Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancien Hôtel de l'Europe, Maison Incamps ou Maison Doassans

Dossier IA64002588 inclus dans Station thermale des Eaux-Bonnes réalisé en 2018

Fiche

Précision dénomination pension de voyageurs
Appellations Hôtel de l'Europe, Maison Incamps, Maison Doassans
Destinations immeuble à logements
Dénominations hôtel de voyageurs
Aire d'étude et canton Pyrénées-Atlantiques
Adresse Commune : Eaux-Bonnes
Adresse : 16-18 rue Castellane
Cadastre : 2018 AN 165

Absente des représentations antérieures à 1837, la Maison Incamps, du nom de son commanditaire, est construite dès cette date car elle apparaît déjà en 1838 dans le guide du docteur Édouard Vastel, désignée comme Hôtel de l'Europe. Elle est également représentée sur le plan géométrique des Eaux-Bonnes de 1841. L'édifice est acquis par un dénommé Doassans entre 1863 et 1866, mais il conserve son appellation originelle, y compris après d'autres changements de propriétaires (ce qui relève de la tradition pyrénéenne du domonyme).

Cette "maison garnie" figure dans le Guide JAM de 1869, où elle est exploitée par le dénommé Peyta. Elle est toujours mentionnée en 1877 sous le nom d'Hôtel de l'Europe et arbore une imposante enseigne en 1880. Des encarts publicitaires publiés régulièrement dans le Courrier d'Eaux-Bonnes, à partir de 1894 pour la Maison Doassans, vantent la situation de l'établissement aux abords du Jardin Darralde et à proximité des thermes. Dans les années 1890, l'hôtel, exploité par P. Hourdebaigt, "se recommande" auprès de la clientèle étrangère en particulier pour son confort, sa "cuisine bourgeoise", son restaurant à prix fixe et à la carte, mettant ainsi en exergue les préoccupations des touristes et les pratiques des commerçants durant l'âge d'or de la station.

En 1911, l'Hôtel de l'Europe est acquis, probablement par voie successorale, par Mme Victor Beigbeder, née Lailhacar, et Félix Beigbeder, médecin à Gan. L'édifice abrite de nos jours des appartements privés ainsi que des locaux commerciaux.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Dates 1837, daté par travaux historiques

Situé à proximité du jardin Darralde, l'ancien Hôtel de l'Europe s'inscrit dans le contexte des constructions urbaines de la station, participant de ce fait au singulier ensemble architectural des Eaux-Bonnes. L'édifice associe les éléments caractéristiques des constructions de la station, mêlant les influences haussmanniennes et vernaculaires.

Séparée de la Maison du Gouvernement par une ruelle dotée d'un escalier menant à la place des thermes, cette imposante bâtisse bourgeoise, à la fois sobre et élégante, se compose d'un plan trapézoïdal, au centre duquel se trouve un escalier couronné d'une verrière. Elle se développe en outre sur trois niveaux d'habitations et un étage de combles doté de quatre lucarnes en chien-assis de style vernaculaire ossalois, faisant écho à l'ensemble des immeubles de la station.

La façade principale, ordonnancée et composée de six travées, est recouverte d'enduit jaune pâle, excepté pour les encadrements de baie en pierre d'Arudy. Le rez-de-chaussée est doté d'un portail monumental constitué de deux portes d'entrée avec encadrement sculpté, agrémenté d'un perron et surmonté d'un balcon desservant les deux baies du premier étage. Les baies du rez-de-chaussée, ouvrant directement sur le Jardin Darralde, ont laissé place à des devantures commerciales dans la seconde moitié du XXe siècle.

Seule autre élévation non aveugle, l'élévation latérale sur la ruelle conduisant à l'établissement thermal se compose de quatre travées sur trois niveaux, percées de baies symétriques de sorte d'optimiser les moindres entrées de lumière et d'aménager un maximum de suites initialement destinées aux touristes.

Murs pierre moellon enduit
pierre pierre de taille
Toit ardoise
Plans plan carré régulier
Étages 3 étages carrés, étage de comble, étage de soubassement
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente
Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Sites de protection site classé

Références documentaires

Documents d'archives
  • Matrice cadastrale des propriétés bâties d'Eaux-Bonnes 1903-1904.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
Documents figurés
  • Plan géométrique de la ville des Eaux-Bonnes, et visuel pour les promenades qui sont indiquées par des lignes ponctuées, terminé sur le terrain dans le courant du mois de juillet 1841. Dessin par F. Noble, lithographie E. Vignancour.

    Bibliothèque nationale de France, Paris : Cartes et plans, GE DL 1842-262-2
  • Plan cadastral des Eaux-Bonnes dressé par J. Turon le 17 septembre 1863, vu et approuvé par le préfet le 27 avril 1866.

    Archives municipales, Eaux-Bonnes
  • Plan des Eaux-Bonnes, dans Guide Joanne, Hachette, 1894.

Bibliographie
  • JAM (BOUILLÉ R. de). Guide de Pau aux Eaux-Bonnes : suite des excursions à pied. Pau, E. Vignancour, 1869.

  • MIGNOT Marie-Pascale. Les Eaux-Bonnes, station thermale des Pyrénées-Atlantiques. DRAE Aquitaine, 1986.

  • VASTEL Édouard. Guide des voyageurs et des malades aux Eaux-Bonnes. Paris : Béchet jeune, 1838.

Périodiques
  • Courrier d'Eaux-Bonnes, n°167, 2 août 1894.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Université de Pau et des Pays de l'Adour - Delpech Viviane