Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne église paroissiale Notre-Dame de Jeune-Soulac

Dossier IA33008700 inclus dans Hameau de Jeune-Soulac réalisé en 2013

Fiche

Á rapprocher de

Vocables Notre-Dame
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Hydrographies Gironde la
Adresse Commune : Soulac-sur-Mer
Lieu-dit : le Jeune-Soulac
Adresse : passage du Jeune-Soulac
Cadastre : 2017 AL 74 ; 1833 D 26

En 1744, l'ensablement de l'église Notre-Dame-de-la-Fin-des-Terres de Soulac ne permet plus aux paroissiens d'y tenir les offices. En février, ils demandent l'autorisation de démolir l'ancienne église et d'en construire une nouvelle en récupérant les matériaux. Toutefois, ils en sont empêchés par la Chambre de commerce qui souhaite conserver le clocher de l’ancienne église sur lequel est installée une balise facilitant la navigation à l’approche de l’embouchure de l’estuaire. La somme de 10 000 livres leur est alors proposée pour les indemniser et financer la construction de la nouvelle église, cette somme étant toutefois jugée insuffisante.

Un devis de construction est établi le 16 juin 1744 par le sieur Vimar, ingénieur des Ponts et Chaussées. L’origine des matériaux y est indiquée, la pierre de Bourg et de Barsac, acheminée par le port de Neyran. Le mobilier de l’ancienne église ainsi que la cloche doivent également être récupérés et installés dans le nouveau bâtiment. Leur transport nécessite de construire un pont en bois pour passer au-dessus d’un ruisseau.

L’adjudication au rabais des travaux a lieu le 24 juin 1744. C’est l’architecte Jacques Blanc, résidant paroisse Sainte-Croix à Bordeaux, qui est retenu pour un montant qui s’élève à 10 500 livres.

La réception des travaux est menée par l’architecte de la ville de Bordeaux Étienne Dardan, le 10 février 1746.

Dès lors, l’église de Jeune-Soulac devient l’église paroissiale : elle figure sur le plan cadastral de 1833.

Au milieu du 19e siècle, avec le désensablement progressif et la restauration de Notre-Dame-de-la-Fin-des-Terres, celle-ci est érigée en succursale par décret du 7 août 1867. Le 15 novembre 1878, une délibération du conseil municipal sollicite la délimitation exacte des deux paroisses de Soulac (Jeune-Soulac) et des Olives (Notre-Dame-de-la-Fin-des-Terres).

A la fin du 19e siècle, l’église de Jeune-Soulac est en mauvais état et nécessite des travaux, réalisés par E. Hosteing.

Des cartes postales du début du 20e siècle montrent deux appentis aménagés de part et d'autre du clocher-porche, ainsi qu'une sacristie (?) au nord, n'apparaissant pas sur le plan initial. Les deux appentis sont encore en place sur une photographie prise en 1974.

Période(s) Principale : 2e quart 18e siècle
Dates 1744, daté par source
Auteur(s) Auteur : Blanc Jacques, architecte, attribution par source
Auteur : Vimar, ingénieur des Ponts et Chaussées, attribution par source
Auteur : Hosteing E.,
E. Hosteing

Fils de l'architecte Jules Hosteing.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L'église de Jeune-Soulac est distante de plus de deux kilomètres de l'abbatiale de Notre-Dame-de-la-Fin-des-Terres : elle n'est pas orientée, peut-être afin de protéger l'entrée des vents d'ouest chargés de sable.

La façade orientale se compose d'un clocher-porche de base carrée percé sur trois côtés d'arcades en plein-cintre. La nef est organisée selon un seul vaisseau de deux travées éclairées par des fenêtres en plein-cintre. Un transept ouvre sur le chœur avec chevet à pans coupés, sur lequel sont greffés deux appentis au nord et au sud.

L'intérieur de l'église n'a pu être visité ; toutefois, des photos réalisées dans le cadre du pré-inventaire en 1974, montrent des éléments du mobilier intérieur.

Murs calcaire moellon enduit partiel
Toit tuile creuse
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements lambris de couvrement
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
appentis
États conservations désaffecté
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Archives : extraits

    AD Gironde, C 3330, Devis des ouvrages à faire pour la construction d'une nouvelle église située à un quart de lieue de l'ancienne de Soulac en Bas-Médoc [refusé?], s.d.

    Travaux d'un montant de 11000 livres.

    AD Gironde, C 3330, Lettre à l'Intendant Tourny par d'Arès (Jean-Philippe de la Ville, baron d'Arès), 8 février 1744.

    A propos de la balise que le ministre se proposait de faire bâtir au lieu et place du clocher lorsque les habitants l'auroient déplacé ; somme de 10000 livres offerte aux habitants par le ministre insuffisante pour construire la nouvelle église.

    AD Gironde, C 3330, Lettre des propriétaires, manants et habitants et Joseph Blanc curé, 16 février 1744.

    La dite église ne puisse être de longues années détruite par les sables de la mer, que les vents y ont getté autour, ils s'y sont cependant élevés de façon à en boucher l'entrée et a même d'y empecher le service divain, de sorte qu'il aurait fallu faire des réparations très couteuses pour pouvoir jouir de cette église. Cela auroit déterminé les dits habitants de délibérer entre eux de faire la démolition de cette église pour en transporter les matériaux ailleurs dans un lieu convenable qui seroient plus que suffisants pour en bâtir une nouvelle de la grandeur qui leur convient et pour en payer la façon au moyen de la vente qu'ils auraient peu faire de l'excédant des matériaux, ce qui alait ainsi s'exécuter mais le projet desdits habitants étant venu à la connaissance de messieurs de la chambre de commerce, ils auraient représenté à Monseigneur le ministre que la cage et clocher de la dite église était une balise absolument nécessaire et indispensable pour la navigation, de sorte que leur représentation ayant été trouvée juste par monseigneur le ministre qui a reconnu la nécessité qu'il y a de laisser subsister ladite église de Soulac, il aurait fait offrir auxdits habitants par Monseigneur l'Intendant de Bordeaux la somme de 10000 livres pour les indemniser des dits matériaux en par eux faisant une cession et abandon de ladite église (...) : somme insuffisante pour les paroissiens ; décision prise par les paroissiens de reconstruire leur église le 16 février 1744 devant l'église.

    AD Gironde, C 3330, Devis des ouvrages de maçonnerie, charpente, menuiserie, couverture, serrurerie, vitrerie, et peinture d'impression qu'il convient faire pour la construction d'une nouvelle église à Soulac en Bas Médoc, à un quart de lieue de l'ancienne qui est en partie couverte de sable, 16 juin 1744.

    Cette église aura 45 pieds de longueur sur 22 de largeur dans œuvre ; murs de fondation du sanctuaire, de façade, des côtés et du clocher de 3 pieds et demi d'épaisseur et ceux des chapelles et de la sacristie de 3 pieds seulement, puis murs réduits au-dessus des fondations à 2 pieds et demy pour les premiers et 2 pieds pour les dernier ; hauteur des murs de 22 pieds et 6 pouces ; les encoignures seront en pierre de taille des meilleures carrières de Bourg ; les jambes ou chaînes sous la portée des poutres ; murs élevés en moellons ; il sera fait un arc doubleau pour séparer le sanctuaire de la nef et deux autres pour séparer la nef des chapelles, ils seront en plein-cintre ; murs intérieurs enduits au bouclier? et crépis en bon mortier pour l'extérieur ; L'entablement régnera de niveau à la hauteur prescrite sur tout le pourtour desdits murs à l'exception du clocher qui aura les jours convenables à ses faces et qui sera plus élevé de 12 pieds et terminé de même par carreaux et boutisses ainsi que tous les quartiers demies pierres et doublerons qui seront employés audit murs seront proprement taillés, coulés, frihés et jointoyés en bon mortier tirée de chaux et sable des meilleurs qualités (...). Sera mis des seuils de pierre dure de Barsac d'une seule pièce aux portes du porche de l'église et à celle de la sacristie. Charpente (…) : bois de montagne ; le plafond de l'église et de la sacristie seront de planches refendues jointes à rainures et languettes attachées par deux bons clous à chacune des solives ; tous les bois du beffroi seront de chêne ; Combles (...) ; Couverture (...) : lattis en plancher de montagne, thuiles à canal, bien cuites, bien moulées et entières à l'usage du pays ; Gros fer : vitraux de l'église, de ses chapelles et de la sacristie ; menuiserie et ferrure : portes en chêne ou bois de sapin ; vitrerie : carreaux en beau verre de France posés en plomb bien soudé ; portes et châssis de vitraux peints en gris à l'huile de noix ; balustrade du sanctuaire en fer avec porte à deux battants au milieu. Ledit entrepreneur fera descendre la cloche et la fera transporter hors des sables, il fera démonter et transporter de même les retables du maître autel et des chapelles, les fonds baptismaux, la chaire, le tabernacle et les armoires de la sacristie pour le tout être voituré aux frais de la fabrique de Soulac sur le chantier de la nouvelle église et être ensuite rétablis proprement et solidement aux dépends de l'entrepreneur qui fera aussi démonter le pavé et les carreaux de l'ancienne église, les sortira des sables pour être transportés sur le dit chantier par la dite fabrique et la être retaillés et posés et coulés à plusieurs reprises en bon mortier de chaux et sable ; l'aire de la nef et des chapelles sera de 6 pouces plus élevées que le niveau du dehors et le pavé de la sacristie et du sanctuaire d'un pied plus que celuy de la nef, pourquoi il y aura deux marches de pierre dure de Barsac qui régneront d'un mur à l'autre joignant la balustrade, ce qui manquera desdits pavés et carreaux sera fourni par l'entrepreneur (...). Le dit entrepreneur sera tenu de faire provisionnellement un pont sur le ruisseau qui traverse le chemin par lequel ses matériaux doivent être voiturés au prix des lieux.

    AD Gironde, C 3330, Plan de l'église de Soulac, s.n. [Vimar ingénieur des Ponts-et-Chaussées], s.d. [1744].

    AD Gironde, C 3330, Ordonnance de l'Intendant Tourny, 19 juin 1744.

    [note en marge : N'aura pas lieu, en ayant été rendu un autre qui a été remis à l'entrepreneur] : corvées ordonnées aux habitants pour travaux à faire au chemin devant permettre l'approvisionnement des matériaux de construction de la nouvelle église : fossés et accotements.

    AD Gironde, C 3330, Adjudication au rabais par l'Intendant Tourny des ouvrages à faire pour la construction d'une nouvelle église à Soulac, à un quart de lieue de l'ancienne, 24 juin 1744.

    Selon le plan et devis dressé par le sieur Vimar, ingénieur des Ponts et Chaussées de cette généralité, le 16 juin 1744 : Jacques Blanc (résidant paroisse Ste Croix à Bordeaux) pour une somme de 10500 livres.

    AD Gironde, C 3330, Lettre à l'Intendant Tourny par d'Arès (Jean-Philippe de la Ville, baron d'Arès), 11 juin 1744.

    Plan de la nouvelle église remis à Maître Blanc, plan levé par M. de Maraine ; possibilité de retirer de la charpente dont le toit va être écrasé par le poids du sable, comme il a commencé à le faire, sans que cela puisse endommager ce qui doit servir de balize, au lieu que ce toit et partie de la charpente qui pourroient utilement servir pour la nouvelle église sera envahy et englouti par les sables, avant qu'il ne soit longtemps et que ce toit écrasé sera un obstacle pour empêcher le sable d'entrer dans l'église, ce qui serait très préjudiciable, attendu que plus il y entrera de sable, et plus les murs se trouveront acotés en dedans qu'ils le sont par dehors actuellement ; il n'est guère plus possible d'entrer dans l'ancienne église ; pont de table par où il faut que tous les matériaux passent pour les transporter depuis le chenal jusques au lieu destiné pour bâtir l'église, dont les accès sont si difficiles et si mauvais que cela encherirait d'un tiers le transport des matériaux nécessaires ; et comme un pont de pierre coutroit beaucoup, le pense qu'un pont de bois suffiroit avec une chaussée pavée de la distance de 25 pieds de long de chaque côté et de 18 pieds de large (...).

    AD Gironde, C 3330, Réception des ouvrages et constructions de la nouvelle église de la paroisse de Soulac en Bas-Médoc, par Étienne Dardan, architecte de la ville de Bordeaux, 10 février 1746.

    Jacques Blanc, maître architecte et entrepreneur des travaux du Roy ; adjudication faite par Monseigneur de Tourny le 24 juin 1744.

    AD Gironde, 2 O 3822, Devis des réparations à faire à la cuisine de la maison curiale de la commune de Soulac, Chapelou fils maître maçon, 10 mai 1849.

    Finir le pignon de la cloison qui sépare le salon de la cuisine, il faut 30 pierres de la Roque, rendues au port de Néran (….).

    AD Gironde, 2 O 3822, Marché entre la commune et Jean Crambat, maître maçon habitant la commune de St Vivien pour faire les travaux compris dans le devis du 14 mars de cette année concernant la maison curiale, 5 mai 1852.

    Blanchir à la chaux toute la façade de la maison curiale.

    AD Gironde, 2 O 3822, Délimitation des deux paroisses de Soulac : lettre de la commune à l'archevêque de Bordeaux, 15 novembre 1878.

    Délibération du CM de Soulac qui sollicite la délimitation exacte des deux paroisses de Soulac et des Olives (depuis que ND de la fin des terres a été érigée en succursale par décret du 7 août 1867) ; demande du plan.

    AD Gironde, 2 O 3822, Travaux de réparation à l'église de Jeune Soulac : devis descriptif et estimatif, 11 février 1899.

    Délabrement des murs et du lambris, construction d'un escalier pour l'accès au clocher ; E. Hosteing.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Balise à l'entrée en rivière : reconstruction du clocher et de l'église de Soulac, milieu 18e siècle.

    Archives départementales de la Gironde : C 3330
  • Dossiers d'administration communale, Soulac-sur-Mer, Culte, église (1840-1940).

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 3822
Bibliographie
  • BAUREIN Abbé. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Labottière (frères), imprimeur libraires, 1784, t.1.

    p. 33 et suivantes
  • CAILLOSSE Pierre. La paroisse de Soulac de la fin du XVIe au milieu du XIXe siècle : les transformations d'un territoire littoral entre la Gironde et l'Atlantique. Thèse d'histoire, Université de La Rochelle, 2015.

Périodiques
  • GASTEUIL Bruno. "La construction de l’église du Jeune Soulac (1744-1746)", Les Cahiers Méduliens, n°65, 2016.

    p.69
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire