Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancienne école de garçons

Dossier IA33004247 inclus dans Village de Jau-Dignac-et-Loirac, dit Le Centre réalisé en 2012

Fiche

Genre de garçons
Parties constituantes non étudiées puits, cour
Dénominations école
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Saint-Vivien-de-Médoc
Adresse Commune : Jau-Dignac-et-Loirac
Lieu-dit : le Centre
Adresse : 1 chemin du Gadet
Cadastre : 2013 B5 864

Une école de garçons existe dans les années 1860 dans le hameau de Semensan : la maison est alors en mauvais état et le logement de l'instituteur y est devenu inhabitable. Des travaux y sont nécessaires. Deux solutions sont étudiées à partir de 1864 par le conseil municipal : agrandir le bâtiment existant ou bien construire une nouvelle école de garçons au Centre, près de l'église.

A partir de 1877-1878, la question est tranchée et la commune recherche un emplacement pour la construction de la nouvelle école. Des plans sont dressés par l'architecte Edouard Bonnore et un terrain est acquis en 1879 de M. Dejeans, localisé au nord du village, à l'angle de deux voies de communication. Les travaux sont conduits sous la direction d'Edouard Bonnore par M. Courroux, charpentier et M. Cité, entrepreneur à Vensac.

Des travaux sont réalisés en 1886 au niveau des toitures. Une pompe en fonte pour le puits est placée en 1884.

En 1892, la clôture de la cour est réalisée.

Des réparations et des travaux sont nécessaires en 1905-1906 : ils sont réalisés sous la conduide de l'architecte Nieudan.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1879, daté par source
Auteur(s) Auteur : Cité, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Nieudan Gustave, architecte, attribution par source
Auteur : Bonnore Jean-Édouard,
Jean-Édouard Bonnore (19/10/1820 - )

FERET Edouard, Statistique générale de la Gironde, Personnalités et notables girondins. De l’Antiquité à la fin du XIXe siècle, Bordeaux, 1889, p. 82 :

"BONNORE (Jean-Edouard)

Architecte, né à Lesparre (Gir.) le 19 octobre 1820. Élève de Jules Bouchet à Paris, sous le patronage de Visconti, archit. Fixé à Lesparre en 1852, architecte de l’arrondissement et de la ville de Lesparre, du lazaret de Trompeloup ; a été membre correspondant de la commission des monuments historiques de la Gironde. A fait édifier ou restaurer dans les arrondissements de Lesparre, de Blaye et de Libourne 24 églises dont 18 neuves ; ce sont celles de Lesparre, Carcans, Vendays, St-Vivien (les nefs, l’abside et le clocher, monument historique de 1re classe, vient d’être reconstruite, sous la direction de M. Bonnore, aux frais de l’Etat) ; Verdon, Talais, Grayan, Naujac, Ordonnac, Potensac, St-Girons, Pugnac, Saugon, Donnezac, St-Androny, St-Caprais, Néac, St-Christoly-de-Médoc (façade principale, monument historique). Nous pourrions énumérer plus de vingt mairies, écoles ou presbytères et un grand nombre de maisons bourgeoises ou châteaux parmi lesquels nous citerons : le château de Sipian, à Valeyrac (V. son dessin, tome II, p. 511) ; château du Port, à M. Eycart de Morin, à St-Vivien ; château de P. Bert, à Talais ; château Troussas, à M. Ph. Brannens, à Valeyrac. Citons encore le portail du cimetière de St-Estèphe et les plans d’un nouveau lazaret projeté à Padarnac, etc. Auteur de : Quatre vues pittoresques de la vieille église de Soulac, avec notice descriptive et hist., Bx, s. d., in-f°, 2pp. de texte et 4 lith."


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L'ancienne école est composée d'un bâtiment principal à étage abritant le logement de l’instituteur et d'un bâtiment en rez-de-chaussée, dans le prolongement, abritant les salles de classe. Le gros-œuvre est recouvert d'un enduit et la pierre de taille est utilisée pour les encadrements des baies, les pilastres d'angle, les bandeaux et jambes à bossage.

Les façades sont orientées au sud-est : celle du logement est rythmée de 4 travées. Des tables décoratives séparent les deux niveaux. Les baies de l'étage, à chambranle mouluré à crossettes, sont sommées d'une corniche. Un couronnement en pierre de taille est formé d'une table décorative encadrée de volutes rentrantes et surmontée d'un fronton triangulaire interrompu par une niche à colonnettes, elle-même surmontée d'un fronton triangulaire avec une boule en amortissement. Le pignon sud présente 3 travées : certaines ouvertures sont aveugles. Deux fenêtres de l'étage sont couronnées de frontons triangulaires avec motifs de disques ; une fenêtre éclaire les combles : elle est ornée de volutes et surmontée d'un fronton triangulaire.

La salle de classe en rez-de-chaussée est percée de 3 fenêtres à traverse et meneau. Un préau prolonge le bâtiment au nord.

Murs calcaire enduit
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré, en rez-de-chaussée, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans
Techniques sculpture
Représentations fronton, pilastre, volute, cercle

Annexes

  • Documentation sur les écoles de Jau-Dignac-et-Loirac

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal 1860-1875. 1D3. Érection de l'école des sœurs en école communale, 20 mai 1860.

    Nécessité d'avoir une école communale pour les filles ; demande que l’école tenue par les sœurs de St Joseph soit érigée en école communale de filles et que la supérieure des sœurs soit nommée institutrice communale.

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal 1860-1875. 1D3. Réparations à la maison d'école, 30 septembre 1862.

    Salle d’école très petite, (…), les ouvertures doivent êtres peintes et rajustées et la toiture refaite. M. le Maire invite donc le conseil à décider que la cloison qui sépare les deux chambres du rez-de-chaussée sera abattue de haut en bas et que la partie qui sépare les deux chambres de haut sera reportée vers le nord pour égaliser les dites chambres à coucher dont l’une est beaucoup plus grande que l’autre (…).

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal 1860-1875. 1D3. Création d'une école laïque de filles, 9 avril 1863.

    Délibération prise le 18 juin 1863 dans l’objet de substituer (…) une institution laïque de filles à celle qui existe déjà dans la commune sous la direction des sœurs de St Joseph ; délibération non approuvée par l’autorité supérieure (…).

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal 1860-1875. 1D3. Création d'une école laïque gratuite de filles, 7 avril 1864.

    Renouvèlement de la demande auprès du préfet ; ressources de la commune suffisantes pour l’entretien de cette école.

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal 1860-1875. 1D3. Agrandissement de la maison d’école, 20 novembre 1864.

    M. le Maire expose au conseil que le logement de l’instituteur est insuffisant et presque inhabitable. Autrefois, il y avait au rez-de-chaussée une cuisine et une chambre. La chambre ayant été ajoutée à la salle de classe, il ne reste plus que la cuisine petite et très froide, et dans laquelle il [ ?] toute l'année. Dans les deux chambres de haut, mal closes et exposées à tous les vents, il [ ?] également en toute saison, en sorte que même l’hiver, il n’est pas possible de les réchauffer, ce qui les rend inhabitables (…). D’après ce projet, la maison d’école serait agrandie de deux petites chambres à coucher et d’un corridor au rez-de-chaussée (…). Projet de construction et cahier des charges approuvés par le conseil.

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal 1860-1875. 1D3. Acceptation de l’église centrale et de l'école des sœurs, 14 novembre 1867.

    Terrain sur lesquels a été construite l’église appartient encore à la famille Martial ; le maire sollicite une donation de la part de cette famille pour régulariser la situation de la commune.Le maire propose également au conseil d’accepter la maison servant d’école communale pour les filles comme propriété communale (…).

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal 1860-1875. 1D3. Création d'une école de garçons, 24 mai 1870.

    Logement de l’instituteur insuffisant et insalubre : urgence à trouver un local convenable. Le maire soumet au Conseil deux plans et devis, l’un pour une construction nouvelle au centre, entrainerait une dépense de deux mille francs ; le second pour agrandissement au local actuel porterait la dépense à 3700 frcs. Il explique les avantages d’une nouvelle construction près de l'église centrale.La maison d’école actuelle est à 600 mètres environ de l'église, au village de Semensan (…). Le conseil est partagé sur le choix à faire.

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal 1875-1894. 1D4. Recherche d'un emplacement pour l'école des garçons, 4 février 1877.

    Local affecté au logement de l’instituteur pas habitable et salle d’école insuffisante ; terrain sur lequel est bâtie la maison est très humide et malsain ; l’école est située dans un petit village à 700m environ du bourg et de l'église ; les élèves souffrent de l’éloignement de l’église, tant est grande la perte de temps des catéchistes et des enfants de chœur.Construction d’une école au Centre nécessaire : recherche d’un emplacement.

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal 1875-1894. 1D4. Délibération décidant la construction d’une maison d'école de garçons au bourg du Centre, près de l’église, 11 août 1878.

    Maison d’école des garçons située au village de Semensan insuffisante ; logement de l’instituteur qui laisse à désirer. 56 places pour près de 80 élèves. Deux choix possibles : agrandir l’école ou construire une maison neuve au bourg du Centre à proximité de l’église ; cette dernière option est adoptée.

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal 1875-1894. 1D4. Choix de la terre Bos pour y construire une école, 15 août 1878.

    Terrain de Guillaume Bos au nord du chemin vicinal, d’une contenance approximative de 4770 m2. M. Bos demande 1f50 du m2 ; négociation qui n’aboutit pas le conseil vote l’expropriation pour cause d’utilité publique.

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal 1875-1894. 1D4. Le conseil autorise le maire à faire dresser plan et devis pour la construction d’une maison d’école de garçons au Centre, 18 mai 1879.

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal 1875-1894. 1D4. Construction de l'école de garçons, 20 juillet 1879.

    Par délibération du 15 décembre 1878, le conseil municipal a voté l’acquisition de la terre Dejeans, située au bourg du Centre, à l’ouest de l’emplacement de la commune et la construction sur ces deux parcelles, d’une maison d’école pour les garçons. L’école actuelle est insuffisante et malsaine (…). Le logement de l’instituteur se compose d’une petite chambre et d’une cuisine bâtie en pierres et mauvaises briques du pays et dans laquelle donnent cinq portes mal closes. Ces deux pièces, adossées à l’école, côté couchant sont inhabitables l’hiver.Il existe en outre, au-dessus de la salle d’école, deux pièces délabrées, servant de grenier. L’école n’a pas de chai. L’instituteur a dû en faire bâtir un à ses frais, sur sa propriété particulière (…). Sur l’avis du Conseil municipal, M. le Maire a fait dresser par M. Bonnore, architecte, les plans et devis de cette construction et le devis des travaux à exécuter pour agrandir et restaurer la maison d’école actuelle (…). Vote d’une imposition extraordinaire pour financer la construction.

    AD Gironde. 2 O 1963. École. Acte de vente, 4 avril 1880.

    [...] C'est pour faire cesser une situation si pénible et si fâcheuse pour le maitre et les élèves que le Conseil municipal en présence de la loi du 1er juin 1878 a décidé la construction d'une école de garçons au bourg du Centre où sont déjà l'église, la mairie, le presbytère et l'école des filles [...].

    AD Gironde, 2 O 1963. Construction d'une école de garçons, 1880.

    La commune de Jau-Dignac et Loirac propose de construire une maison d’école pour garçons seulement mais vu le nombre des enfants et en prévisions de l’avenir, il est indispensable qu’il y ait un professeur adjoint.

    La classe principale, d’après le plan proposé, contiendra 112 enfants.

    La classe annexe contiendra 46 enfants dans une classe ayant une superficie de 52 mètres.

    Un mur en parpaing sépare les deux classes, mais derrière l’estrade du professeur titulaire il y aura une partie vitrée qui lui permettra d’inspecter la classe du professeur adjoint.

    Les portes seront également vitrées. Les classes seront éclairées par des fenêtres latérales d’une superficie suffisante et pourvues de vasistas sous le plafond et de barbacanes au niveau du plancher pour permettre de ventiler les classes dans de très bonnes conditions. La hauteur sous plafond sera règlementairement de 4 mètres.

    Ces deux classes seront précédées d’une maison d’habitation pour le professeur titulaire et pour le professeur adjoint.

    Un préau couvert d’une superficie de 120 mètres pourvu de bancs (…) très nombreux pour recevoir les paniers et les vêtements des enfants se trouve placé à la suite des deux classes. Un mur plein met le préau couvert à l’abri du mauvais temps de l’ouest et à son extrémité nord se trouvent le chai, le cellier et le bûcher. Enfin des lieux d’aisance se composent de deux cases pour les enfants et d’une case pour les professeurs.

    L’emplacement sur lequel sera construit le bâtiment est des plus favorables. Il forme un carré long de 29 mètres de façade sur 89 mètres de profondeur.

    L’école et ses annexes ne couvriront qu’une partie de 14 mètres de façade par bout situé au midi sur 54, 08 de longueur.

    L’entrée principale des enfants aura lieu au midi et à l’ouest de la façade principale sur une largeur de 3 mètres de longueur, la partie mitoyenne sur une longueur de 58,08. Le reste de l’espace sera destiné au préau découvert.

    Enfin, à l’est, mais séparé par un chemin, se trouve un autre emplacement destiné aux jardins des instituteurs et plus que suffisants.

    Les classes sont éclairées du levant au couchant, par conséquent les rayons solaires visiteront ces classes dans le levant deux fois par jour.

    Édouard Bonnore (architecte) ; M. Courroux (Charpentier) ; Cité (entrepreneur à Vensac).

    AD Gironde. 2 O 1963. Puits. Installation d'une pompe monumentale au puits de l'école des garçons, 1884.

    Il a été fait le marché suivant : Monsieur Heidbrink s'oblige à fournir à la dite commune pour le puits de l'école publique des garçons une pompe borne monumentale en fonte, munie de son volant, de ses pièces d'articulation, d'un robinet et un cadre en pierre dure pour couvrir le puits pour supporter la pompe.

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal 1875-1894. 1D4. Devis pour les travaux des écoles, 17 octobre 1886.

    La couverture en ardoises qui existe au sommet des pignons nord et midi de la maison d’école des garçons sera remplacée par une couverture en zinc (…).

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal 1875-1894. 1D4. Choix d'un emplacement pour l'école des filles, 26 décembre 1886.

    Terrain proposée par la commune refusé par l’administration supérieure ; examen d’autres emplacements offerts à la commune ; en attendant la construction, maison louée à M. Bos, servant actuellement à la tenue de l’école congréganiste de filles.

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal 1875-1894. 1D4. Choix d'un emplacement pour l'école des filles, 2 janvier 1887.

    M. Bernard Monfoulet, cultivateur domicilié à Loirac, s’engage à céder au nord de sa vigne (…) un emplacement de soixante mètres de profondeur sur toute la largeur de sa vigne soit environ 31 mètres. Cet emplacement confronterait du nord au chemin vicinal n°2 et au jardin du presbytère ; du levant à M. Bougit ( ?), du couchant aux héritiers Drouineau, et du midi au restant de la vigne du vendeur (…). Pour la somme de 1300 frcs.

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal 1875-1894. 1D4. Construction d'une école de filles, 25 mars 1888.Terrain de M. Bernard Monfoulet à acquérir pour la somme de 1300 frcs.

    Plans et devis de cette construction dressés par M. Godet (Lesparre) : 23892 frcs. Population de la commune : 1879 habitants. Devis et plans approuvés par le conseil municipal ; emprunt contracté.

    AD Gironde, 2 O 1963. Construction d'une école de filles, 1890.

    1886 : la maison (qui est louée au Conseil de Fabrique) menace ruine. Le premier projet porte sur l'emplacement du jardin de l'instituteur face à l'école des garçons.

    1887 : acquisition d'un emplacement appartenant à Bernard Montfoulet domicilié à Loirac. Devis de Godet (architecte à Lesparre) : 21 342 francs.

    Approbation du projet en 1889. Questionnaire : 1879 habitants, aucune école maternelle, 2 écoles congréganistes, il existe 2 salles de classe mais logements de la directrice et de l'adjointe insuffisants.

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal 1875-1894. 1D4. Clôture de l'école des garçons, 19 janvier 1892.

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal 1875-1894. 1D4. Clôture de l'école des filles en grillage et fil de fer de 1m20 de hauteur, 18 février 1892.

    AD Gironde, 2 O 1960. Travaux à l’école de filles, 1895.

    Clôture de la petite cour d'entrée et construction d'un puits. Robin (architecte à Soulac).

    AM Jau-Dignac et Loirac, Registre de délibérations du conseil municipal (non coté). Réparations aux écoles des filles et des garçons, à la mairie et au clocher, 20 mai 1905.

    AD Gironde, 2 O 1960. Réparations à l’école des filles, 1906.

    Justin Taurelle (entrepreneur) ; Péchaud (entrepreneur).

    AD Gironde, 2 O 1960. Travaux à l’école des garçons, 1906.

    Parquetage ; Nieudan (architecte).

Références documentaires

Documents d'archives
  • Réparation aux communaux, 1906.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 1959
  • Travaux aux bâtiments communaux, 1906.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 1960
  • Construction de l'école des garçons, 1880.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 1963
  • Installation d'une pompe borne monumentale au puits de l'école des garçons, 1884.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 1963
  • Création d'une école de garçons, 24 mai 1870.

    Archives municipales, Jau-Dignac-et-Loirac : Registre de délibérations du conseil municpal 1860-1875. 1D3
  • Recherche d'un emplacement pour l'école des garçons, 4 février 1877.

    Archives municipales, Jau-Dignac-et-Loirac : Registre de délibérations du conseil municpal 1875-1894. 1D4
  • Construction de la maison d'école au bourg, 11 août 1878.

    Archives municipales, Jau-Dignac-et-Loirac : Registre de délibérations du conseil municpal 1875-1894. 1D4
  • Choix du terrain pour construire une école, 15 août 1878.

    Archives municipales, Jau-Dignac-et-Loirac : Registre de délibérations du conseil municpal 1875-1894. 1D4
  • Plan et devis pour la nouvelle école de garçons, 18 mai 1879.

    Archives municipales, Jau-Dignac-et-Loirac : Registre de délibérations du conseil municpal 1875-1894. 1D4
  • Construction de l'école de garçons.

    Archives municipales, Jau-Dignac-et-Loirac : Registre de délibérations du conseil municpal 1875-1894. 1D4
  • Devis pour les travaux de l'école des garçons, 18 octobre 1886.

    Archives municipales, Jau-Dignac-et-Loirac : Registre de délibérations du conseil municpal 1875-1894. 1D4
  • Clôture de l'école des garçons, 19 janvier 1892.

    Archives municipales, Jau-Dignac-et-Loirac : Registre de délibérations du conseil municpal 1875-1894. 1D4
Bibliographie
  • MONGUILLON Chantal. L'île aux trois clochers Jau-Dignac-Loirac. Pauillac : Société archéologique et historique du Médoc, 2018 (Hors-série de la revue Les cahiers méduliens).

    p. 57-59
(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Riberolle Jennifer