Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancien repaire noble du Chambon, actuellement hôtel de voyageurs

Dossier IA24001318 réalisé en 2011

Fiche

Appellations manoir du Chambon
Destinations hôtel de voyageurs
Parties constituantes non étudiées grange, étable, étang
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Vallée de la Vézère - Montignac
Adresse Commune : Montignac
Lieu-dit : le Chambon
Cadastre : 1813 C 886 à 890 ; 2011 AM 158

Situé à faible distance d'un vicus gallo-romain (qui a fait l'objet de fouilles récentes), le Chambon est d'ancienne fondation : la "bordaria del Chambo" (ou "manso del Chambo"), une censive de la châtellenie de Montignac, est attestée en 1304. Il s'agit alors d'une exploitation agricole d'une certaine importance. Ce n'est que bien plus tard qu'elle donne naissance au repaire noble du Chambon (celui-ci documenté à partir du début du XVIIIe siècle). Les constructions actuelles ne remontent cependant qu'au XVIe siècle : au rez-de-chaussée du corps de logis principal se trouve le linteau d'une large cheminée portant un écu meublé de trois épées accompagnées de la date "1589". Il s'agit peut-être des armoiries de la famille de Souillac, mais leur authenticité est douteuse. Du repaire noble de cette époque subsistent, au sud de la cour, le portail d'entrée au domaine et un corps de logis flanqué à l'ouest d'une large tour carrée autrefois à vocations résidentielle et défensive. De plan rectangulaire allongé, le logis ne comprend qu'un étage carré. La large tour carrée comprend un premier niveau en rez-de-chaussée auquel on accède à l'est par une porte chanfreinée. Ce niveau, voûté en berceau et percé de canonnières, constituait une chambre de défense. Les deux niveaux supérieurs à usage d'habitation ont été percés ultérieurement par de larges baies ; seul subsiste l'escalier intérieur longeant les murs est et nord. A l'extérieur, les angles de la tour sont couronnés par des consoles qui portaient probablement des hourds formant bretèches (soit deux bretèches à chacun des angles exposés de la tour). La tour a été dérasée et la corniche actuelle posée (à une date indéterminée), faisant disparaître les assises supérieures et les portes d'accès aux bretèches. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les seigneurs du Chambon appartiennent à la famille d'Arnal (AD 24, B 1729 : 1709), branche du Chambon alors en voie d'appauvrissement (1663) et qui s'éteindra avant la Révolution (Royon 2011, p. 26 et 300). Le Chambon figure encore comme fief sur la carte de Belleyme (planche publiée en 1768). Les dépendances agricoles (des granges-étables, transformées récemment en chambres d'hôtel) ont été reconstruites au XIXe et au début du XXe siècle.

Période(s) Principale : 1er quart 14e siècle , (?)
Principale : 2e moitié 16e siècle , (?)
Secondaire : 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle

Situé à l'est du bourg, sur la route reliant Montignac au Lardin-Saint-Lazare, le manoir du Chambon s'ouvre au sud-est par une porte cochère en arc surbaissé flanquée d'une porte piétonne en plein cintre. Le portail donne accès à la cour qui est bordée de granges-étables au nord et à l'est. Le bâtiment principal, composé d'un corps de logis rectangulaire et d'une haute tour carrée, borde le côté sud.

Murs calcaire
pierre de taille
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, étage de comble
Couvertures toit à longs pans
croupe
Représentations armoiries
Précision représentations

écu meublé de trois épées

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Fonds d'Hautefort, 1258-An X.

    Pièce n° 8-137 : Hommage rendu au seigneur de Montignac par noble Jean Arnal, écuyer, sieur du Chambon et y habitant, 7 juillet 1717. Archives départementales de la Dordogne : 2 E 1828 (1-113)
  • Fonds d'Hautefort, 1258-An X.

    Pièce n° 8-145 : Hommage rendu au seigneur de Montignac par noble Jean Arnal, écuyer, sieur du Chambon et y habitant, 17 septembre 1729. Archives départementales de la Dordogne : 2 E 1828 (1-113)
  • AD Dordogne. 3 E 2196.

    Testament de Marc d'Arnal, sieur du Chambon, sans postérité directe, portant donation du domaine noble du Chambon à Jean de Bailhot, ancien capitaine de grenadiers, 1751. Archives départementales de la Dordogne : 3 E 2196
Documents figurés
  • Carte de la Guyenne par Belleyme. Reproduction en fac-similé de l'édition du XVIIIe siècle conservée à l'Institut géographique national, par Pierre de Belleyme, IGN.

    Planche n° 23, levée en 1768, gravée et publiée en 1789. Archives départementales de la Dordogne : 1 Fi 2 Dordogne 0013
  • Plan cadastral ancien de la commune de Montignac, 1813 (AD Dordogne, 3P3 3210-3228)

    Archives départementales de la Dordogne : 3P3 3210-3228
Bibliographie
  • GOURGUES Alexis de. La Dordogne. Dictionnaire topographique du département. Paris : Res Universis, 1992, fac-similé de l'édition de 1873 (Monographies des villes & villages de France).

    p. 64.
  • RICHARD Dominique. Le Guide Dordogne-Périgueux. Périgueux : Fanlac, 1994.

    p. 172.
  • PENAUD Guy. Dictionnaire des châteaux du Périgord. Bordeaux : Sud Ouest, 1996.

    p. 71.
  • ROYON Olivier. La petite noblesse de la sénéchaussée de Sarlat de la Fronde à la Révolution française (1646-1789). Paris I-Sorbonne, thèse de doctorat en histoire moderne et contemporaine sous la dir. de Jean-Pierre Poussou, 2011.

    p. 26, 105, 141, 295, 300, 566, 568, 802-803 et 812.
Périodiques
  • FOURNIOUX Bernard. « Le paysage agraire de la châtellenie de Montignac et son environnement humain à la fin du Moyen Age ». Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. CXXVII, 2000. p. 139-162.

    p. 158.
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Ferlier Ophélie