Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancien cuvier La Colonie, aujourd'hui chocolaterie

Dossier IA33003334 inclus dans Château Malescot-Saint-Exupéry réalisé en 2010

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations La Colonie
Destinations chocolaterie
Parties constituantes non étudiées cuvage
Dénominations chai
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Castelnau-de-Médoc
Adresse Commune : Margaux
Lieu-dit : la Halle
Adresse : 35, 37, 39 rue La Trémoille
Cadastre : 1826 B 46, 47 ; 2008 AE 256, 361, 255

Les bâtiments sont construits dans la 2e moitié du 19e siècle. Un plan dresse l'état des lieux des bâtiments en juillet 1869. En 1870, deux constructions nouvelles sont indiquées dans les matrices cadastrales. C'est probablement à cette date que Louis-Michel Garros construit cet édifice, à l'époque où il édifie aussi le château et le cuvier de Malescot-Saint-Exupéry au cœur du bourg. Un calque non signé et non daté représente la façade du bâtiment composée de 9 travées (11 ont été finalement réalisées). Dans l'édition de 1874 de l'ouvrage de Cocks et Féret, dans l'article concernant le domaine de Malescot-Saint-Exupéry, il est indiqué que "son château, placé au centre du bourg de Margaux, et ses bâtiments d'exploitation, situés à l'extrémité nord, ont été construits sur les plans et sous la direction de M. L. Garros, architecte à Bordeaux". Sur la planche de l'album d'Henry Guillier au début du 20e siècle, La Colonie est encore associée à ce domaine et constitue son second vin. Les bâtiments sont vendus à une date indéterminée : le bâtiment principal abritant le cuvier est acquis par Durfort comme en témoigne l'inscription sur le pignon central ; le chai sud est acquis par le château Lagurgue comme en atteste le panneau avec l'inscription : "Château La Gurgue Dépendances".

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Auteur(s) Auteur : Garros Louis-Michel,
Louis-Michel Garros (1833 - 1911)

Louis-Michel Garros (1833-1911) est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Paris. Il installe son agence au 14 rue Lecoq à Bordeaux. Son fils Alexandre (1867-1953) prend sa suite, suivi par son propre fils Louis (1895-1956). Michel, fils de Louis, né en 1923, fait de même.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

Les bâtiments sont disposés autour d'une cour : le cuvier est situé en fond de cour, avec de part et d'autre deux ailes en rez-de-chaussée en retour, avec à leur extrémité un pavillon à étage carré. Le cuvier présente une façade composée de onze travées, la travée centrale étant traitée en ressaut et surmontée d'un fronton aux rampants concaves, ouvert d'une baie en plein-cintre. Cette travée, délimitée par des chaînes d'angle traitées en bossage, est percée d'une porte et d'une porte haute surmontée d'un oculus et dont l'arc segmentaire porte l'inscription DURFORT. De part et d'autre, chaque travée est délimitée par une jambe harpée et percée, au rez-de-chaussée d'une ouverture à arc segmentaire, et au niveau du comble à surcroît d'une fenêtre étroite avec encadrement en pierre de taille chantourné et agrafe en brique. Le pignon sud du bâtiment reprend le même type d'organisation et d'ouvertures, le fronton étant percé d'un grand oculus en brique et pierre. Le toit débordant est soutenu par des aisseliers sculptés.

A l'intérieur, le niveau de plancher est en partie conservé. La charpente est en bois. L'aile nord en rez-de-chaussée est la mieux conservée : le gros appareil est constitué de moellons de calcaire avec des jambes en pierres de taille harpées. Les encadrements des baies sont en pierres de taille harpées. Le pavillon à étage carré présente un toit débordant soutenu par des aisseliers en bois sculpté.

Murs calcaire
enduit
moellon
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré, en rez-de-chaussée, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans
Typologies cuvier médocain
États conservations bon état, remanié

Estuaire

TRAVEE 11
POSRUE en alignement
POSPARC en retrait
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • AM Bordeaux. Fonds Garros, 208 S.

    665 et 668
Bibliographie
  • GUILLIER, Henry. Les grands vins de la Gironde illustrés. Libourne, Bordeaux : s.d.

    665
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition).

    p. 121
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire