Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Abattoir

Dossier IA40001758 réalisé en 2015

Fiche

Précision dénomination Abattoir à bovins
Dénominations abattoir
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Saint-Sever
Adresse : avenue du Général-de-Gaulle
Cadastre : 2015 AY 1 à 2

La construction de l'abattoir débute en novembre 1865 selon les plans de l'architecte et agent-voyer Jean-Marcellin Sorbets, qui sera également en charge du clocher de l'église de Sainte-Eulalie. Les travaux sont menés par l'entrepreneur saint-séverin Jean Lapeyre.

En 1901, une facture adressée au maire de Saint-Sever atteste de la modernisation du site avec la pose de treuils et rails muraux, fournis et posés par l'entreprise Juin et Fils de Bordeaux. Un des rails a été conservé, devant la porte principale.

La chambre froide, placée à l'arrière du bâtiment, est construite en 1960. L'isolation de la pièce et la porte conservée dans l'abattoir sont réalisés par la maison Jean Dufau à Bayonne.

Une pièce a été ajoutée dans les années 1980 sur le côté sud du corps principal et à l'arrière de l'aile en retour. Un appentis est aménagé à l'avant du corps central dans les années 1990.

L'abattoir est abandonné dans les années 1990 et reconverti en atelier municipal.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle
Dates 1865, daté par source
Auteur(s) Auteur : Lapeyre Jean, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Sorbets Jean-Marcellin,
Jean-Marcellin Sorbets (21 décembre 1812 - )

Architecte du Gers. A pris sa retraite en 1873.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte voyer, attribution par source

L'abattoir situé à l'écart du bourg, au-dessus du quartier du Bas-du-Pouy, est composé de plusieurs corps de bâtiments organisés autour du corps central.

L'ensemble des façades est enduit. Le corps central est muni d'un étage carré alors que les corps secondaires ne se développent qu'en rez-de-chaussée.

Les ouvertures sont en plein cintre. Leur encadrement est saillant. Des bandeaux horizontaux et verticaux animent la façade. Le corps central est percé en rez-de-chaussée d'une haute porte cochère surmontée d'une marquise sous laquelle se tient le rail métallique. Elle ouvre sur une vaste pièce au fond de laquelle se trouvait la chambre froide. L'aile en retour, également percée d'une porte cochère et destinée à l'acheminement des bestiaux, communique avec le corps central.

Murs enduit
Toit tuile creuse
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
croupe
appentis

L'édifice est un témoin de la diffusion des abattoirs municipaux dans les campagnes landaises à la fin du 19e siècle.

Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Rapport de l'adjudication au rabais pour la construction de l'abattoir, 19 novembre 1865.

    Archives municipales, Saint-Sever : 3 M 11
  • Facture de l'entreprise Juin et fils pour les treuils et rails muraux, 25 juillet 1901.

    Archives municipales, Saint-Sever : 3 M 11
  • Marché de gré à gré pour la construction d'une chambre froide dans l'abattoir par la maison Jean Dufau, 17 août 1960.

    Archives départementales des Landes : 214 W 142
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de Saint-Sever - Ferey Marie