Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Jacques

2 tableaux du décor du chœur : Le Martyre des sept frères Maccabées, Le Massacre des Innocents

Dossier IM40005787 réalisé en 2015

Fiche

Dénominations tableau
Titres Le Martyre des sept frères Maccabées
Le Massacre des Innocents
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Laurède
Emplacement dans l'édifice choeur, murs nord et sud

Ces tableaux en pendant, encastrés dans le lambris en stuc du chœur, sont certainement contemporains du nouveau décor réalisé par les Mazzetti en 1769-1775. Leur auteur n'est pas connu, mais la qualité honorable de leur facture peut difficilement être le fait d'un peintre local ; peut-être leur exécution fut-elle sous-traitée par les sculpteurs avignonnais à un artiste de leur pays d'adoption. Les deux peintures dérivent à des degrés divers d’œuvres classiques de la seconde moitié du XVIIe siècle. Le Massacre des Innocents est copié d'une célèbre composition de Charles Le Brun, commencée vers 1647 pour Guillaume Thomas, achevée en 1670 pour Gédéon Berbier du Metz et aujourd'hui conservée à la Dulwich Picture Gallery à Londres. La copie laurédienne, qui est en contrepartie de la toile de Le Brun, ne reproduit donc pas la grande estampe au burin de Gérard et Jean Audran (dans le sens de l'original), mais certainement celle d'Alexis Loir, éditée avant 1713. Quant au Martyre des Maccabées, dont la source visuelle directe n'a pu être identifiée, sa composition n'est pas sans rapport avec une petite vignette de Sébastien Leclerc illustrant la seconde partie de l'Histoire sacrée en tableaux de Claude Oronce Finé de Brianville, parue en 1670 ou 1671. L'atmosphère lumineuse et colorée, en revanche, est beaucoup plus moderne et rappelle curieusement le jeune Fragonard de Corésus et Callirhoé (1765).

Le choix de rapprocher sur le mode typologique ces deux scènes de massacres bibliques, l'un de l'Ancien Testament, l'autre du Nouveau, témoigne de la fine connaissance des Écritures du bachelier en théologie qu'était le curé Planter. Le célèbre massacre des Innocents (Matthieu, 2, 16-18) et le plus obscur martyre des sept frères Maccabées (Maccabées, 2, 7) - jeunes juifs mis à mort sur ordre du roi séleucide Antiochus IV Épiphane pour avoir refusé de manger du porc - sont tous deux des préfigures de la Passion du Christ et, à ce titre, ont toute leur place de part et d'autre du maître-autel, lieu du renouvellement quotidien et de la perpétuation du sacrifice divin, selon les termes du concile de Trente. Une autre correspondance, moins évidente, peut être établie à travers le thème de la mère voyant mourir son (ou ses) fils : la mère héroïque des Maccabées et celles des saints Innocents sont parfois considérées comme des préfigures de la Vierge de douleur. La présence du monogramme marial au-dessus du Massacre des Innocents revêt, dans ce contexte, une signification particulière.

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Stade de création copie d'estampe
Auteur(s) Auteur de la source figurée : Le Brun Charles, peintre

Les deux toiles, disposées en pendant sur les murs nord et sud du chœur, sont marouflées dans des cadres supports à crossettes, faisant corps avec la paroi, en stuc mouluré et peint en faux marbre (moulure intérieure) et en blanc.

Catégories peinture
Structures rectangulaire horizontal
Matériaux toile, en plusieurs éléments, peinture à l'huile, marouflé
Mesures h : 137.0
la : 150.0
Précision dimensions

Cadre : h = 159 ; la = 172 (sans les crossettes).

Iconographies martyre des sept frères Maccabée
Massacre des Innocents
ornementation, crossette, chute végétale
Précision représentations

Tableau du mur sud : le martyre des sept frères Maccabées, mis à mort sur l'ordre d'Antiochus IV Épiphane (roi séleucide de 175 à 164 avant Jésus Christ) pour avoir refusé de violer la loi de Moïse en mangeant du porc. La scène se déroule devant la colonnade d'un palais ; les soldats d'Antiochus, commandés par un officier à cheval, achèvent les fils aînés et évacuent les cadavres ; au centre, la mère des Maccabées (parfois nommée Hannah) exhorte le plus jeune de ses fils, Marcel, à subir le martyre comme ses frères.

Tableau du mur nord : le massacre des Innocents.

Ornementation des cadres : crossettes angulaires avec chutes de feuilles dorées.

États conservations oeuvre restaurée
manque
Précision état de conservation

Les deux toiles ont été restaurées une première fois en 1959, puis à nouveau en 2015-2016 par Lucie Roques, restauratrice à Angoulême.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1961/05/30
Précisions sur la protection

Les deux toiles ont été classées seulement en 1961, un demi-siècle après l'ensemble du décor des Mazzetti.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église, cimetière, presbytère (1814-1933).

    Archives départementales des Landes : 2 O 1047
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 6 mars 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 178/6
Documents figurés
  • Tableau : Le Martyre des sept frères Maccabées. Diapositive, 1992.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 196
  • Tableau : Le Massacre des Innocents. Diapositive, 1992.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 196
Bibliographie
  • CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.

    p. 32-35
  • GADY Bénédicte, MILOVANOVIC Nicolas. Charles Le Brun (1619-1690). Catalogue de l'exposition du Louvre-Lens. Paris : Lienart / Louvre-Lens, 2016.

    p. 172-173

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe