Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption

4 tableaux du retable du maître-autel : Les Évangélistes

Dossier IM40005408 réalisé en 2014

Fiche

Dénominations tableau
Titres Les Évangélistes
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Baigts
Emplacement dans l'édifice choeur

La destination originelle de ces tableaux n'est pas connue : ils étaient accrochés au mur de la tribune occidentale jusqu'en 1977, date à laquelle ils furent insérés par le curé Langlade dans le décor du retable et du chœur. La dénaturation totale des œuvres par les repeints qu'elles ont subis ne permet pas de datation précise : elles pourraient être contemporaines du tableau central du retable, copie d'après Rubens datable du tournant des XVIIe et XVIIIe siècles (réf. IM40005407), et avoir été grossièrement repeintes au XIXe siècle.

Période(s) Principale : limite 17e siècle 18e siècle , (?)
Principale : 19e siècle , (?)

Toiles en un seul lé, à préparation non visible ; châssis simple ; cadre en bois mouluré et doré à la bronzine.

Catégories peinture
Structures rectangulaire vertical
Matériaux toile, support, en un seul lé, peinture à l'huile
bois, mouluré, peint faux or
Mesures h : 116.0
la : 71.0
h : 120.5
la : 69.0
Précision dimensions

Cadres : h = 139 ; la = 88.

Iconographies en pied, Les Evangélistes, écriture, plume, tablette, Le Tétramorphe
Précision représentations

Chaque évangéliste, accompagné de son symbole tétramorphique, est figuré assis sur un escabeau de bois, la plume à la main, écrivant le début de son évangile sur une feuille de parchemin posée sur une tablette.

Inscriptions & marques inscription, peint, grec, sur l'oeuvre
Précision inscriptions

Les parchemins de Jean, Marc et Matthieu portaient à l'origine le début de leurs évangiles respectifs en grec (celui de saint Luc est vierge de tout texte) ; les repeints ont en grande partie dénaturé ces inscriptions.

États conservations repeint
Précision état de conservation

La couche picturale des quatre tableaux est couverte de repeints grossiers. Les cadres sont repeints à la bronzine.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler

Références documentaires

Bibliographie
  • CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.

    p. 12-13
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe