Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne mairie-école, aujourd'hui école Saint-Étienne et internat

Dossier IA33007476 inclus dans Village de Saint-Estèphe réalisé en 2013

Fiche

Destinations école primaire
Parties constituantes non étudiées cour
Dénominations mairie, école
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Hydrographies Gironde la
Adresse Commune : Saint-Estèphe
Adresse : 10 rue Maurice Gorry
Cadastre : 1825 A5 1559, 1560 ; 2015 OA 1244, 1282

Un bâtiment figure à cet emplacement sur le plan cadastral de 1825. La rue Maurice Gorry n'est pas tracée à cette époque.

Les augmentations et diminutions du cadastre indiquent que les parcelles A1559 à 1561 sont cédées en 1864 par Franck Phélan à la commune pour la mairie et la maison d'école.

Auparavant, la mairie et les écoles se trouvent installées dans des locaux en location.

En 1864, les travaux du "nouvel édifice municipal" sont en cours, sous la direction de l'architecte Édouard Bonnore. Ils sont achevés en 1866. Le nouveau bâtiment abrite la mairie et l'école de garçons qui se révèle rapidement être trop petite.

En 1897, des travaux doivent être menés, notamment à l'école de garçons. Ils sont réalisés par l'architecte Godet ; la réception définitive en est faite en juin 1901.

Au cours du 20e siècle, la mairie est transférée dans l'ancien château Canteloup. Les bâtiments abritent aujourd'hui une école primaire privée et un internat des Apprentis d'Auteuil.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1864, daté par source
Auteur(s) Auteur : Bonnore Jean-Édouard,
Jean-Édouard Bonnore (19/10/1820 - )

FERET Edouard, Statistique générale de la Gironde, Personnalités et notables girondins. De l’Antiquité à la fin du XIXe siècle, Bordeaux, 1889, p. 82 :

"BONNORE (Jean-Edouard)

Architecte, né à Lesparre (Gir.) le 19 octobre 1820. Élève de Jules Bouchet à Paris, sous le patronage de Visconti, archit. Fixé à Lesparre en 1852, architecte de l’arrondissement et de la ville de Lesparre, du lazaret de Trompeloup ; a été membre correspondant de la commission des monuments historiques de la Gironde. A fait édifier ou restaurer dans les arrondissements de Lesparre, de Blaye et de Libourne 24 églises dont 18 neuves ; ce sont celles de Lesparre, Carcans, Vendays, St-Vivien (les nefs, l’abside et le clocher, monument historique de 1re classe, vient d’être reconstruite, sous la direction de M. Bonnore, aux frais de l’Etat) ; Verdon, Talais, Grayan, Naujac, Ordonnac, Potensac, St-Girons, Pugnac, Saugon, Donnezac, St-Androny, St-Caprais, Néac, St-Christoly-de-Médoc (façade principale, monument historique). Nous pourrions énumérer plus de vingt mairies, écoles ou presbytères et un grand nombre de maisons bourgeoises ou châteaux parmi lesquels nous citerons : le château de Sipian, à Valeyrac (V. son dessin, tome II, p. 511) ; château du Port, à M. Eycart de Morin, à St-Vivien ; château de P. Bert, à Talais ; château Troussas, à M. Ph. Brannens, à Valeyrac. Citons encore le portail du cimetière de St-Estèphe et les plans d’un nouveau lazaret projeté à Padarnac, etc. Auteur de : Quatre vues pittoresques de la vieille église de Soulac, avec notice descriptive et hist., Bx, s. d., in-f°, 2pp. de texte et 4 lith."


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Godet Pierre,
Pierre Godet

Architecte à Lesparre.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

Le bâtiment présente une façade composée de 5 travées : les deux travées aux extrémités forment pignon et sont percées de portes donnant accès pour l'une à la mairie, pour l'autre à l'école. Les fonctions des espaces sont précisées avec des inscriptions peintes au-dessus des portes. La fenêtre du rez-de-chaussée au centre est surmontée de l'inscription : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE.

Chaque travée est délimitée par des jambes à bossage. Celles encadrant les travées formant fronton sont ornées de volutes avec consoles pendantes à glyphes. Les allèges des fenêtres sont denticulées. Une corniche à denticules règne sur l'ensemble de la façade.

Une salle de classe se trouve de l'autre côté de la rue avec cour de récréation délimitée par un muret, des piliers en pierre de taille et une grille.

Murs calcaire pierre de taille
moellon enduit
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré
Couvrements
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans croupe
Techniques sculpture
Représentations denticule, volute
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Documentation complémentaire

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1835 à 1862, Projet de construction d'une maison d'école, 1843/05/06.

    Rappel de la loi sur l'instruction primaire : chaque commune doit avoir en propriété une maison d'école suffisante pour le logement de l'instituteur et de sa famille et pour la tenue d'école ; financement délicat, en partie avec la vente du terrain de la lande communale de Blanquet.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1835 à 1862, Mauvais état du logement de l'instituteur et du local de l'école, 1861/02/10.

    Classe ni assez grande, ni assez éclairée ; maison actuellement louée ; la mairie pourrait l'acquérir et y faire des travaux.

    AD Gironde, 2 O 3117. Lettre de l'inspection académique au préfet concernant l'acquisition et l'appropriation d'une maison d'école publique de garçons à St Estèphe, 22 janvier 1863.

    Autres travaux nécessaires également : voûte de l'église qui menace ruine, projet d'agrandissement de l'église, presbytère à reconstruire, quai à construire sur la Gironde, mairie, bureau de bienfaisance à installer dans la maison nouvellement acquise ; population est de 2455 habitants.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Budget 1865 : travaux du nouvel édifice municipal en cours, 1864.

    Nécessité de monter le mur de façade ouest au niveau de celui de la façade principale.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Plans de la maison d'école et de la mairie : modifications, 1864/03/31.

    Modifications de l'alignement de la façade et carrelage remplacé par du plancher.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Séance extraordinaire consacrée au choix du matériau de couverture de la mairie : tuiles creuses ou ardoise?, 1864/06/12.

    "La couverture en ardoise serait plus en harmonie avec la beauté de l'édifice".

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Mention de l'architecte de l'école : Bonnore, architecte de l'arrondissement, 1864/09/04.

    Entrepreneur de la mairie : Laumonnier.

    AD Gironde, 2 O 3117, Paiement de l'entrepreneur général M. Laumonnier pour la construction de la maison d'école avec mairie, 20 février 1865.

    Architecte : E. Bonnore ; travaux assez avancés.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Achèvement du décompte général des travaux de la mairie et de la maison d'école, 1866/01/21.

    Travaux exécutés par M. Laumonnier entrepreneur général pour approprier d'une manière définitive et complète la maison achetée par la commune de Saint-Estèphe, pour servir de maison d'école avec mairie, sous la direction de M. Bonnore, architecte. Travaux de démolition : mur de la façade principale, deux murs de refends, 5 murs de refends en demi-parpaings, mur nord, mur de clôture, les fondations de la façade principale, la descente de la cave près l'encoignure nord (…) ; travaux de maçonnerie : façade principale, fronton.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Servitude de puits à l'école de garçons, 1876/03/26.

    L'instituteur se plaint du peu de bonne volonté que met son voisin, M. Boyer, à lui laisser prendre non seulement l'eau nécessaire pour la propreté de l'école exigée par l'hygiène, mais encore celle nécessaire pour l'alimentation de sa famille et des enfants qui lui sont confiés. Le conseil municipal décide que M. Phélan, vendeur de l'immeuble qui constitue aujourd'hui la mairie et l'école, sera prié de vendre à la commune le droit de puisage au puits dont M. Boyer s'est approprié la propriété exclusive.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Drainage et assainissement de la cave de la maison d'école des garçons, 1879/05/26.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Locaux scolaires, 1882/11/12.

    Commission qui doit se décider entre faire une construction définitive et centrale pouvant réunir tous les enfants de la commune et les logements nécessaires aux instituteurs et institutrices ou de faire pour l'agrandissement des locaux actuels un provisoire très imparfait ; finalement proposition de louer un local dans le village de Leyssac afin de diviser l'école des garçons en deux parties (l'école de garçons ayant été construite pour 90 enfants et en accueillant alors 123) ; solution provisoire, projet d'acquérir le domaine de Carcasset toujours d'actualité.

    AD Gironde, 2 O 3117, Lettre de l'inspection académique au préfet, concernant l'établissement d'un puits avec pompe à l'école des garçons, 19 janvier 1885.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Problème non résolu de l'école de garçons, 1890/03/30.

    Ecole à Leyssac toujours pas construite donc nécessité d'adapter les bâtiments existants : devis et plans.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1899 à 1922, Plans et devis pour la clôture de la cour et construction d'un préau à l'école de garçons du bourg.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Réparations à faire à la maison commune, 1897/09/04.

    Maison commune dans laquelle se trouvent les diverses salles de la mairie, les classes de l'école de garçons et le logement de l'instituteur adjoint aurait besoin de grandes réparations. Les derniers ouragans ont démoli une cheminée qui en tombant a fort endommagé la toiture (...).

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Réparations de la maison commune achevées ; aménagement intérieur en cours, achat de mobilier pour la mairie, 1898/08/07.

    AD Gironde, 2 O 3115, Lettre à l'inspecteur d'académie concernant le projet d'appropriation à l'école de garçons de St Estèphe (bourg), 30 novembre 1899.

    L'emplacement qui sert de cour de récréation pour les élèves est absolument indépendant de l'école, dont il est séparé par un chemin ; cet emplacement est borné du côté sud par un pâté de maisons ; mais les côtés nord et ouest sont bordés par des routes très passantes où circulent matin et soir des véhicules et des bestiaux se rendant aux écuries ou qu'on conduit aux abattoirs ; nécessité d'une clôture avec mur et grilles remplaçant la clôture existante en bois.

    AD Gironde, 2 O 3117. Extrait du registre des délibérations du conseil municipal : règlement définitif des dépenses pour les travaux exécutés à l'école des garçons du bourg, 31 août 1901.

    Plans et devis de M. Godet, architecte adoptés par le conseil municipal le 4 décembre 1899 ; PV réception définitive des travaux le 20 juin 1901.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898.

    Archives municipales, Saint-Estèphe
  • Saint-Estèphe, biens communaux, 1842-1940.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 3115
  • Dossiers d'administration communale, Saint-Estèphe, Édifices publics, monuments, écoles, 1874-1907.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 3117
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire