Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancien Château Du Périer, aujourd'hui demeure

Dossier IA33007581 inclus dans Hameau Le Boscq réalisé en 2014

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • resserre
    • chai
    • puits
    • portail

Dossiers de synthèse

Précision dénomination château viticole
Appellations Château Du Périer
Parties constituantes non étudiées resserre, chai, puits, portail
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Adresse Commune : Saint-Christoly-Médoc
Lieu-dit : Le Boscq
Adresse : 3 Route de Saint-Bonnet
Cadastre : 1831 D 325 ; 2012 D1 337

Sur le plan cadastral de 1831, une construction figure à l’emplacement de l’actuelle demeure. Elle appartient alors à la veuve de l'homme de lettres Romain Dupérier de Larsan. Il s'agit de sa seconde femme, Rosalie Brun, qu'il épouse en 1794. Il hérite par sa mère, Jeanne D'Aux, décédée en 1809, du domaine de Saint-Christoly, d'une surface de 17 ha, avec un troupeau de 80 brebis. Il décède lui-même en 1828.

Les matrices cadastrales indiquent le partage de la parcelle et du bâti au cours des années 1860. Jean Dumas, déjà producteur de vin dans le bourg, devient propriétaire de la partie du sud-est. Il crée un domaine viticole et fait bâtir la demeure entre 1860 et 1880. Selon l'inventaire mené en 1974, la façade postérieure arborait les initiales JD, correspondant à Jean Dumas.

Dans l’édition de 1893 de l'ouvrage Bordeaux et ses vins de Cocks et Féret, le domaine prend le nom de "château Du Périer". L’activité viticole cesse après 1950.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle

Le domaine se situe au sud-est du hameau Le Boscq, en retrait de la route de Saint-Bonnet. Il comprend un logis, un puits, des dépendances et un parc. Il est en partie fermé par un muret avec une grille métallique, un portail et des piliers octogonaux en pierre.

De plan rectangulaire, la demeure est bâtie sur un niveau en soubassement et compte un étage carré et un étage de comble. Les pierres du soubassement, des travées centrales des façades principale et postérieure, et des pilastres d’angle, sont traitées en bossage continu. La façade principale est précédée d'un degré à pans prolongé par un escalier droit, alors que la façade postérieure présente un escalier en fer à cheval. La façade principale, tournée vers le sud-ouest, s’organise en un corps de logis encadré par deux ailes formant pavillons larges de deux travées d’ouvertures. La travée centrale du corps de logis est équipée d’un balcon soutenu par deux colonnes doriques. Sur les deux façades, la transition entre les différents niveaux est soulignée par un bandeau mouluré. L’ensemble de la demeure est couronné par un bandeau plat et une corniche moulurée à modillons. L’étage de comble est percé de lucarnes à frontons tantôt cintrés, tantôt triangulaires. Les lucarnes centrales présentent des ailerons à volutes.

A l’intérieur, un vestibule traversant permet d’accéder aux pièces du rez-de-chaussée et à un escalier qui dessert tous les niveaux, du sous-sol, occupé par les cuisines et les dépendances domestiques, jusqu'au grenier.

Les dépendances se situent au sud-est. Elles sont bâties en moellon sous enduit, la pierre de taille étant utilisée pour les encadrements des baies et les chaînages d’angle. Ces dépendances comportent un atelier en rez-de-chaussée avec un comble à surcroît et, dans le prolongement, une remise en rez-de-chaussée ouverte d’une porte en arc segmentaire.

Le puits est accompagné d’une remise en moellon abritant une pompe.

Murs calcaire pierre de taille bossage
Toit ardoise
Étages rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Couvertures toit brisé en pavillon
toit à longs pans croupe
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie
escalier de distribution extérieur : escalier en fer-à-cheval, en maçonnerie
escalier intérieur : escalier tournant, en maçonnerie
Techniques sculpture
Représentations feuille, couronne végétale, noeud, ruban, portrait, fleur, raisin, cuir découpé, perle, tête de femme, coupe
Précision représentations

Une frise de fleurs se déploie au-dessus du linteau de la porte principale tandis que la porte de la façade postérieure est couronnée d’une coupe godronnée avec volutes végétales.

Le linteau de la fenêtre de l'étage de la travée centrale est orné d'un cuir découpé orné d'un visage féminin coiffé de feuilles de vigne et de grappes de raisin.

L’ensemble des fenêtres du rez-de-chaussée porte un médaillon orné d’un profil droit accompagné de motifs végétaux et d'un ruban.

Sur la façade principale, les fenêtres des travées extérieures présentent des appuis moulurés et continus ; les allèges en ressaut sont en bossage continu.

Estuaire

TRAVEE 5
FORBAIE linteau droit (porte) ; linteau droit (fenêtre) ; crossettes (fenêtre) ; crossettes (porte)
POSRUE en alignement
POSPARC en retrait
ORIENT sud-ouest
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registres des matrices cadastrales de Saint-Christoly-Médoc, 1853 -1908.

    Archives départementales de la Gironde
Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien de Saint-Christoly-Médoc, 1831.

    Archives départementales de la Gironde : 3 P 383
Bibliographie
  • COCKS Charles. Bordeaux, ses environs et ses vins, classés par ordre de mérite, reproduction intégrale de l'édition de 1850. Bordeaux : Ed. Féret et Fils, 1984.

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1893 (6e édition).

  • VIGNAU Marc. Le mariage du chevalier Du Périer de Larsan. Lettres inédites de Romain du Périer de Larsan à la famille d'Aux (1789-1790), A2PL, 2018.

(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Bordes Caroline