale des propriétés bâties d'Eaux-Bonnes 1903-1904.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
Documents figurés
  • Plan cadastral des Eaux-Bonnes dressé par J. Turon le 17 septembre 1863, vu et approuvé par le préfet le 27 avril 1866.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
  • Plan des Eaux-Bonnes, dans Guide Joanne, Hachette, 1894.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Université de Pau et des Pays de l'Adour - Delpech Viviane